Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Une affaire de bonnes femmes"

29 Octobre 2013 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théo en culture, #Femmes

"Une affaire de bonnes femmes"

Le vieux catéchisme anticlérical nous enseigne que la religion a toujours opprimé la femme et que celle-ci n’a pu s’émanciper progressivement qu’avec le triomphe de la raison… Catéchisme auquel je me ralliais tout en remarquant que quand le christianisme opprime la femme, il s’éloigne de l’enseignement de Jésus-Christ.

Et puis, voilà qu’en lisant Deux familles de Balzac, je tombe sur cette citation

"Il est des défauts qui, chez une femme, peuvent céder aux leçons fortes données par l’expérience ou par un mari, mais rien ne peut combattre la tyrannie des fausses idées religieuses."

Bien sûr, la citation me fait sourire et je ne peux m'empêcher de me dire que mon épouse aimerait que les fausses idées religieuses soient le seul défaut dont ses fortes leçons ne puissent venir à bout. Et puis, je réfléchis plus avant. La nouvelle de Balzac est une dénonciation de la bigoterie, mais cela montre bien que l’humanisme le plus raisonnable n’empêche pas du tout l’infantilisation complète de la femme.

Et puis cela me rappelle notre accompagnateur en Égypte qui me racontait l’histoire d’un de ses amis dont la femme portait le niqab pour énerver son mari. Du coup, en allant plus loin, je m’interroge : finalement, si à cette époque la religion était souvent vue comme une affaire de bonne femme n’était-ce pas en partie parce que cette tyrannie des (vraies ou) fausses idées religieuses était finalement le seul rempart, le seul contre-feu contre la tyrannie masculine ?

Bien sûr, cette petite note n’est pas un plaidoyer pour un retour à une religion oppressive ni une défense du voile, c’est juste le plaisir de craqueler un peu l’imagerie spinalienne et de mettre du bazar dans nos catégories…

Partager cet article

Commenter cet article

Adèle 03/12/2013 17:24

Je suis une femme et je vis une foi particulière et je sais "combattre la tyrannie des fausses idées religieuses" car il m'est facile de lutter contre des idées il m'est moins facile de lutter contre la tyrannie de ce qui savent ou plutôt de ceux qui pensent savoir -peut-être parce qu'ils auront fait 3 ou 4 formations...- et je ne pense pas là aux pasteurs, rabbins, imams ou curés que leur ministère normalement éclaire... J'ai constaté qu'il était de bon ton de se réunir au nom de Dieu et de dénoncer la bigoterie, je me méfie plus pour ma part de la fausse-science car il faut du recul, du discernement et ne pas être bigot précisément pour la déceler. Merci pour ce joyeux "bazar", monsieur le pasteur !