Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'aimais Dieu quand Il était mort...

10 Mai 2007 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théo en culture

clarika.jpgSamedi, Clarika donnait un concert à Louviers. De la pêche, de l'humour, un certain goût pour les jeux de mot et pour les inventaires, j'aime bien Clarika. Bon, à priori rien qui se prête vraiment à une relecture théologique : des chansons espiègles et/ou sentimentales, des tranches de vie réelles (Marco) ou imaginaires (Patricia).
Et puis, il y a celle-ci...

Je t'aimais mieux quand t'etais mort
c'etait bien
on etait toujours d'accord
si sereins
tu me coupais plus la parole
m'ecoutais religieusement
en fixant les aureoles au plafond
serrant les dents

"Je t'aimais mieux quand t'étais mort" qui n'est pas sans m'évoquer cette proclamation de la grâce proposée dans nos liturgie.

Réjouissons-nous
car Dieu n’est pas un inconnu, dominateur,
éternel indifférent au monde qu’il a créé.
Au contraire, Il s’y fait connaître,
Il y fait retentir sa parole.
 
Réjouissons-nous
car cette parole n’est pas un immuable message.
Mais elle est un homme de Palestine
venu il y a 2000 ans.

Réjouissons-nous
car cet homme n’est pas un pieux souvenir
à embaumer et à vénérer.
Il est mort et ressuscité
et aujourd’hui, il est vivant

 

En effet, malgré l'invitation à la réjouissance de notre liturgie, la chanson de Clarika
vient me rappeler qu'un ressuscité c'est moins confortable qu'un souvenir, qu'un Dieu qui se fait proche est moins domesticable, que la Bible, témoignage humain d'une Parole vivante, pleine de contrepoints et de tensions est bien moins pratique qu'un dogme figé. "C'était bien quand t'étais mort", j'ai un peu l'impression que tout chrétien ressent parfois cela á l'égard du Dieu vivant... C'est sans doute pour être plus sereins que nous préférons souvent l'image morte, figée de Dieu de la religion au Dieu vivant de l'Evangile...

Partager cet article

Commenter cet article