Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compendre le culte (5) La volonté de Dieu

26 Juin 2007 , Rédigé par Eric George Publié dans #les mots de la théo

Le culte dominical nous raconte, par sa liturgie, une histoire et ce sont les étapes de cette histoire que je vous invite à découvrir.

Les articles de cette séries s'accompagneront sans doute d'exemple de textes liturgiques. Je précise donc que ces textes, donnés à titre d'exemple, ne sont en rien obligatoire et varient énormément selon les cultes..

Pardonnés et libérés, nous pouvons écouter ce que Dieu veut pour nous, ce qu'il nous donne la force de faire.
“Vous avez été appelés à être libres. 
Seulement ne faites pas de cette liberté un  prétexte pour vivre selon les désirs de votre propre nature.
Au contraire, laissez-vous guider par l’amour
pour vous mettre au service les uns des autres.
Car toute loi se résume dans ce seul commandement: aime ton prochain comme toi-même.”

J'ai mis beaucoup de temps à commenter cette partie de notre liturgie parce que ce moment où se dit la volonté de Dieu est sans doute le plus susceptible de varier selon les paroisses et les officiants. En effet, lors de l’établissement de notre nouvelle liturgie, il y eut un grand débat sur cette place de la volonté de Dieu et aujourd’hui encore, on trouve 3 écoles dans la liturgie réformée.
Pendant longtemps, la loi, dans nos cultes, a suivi la louange et précédé la confession du péché. La nouvelle liturgie a d'ailleurs conservé une proposition conservant cet ordre. Cette loi qui entraîne la confession du péché prend un rôle pédagogique. Face à loi de Dieu, l'homme ne peut que reconnaître que, par ses propres forces, il est incapable de suivre la loi, qu'il lui est impossible de se dire juste .devant Dieu. Cet usage pédagogique de loi est clairement exprimé par la phrase d'introduction à la confession du péché :  La loi de Dieu nous conduit à la repentance.

Autre ordre de culte : la loi se place après l'annonce du pardon. On ne parle plus de loi mais de volonté de Dieu. En effet, il n'est pas question ici de présenter la facture à la livraison : "maintenant qu'on t'a pardonné va falloir payer mon p'tit gars sinon, on reprend tout". Mais bien de réaffirmer que ce pardon que nous avons reçu transforme notre vie.
Pardonnés et libérés (le lien de subordination au pardon) est clairement établi) nous pouvons écouter (le verbe pouvoir n'exprime pas un caractère optionnel mais une capacité : il faut vraiment avoir reçu la parole du pardon pour que cet envoi ait un sens) ce que Dieu veut pour nous (la volonté de Dieu n'est pas une décision arbitraire. Dieu n'a pas besoin de nous mais ce qu'il nous demande est pour notre bien, dans notre propre intérêt) et qu'il nous donne la force de faire (encore une fois, ce n'est pas de nous même  mais de Dieu que nous vient ce nouveau comportement)

Quelle que soit la place de cette volonté de Dieu, nos différentes liturgies privilégient l'utilisation de textes bibliques afin de bien rappeler qu'ici, nous ne sommes pas face au code de conduite d'une Église mais devant une parole de Dieu.

Enfin, certains suppriment tout simplement cette partie de la liturgie. Quoiqu'en fait, même dans ce cas extrême, la volonté de Dieu pour nous reste exprimée dans la prédication et dans l'exhortation finale.

Ces différences d'emplacement de la volonté ne traduisent donc pas des théologies différentes mais plutôt un souci de clarté. En effet, l'idée que Dieu nous aime à condition que nous suivions ses règles est tellement ancrée en nous que chaque proposition est au risque d'une mauvaise interprétation.
Quand la loi précède et entraîne la confession du péché, celle-ci peut être perçue comme une liste de nos infractions de la semaine. Quand la volonté de Dieu suit l'annonce du pardon, il est facile d'y voir une condition à la grâce. Et l'absence pure et simple peut nous faire perdre de vue que le pardon de Dieu change notre vie.

Le pardon de Dieu change notre vie. Voila, à travers tant de débats et d'hésitation, ce que nous rappelle ce moment de notre liturgie.

Partager cet article

Commenter cet article