Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Danger : évangélisation ?

3 Novembre 2005 , Rédigé par Eric George Publié dans #les mots de la théo

"Je ne veux pas faire de prosélytisme..." Voilà l'équivalent moderne du "Je suis venu en paix". "Je ne veux pas faire de prosélytisme", c'est ainsi qu'un croyant qui se respecte doit commencer tout discours public. Parce que le prosélytisme, c'est mal...

Etrange, non ? L'étalage de publicités pour toutes sortes de produits a tellement saturé notre espace que nous n'y prétons même plus attention. Les politiciens consacrent leur énergie à nous convaincre de voter pour eux. Tout cela est accepté, normal même . Mais qu'un croyant vienne parler de sa foi et c'est le scandale : il fait du prosélytisme ! Il essaye de nous laver le cerveau !

Le prosélytisme est interdit. C'est ennuyeux parce que, justement, ce qui est demandé aux chrétiens, c'est d'évangéliser.

Evangéliser, mot terrible qui évoque les missionaires de jadis, un missel dans une main et un sabre dans l'autre, un verbe qui sent le bûcher, c'est ce que nous rappelle notre héritage anticlérical. Pourtant, évangéliser ça veut dire annoncer une bonne nouvelle. Annoncer, pas convertir de force, ni même faire croire, juste annoncer. Et pas annoncer le jugement dernier, les flammes de l'enfer ou la mort des pécheurs, juste annoncer une bonne nouvelle, de vie, de salut et d'amour. J'avoue, lorsque j'annonce l'évangile, j'espère que cette bonne nouvelle touchera des coeurs, changera des vies. Mais cette conversion, je sais qu'elle n'est pas de mon ressort. Je peux témoigner de ma foi pas la transmettre. Mon rôle de chrétien, ce n'est pas de convertir mais d'annoncer. Alors j'annonce l'Evangile, comme on a envie de faire connaître un livre ou un film qui nous a touché, comme on a envie de rendre public les meilleurs moments de notre vie. J'annonce l'Évangile en espérant qu'il sera Bonne nouvelle pour d'autre. C'est si terrible que cela ?

Partager cet article

Commenter cet article

ti'hamo 22/04/2008 13:14

Quelle belle et pratique exégèse que l'éxégèse denisienne : "oui mais, bon, c'est raconté comme ça, mais moi je dirais que non, ça a dû se passer autrement, pour la bonne raison que moi j'aimerais pouvoir me dire autre chose sur cette religion" : youpi. J'espère que vous n'étudiez pas pour devenir historien.(ou je suppose que vous niez l'existence, en quelque circonstance et en quelqu'époque et sur quelque thème que ce soit, de discours qui suffisent à toucher une foule, puisqu'il est évident d'après vous que des gens dans une foule ne sauraient se laisser toucher par aucun discours d'aucune sorte).En tout cas, objection rejetée, si ça ne se fonde que sur "aujourd'hui moi je le sens comme ça, donc non." D'autre part, je trouve au contraire plutôt censé et honnête de la part du pape de reconnaître que "la diffusion de la foi par la violence est contraire à la nature de Dieu et à la nature de l'âme", ce qui en toute logique disqualifie une partie des actions de sa propre Eglise. Comme vous le dites il s'agit bien de mésusage et d'abus. Puisque contraire à la nature de Dieu et de l'âme. Je connais peu de dirigeants capable d'une telle remis en cause.(accessoirement, la violence en question a plus été utilisée entre chrétiens de fois différentes, pour se montrer qu'on est dans le vrai et que l'autre a trahi la vraie foi, que contre les païens - l'évangélisation des païens c'était les missionnaires, qui avaient plutôt la sale tendance de se faire découper en rondelles et rôtir à petit feu.) Ceci dit, l'Eglise a canonisé Dominiqe de Guzman plutôt que Simon de Monfort. En tout cas, je me dois d'appuyer les propos du pasteur Eric, déjà sur le fait qu'il est absurde pour un chrétien de ne rien annoncer du tout en espérant que d'autres découvrent un jour tout seul Jésus, comme ça, par intuition subite.Et qu'il est absurde de demander à un chrétien de garder tout ça pour lui et de ne pas le faire sortir de "la sphère privé". D'autant plus absurde quand on voit ce qu'il est de bon ton de "soritr de la sphère privée", justement ; ou quand on se fait harceler dans la rue par des petits jeunes en combinaison colorée au nom de telle ou telle cause humanitaire (tout à leur honneur, je suis bien d'accord, mais il s'agit bien de prosélytisme). D'accord aussi avec Eric contre le fait de refuser qu'il y ait plusieurs vérités. Ni même, je dirais, que "d'autres vérités soient plus fortes que la mienne aux yeux d'autres que moi". Déjà, parcequ'il ne s'agit justement pas de "ma" vérité. Si quelqu'un n'aime pas un film que j'ai énormément apprécié, je vais peut-être trouver ça dommage, m'en attrister, je lui exposerait mes raisons de le trouver aussi bien, mais effectivement j'accepterai tout à fait qu'il n'en aille pas de même pour lui. Concernant Jésus et la foi, nous jouons là dans un autre registre. Ce n'est pas "ma" vérité. Vous accpeteriez, vous, qu'une "vérité soit plus forte pour lui" que le fait de respecter son prochain, par exemple ? bon. moi non plus. Je peux par contre reconnaître le fait qu'une apparence de vérité semble plus valable ou plus attrayante aux yeux de tel ou tel, et reconnaître que je ne dispose pas d'autres moyens (et n'ai pas le droit de disposer d'autres moyens) pour espérer qu'il revoit sa position, que la discussion et la prière.

Denis 21/04/2008 21:56

Monsieur le pasteur,Là, vous faites de l'angélisme. Cette vision idyllique du discours de Pierre (Actes chap.2) qui suffit à rallier les gens, du simple discours qui suffit à émouvoir les foules est un peu trop belle pour être vraie. Assurément c'est ainsi que l'auteur du livre des actes des apôtres veut que l'on se souvienne que les choses se sont passées aux premiers temps de l'évangélisation. C'est la version que ceux qui ont présidé à la définition du canon des écritures néotestamentaires ont choisi de retenir mais ça ne s'est pas forcément passé exactement ainsi à l'époque.Par ailleurs on a maints exemples dans l'histoire où ça ne s'est PAS passé ainsi et où la violence, la contrainte, ou diverses formes perverses de persuasion et de manipulation mentale ont été utilisés pour convertir. Je ne pense pas qu'on puisse se contenter de rappeler avec Joseph Ratzinger/Benoit XVI "la diffusion de la foi par la violence est contraire à la nature de Dieu et à la nature de l'âme" en oubliant que l'Eglise quand elle était en position de force a régulièrement mésusé de cette force et abusé d'elle, usant de la violence et justifiant précisément cet usage par le but sublime de l'évangélisation du monde paien.

Eric George 22/04/2008 04:23


La réponse au dessus vient de Matthieu (de Totus Tuus). Pour ma part, je me garderai bien de lire les actes des apôtres comme un récit historique des premiers jours du christianisme et citer benoît
XVI n'est pas vraiment non plus dans mes habitudes... Je n'ai aps encore trouvé le temps de formuler ma réponse, cela va arriver.

Un mot cependant, je trouve un peu rapide et douteuse votre affirmation selon laquelle la violence, la contrainte et la manipulation mentale ont été utilisé pour convertir. Cela me semble, hélas,
vrai pour certaines époques, mais à l'origine du christianisme, à un moment où celui-ci n'était qu'une toute petite secte (au sens de séparation) du judaîsme persecutée de tout côtés, je n'y crois
pas trop. Et cela ne l'a pas pêché de faire des convertis...


Matthieu 14/04/2008 22:45

Cher Denis,Le jour de la Pentecôte, Pierre fit une vibrante annonce de la Bonne Nouvelle de de Jésus-Christ. Conséquence : les gens furent remués jusqu'au fond d'eux-mêmes. 3.000 d'entre eux demandèrent le baptème. C'est ainsi que l'Eglise fait des disciples : en annonçant la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Il n'existe pas d'autres méthodes. L'usage de la violence en particulier est absolument proscrit : "la diffusion de la foi par la violence est contraire à la nature de Dieu et à la nature de l'âme", déclarait ainsi le Pape Benoît XVI dans la désormais fameuse conférence de Ratisbonne (http://totus-tuus.over-blog.com/article-16615193.html).

Denis 14/04/2008 18:41

Bonjour monsieur le pasteur,N'est-il pas écrit à la fin de l'évangile de Matthieu : "Allez donc: de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du
Père et du Fils et du Saint Esprit,
leur apprenant à garder tout ce que je vous ai prescrit." ? Il ne s'agit pas que d'annoncer, il s'agit de "faire des disciples" c'est à dire des gens qui adhèreront à la doctrine annoncée, il faut en effet adhérer pour avoir envie de "garder tout ce que [Jésus a] prescrit".Pour faire adhérer quelqu'un, le problème c'est qu'il faut le convaincre et on convainc plus efficacement en usant de techniques s'apparentant à de la manipulation mentale. L'église réformée, c'est tout à son honneur se garde à ma connaissance de telles pratiques mais je la trouve un peu tiède quand il s'agit de les dénoncer quand au sein de la FPF certaines églises pratiquent un flirt très poussé avec ces méthodes d'évangélisation détestables.Vous pourrez également trouver sur mon blog ce petit billet d'humeur sur le prosélytisme : http://adnketels.over-blog.com/article-18361972.htmlAmicalement

Eric George 29/04/2008 12:18


Hmm un disciple, c'est surtout un élève donc quelqu'un qui suit un enseignement. Ce qui est encore renforcé par le verbe "enseigner". Alors vous pouvez si vous le voulez, voir tout enseignement
comme une manipulation mentale. mais dans ce cas là c'est bien tout enseignement qu'il vous faut rejeter. Et on s'est bien rendu compte que Rousseau ça marchait bien... sur le papier seulement.
Pour les Eglises membre de la FPF pratiquant de la manipulation mentale, si vous ne me donnez pas d'exemples précis, on reste dans la rumeur et là forcément, c'est à mon tour de me demander si vous
n'avez pas été manipulé par certains médias qui font des généralisations hâtives...


protestant 09/12/2007 23:01

Personnellement je pense que la vision des gens sur le prosélytisme est de venir a une religion et je pense que les gens en dehors de l'église ne font pas la différence entre religion et foi dalleur, je croix que des mouvements sont classés a tord dans la liste des sectes a cause de ce prosélytisme qui amène des fois a des pratiques sectaires. quelque part c'est sur nous les réformés, nous ne pouvons pas utiliser la méthode du témoin de Jéhovah (Porte à porte) ou grande manifestation dans la rue comme les mouvements évangéliques, mais je pense tous simplement a témoigner de nôtre foi à nos amies a nôtre entourage parfois en dehors de l'église, ce qui peut amener des gens à la foi, le rôle du chrétien n'est-il pas de témoigner et d'évangéliser ? Le prosélytisme est peut-être interdit mais delà a mètre en prison ou punir un chrétien parce qu'il ose publier sa foi ? C'est quand même très contradictoire avec ce que dit l'évangile. Et puis de nos jours je ne pense pas que les gens soient fermés à l’évangélisation sauf la génération de mai 68 peut-être ou de farouches opposant au sein de nôtre gouvernement pour interdire ce qu’ils appellent le prosélytisme.