Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prendre le temps

28 Novembre 2005 , Rédigé par Eric George Publié dans #Petite théologie pas très sérieuse

Un rassemblement jeunesse, un synode régional, une table ronde et diverses réunions et préparation, j'aurai vécu la quinzaine de mi-novembre au  pas de charge.
Bien sûr, pendant cette course, on aspire au ralentissement et au repos. Mais dans ces moments,  je mesure aussi combien on aime ce rythme effréné. Combien il est facile de se laisser séduire, griser par cette cavalcade. On se sent occupé, utile, important. Un emploi du temps surchargé, rien de tel pour se valoriser.
Oui, se valoriser. Parce que notre société nous dit que la valeur d'un homme est dans sa productivité. Comment s'étonner dès lors que tant d'hommes et de femmes soient laissés en marge ? Comment les chômeurs, les retraités et autres "improductifs" (je suis obligé de mettre le mot entre guillemet tant il paraît insultant de nos jours) pourraient-ils ne pas se sentir mal, dans un monde qui leur nie toute valeur ?
Finalement, je me demande si ce n'est pas contre cette tentation, cette réduction de l'homme à ce qu'il produit, que vient se poser le commandement du sabbat.
Mais le septième jour, c’est un sabbat pour le SEIGNEUR, ton Dieu : tu ne feras aucun travail, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni les immigrés qui sont dans tes villes. (Exode XX ; 10)
Un temps nous est offert comme temps de repos.
Un temps nous est offert pour découvrir que sans notre travail, le monde continue de tourner.
Un temps nous est offert pour mesurer la vanité de notre agitation.
Un temps nous est offert où découvrir que notre valeur ne vient pas de ce que nous accomplissons ou croyons accomplir.
Un temps nous est offert où Dieu nous dit que c'est nous qu'Il aime, indépendamment de notre travail

Partager cet article

Commenter cet article