Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et Dieu endurcit le coeur de Pharaon...

16 Octobre 2007 , Rédigé par Eric George Publié dans #Petite théologie pas très sérieuse

pharaon-copie-1.jpgIl y a quelques temps, (Matthieu, mon petit frère, pas le webmestre de Totus Tuus) me demandait si, selon moi, toute la Bible était inspirée. J'ai vraisemblablement répondu que si l'inspiration traversait toute la Bible, tous les textes bibliques ne me parlaient pas forcément (que tous les textes soientinspirés ne signifie pas forcément que je le sois moi-même toujours). Si certains demeurent silencieux, d'autres me gênent profondément, me blessent dans ma foi, même. Plutôt qu'écarter ceux-là, je crois nécessaire de s'y arrêter et d'essayer de voir ce qu'ils peuvent nous dire.

L’Eternel dit à Moïse: Va vers Pharaon, car j’ai endurci son coeur et le coeur de ses serviteurs, pour faire éclater mes signes au milieu d’eux.C’est aussi pour que tu racontes à ton fils et au fils de ton fils comment j’ai traité les Egyptiens, et quels signes j’ai fait éclater au milieu d’eux. Et vous saurez que je suis l’Eternel. (Exode X, 1-2)

Le récit des plaies d'Egypte fait partie de ces textes. Pas tant à cause de sa dimension catastrophique qu'à cause d'une petite ritournelle : "et l'Eternel endurcit le coeur de Pharaon". En effet, si tout le monde sait que l'Exode  raconte  comment Dieu frappa l'Egypte jusqu'à ce que Pharaon laisse partir son peuple, on oublie souvent que ce même texte montre aussi Dieu endurcissant le coeur de Pharaon afin qu'il ne libère pas les hébreux avant que l'Egypte pleure ses premiers nés... Cette idée d'un Dieu qui endurcit le coeur de ses ennemis n'est d'ailleurs pas propre à l'exode, on la trouve à d'autres endroits, comme par exemple le livre de Samuel : c'est Dieu qui envoie à Saûl un souffle mauvais...
Que les choses soient claires, je ne crois pas en un Dieu qui endurcit le coeur d'un homme pour pouvoir frapper son peuple, histoire de se faire mousser. Je n'y crois pas car ce n'est pas le Dieu que me révèle Jésus, le Christ. Je n'y crois pas car je ne vois pas comment je pourrais placer ma confiance en ce Dieu-là. Pourtant, si je récuse l'image de Dieu que véhicule ce texte, il me paraît un peu facile de me contenter de l'écarter en évocant la barbarie superstitieuse d'un rédacteur mal inspiré. Un peu facile également d'arguer de l'inaccessibilité des voies du Seigneur.
En fait, si ce texte ne me parle pas de Dieu, il pose, avec beaucoup d'acuité, le problème du mal remettant en question les deux réponses chrétiennes les plus courantes.
Tout d'abord ici, pas d'intervention du diable. Ce ne sont pas des esprits rebelles qui endurcissent le coeur de Pharaon, on ne trouve dans ce texte que Dieu et l'homme. Ni démon, ni ange déchu ne viennent commodément expliquer le mal en dédouanant un Dieu à la fois bon et tout puissant.
Il est également difficile d'évoquer le libre arbitre de Pharaon puisque le texte nous dit précisément que le Pharaon n'a pas le choix. S'il agissait de son propre chef face au 5 premières plaies, dorénavant Pharaon n'est plus maître de lui même, il est dominé par un mal plus fort que lui. Si j'en crois ce texte, l'homme n'est pas toujours l'auteur du mal qu'il fait.

Mes lecteurs habituels savent que, personnellement,  j'ai ma propre explication face à ce mal qui nosu anime et ne dépend ni d'un adversaire personnalmisé de Dieu ni de notre propre libre-arbitre mais je ne la rappelerai pas dans cet article car je reconnais l'inspiration de ce texte non dans les réponses qu'il m'apporte mais dans la question qu'il me pose et les réponses qu'il m'interdit d'estimer définitive.  Je en crois pas en un Dieu pervers qui endurcit le coeur, mais ce texte m'empêche de me réfugier derrière des réponses toutes faites face à l'atroce absurdité du mal.

Je ne sais pas d'où vient l'endurcissement du coeur de Pharaon pas plus que l'endurcissement de mon propre coeur, mais je crois à cette promesse :

Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair.
Ezechiel XXVI, 26

Partager cet article

Commenter cet article