Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La vierge fessant l'enfant Jésus

6 Janvier 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théo en culture

 

J’ai vu ce tableau pour la première fois au cours d’un week-end de catéchisme… Nous avions demandé à une étudiante en art de présenter aux jeunes différentes images de Dieu dans la peinture et le tableau de Ernst était dans le lot… J’ai aimé.

J’ai aimé voir tomber l’auréole de l’ « enfant-Jésus ». Max Ernst voulait sans doute une œuvre iconoclaste voire blasphématoire, en fait il rend au texte sa priorité sur nos représentations.

Jésus n’était pas l’enfant royal et parfait des peintures, mais bien un enfant humain, pleinement humain. L’auréole est tombée et Dieu se fait plus proche

La « Sainte Famille » (j’ai horreur de cette expression) n’est plus un modèle idéal et figé. La famille de Jésus est une famille humaine avec ses désaccords et ses tensions. Une famille telle que nous la dépeignent les évangiles (fugue de Jésus au Temple (Luc II, 41 à 52), Marie et les frères de Jésus (Mc III, 21. 31)venant pour faire interner celui-ci). L’auréole est tombée et Dieu s’inscrit dans notre histoire.

Le tableau de Max Ernst n’est pas une offense au divin enfant. Bien au contraire, contre la tradition, il rétablit l’Écriture. En Jésus Christ, Dieu se fait homme, pleinement homme.

Edition : Oups, je n'avais pas encore ouvert le dernier numéro d'Evangile et liberté, j'étais allé chercher ce tableau suite à une discussion sur l'humanité de Jésus... Or, Gilles Castelnau a écrit à propos de ce tableau, un article qui va dans le même sens que cette note... J'ajoute un lien si je le trouve...

Partager cet article

Commenter cet article

Veka 07/01/2006 14:26

Arf ! Sacré Ernst ! J'avoue que je ne connaissais pas ! J'aime beaucoup la lecture que tu en fais.