Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La chanteuse énervante

16 Février 2008 , Rédigé par Eric George Publié dans #Présentation

abihl.jpgC'est l'histoire d'une blonde qui chante. Elle écrit elle-même ses textes et sur scène, elle les habite... J'ai découvert Agnes Bihl lors du concert Libertad à Rouen en février 2006 et depuis, ses chansons occupent une place de choix dans ce que j'écoute.Faut dire qu'elle a des références qui ne pouvaient que me séduire : Brel, Brassens, Anne Sylvestre, Renaud et des révoltes dans lesquelles je me retrouve...
Alors, forcément quand je gagne des places pour l'entendre en concert dans une petite salle parisienne, je fais l'aller-retour... Eh bien, c'est sans regret parce qu'Agnes Bhil en concert, c'est encore mieux qu'en disque. D'abord, elle a plus de voix que ne laissent supposer ses enregistrement. Et surtout, elle vit ses textes autant qu'elle les chante, dansant d'espieglerie ou tremblant de dégoût. Et les mots font mouche quel que soit le registre. En effet, humour, ironie, tendresse, révolte se mêlent tout au long de la soirée. Il y a la nostalgie de l'enfance et de l'adolescence, il y a des chansons colère (exprimant parfois une certaine auto-dérision :moi qui fait la morale et la grasse matinée), il y a du féminisme narquois et puis il y a Viol au vent et Touche pas à mon corps : deux cris, deux chansons très fortes sur le viol et sur l'inceste.
Et la théologie dans tout ça ? J'aurai peut-être pu répondre à L'enceinte-vierge, chanson à l'athéisme onfraysien*. Mais premièrement, je ne me sens pas vraiment concerné. Deuxièmement, l'essentiel du spectacle n'est pas là. Et puis surtout, le but de cette note n'est pas de faire de la théologie mais de la pub. Agnès Bihl chante à L'Européen (Paris XVII° ) jusqu'au 23 février. La salle est sympa, il y a sûrement encore des places, alors si vous pensez qu'on a des goûts communs, allez-y. Et puis, si vous êtes moins empoté que moi pour parler aux artistes, profitez de l'après spectacle pour la remercier de ma part. En tout cas moi, au prochain concert, je n'attendrai pas de gagner ma place : je la paierai...

*Je qualifie d'athéisme onfraysien tout athéisme qui s'en prend à toutes les religions à coup de provocations, d'amalgames douteux, d'idées reçues et d'images fausses. Le fondamentalisme athée, en quelque sorte...

Partager cet article

Commenter cet article

Miky 18/06/2008 14:32

Il est étonnant que tu m'accuses de mauvaise foi... pour juste après confirmer ce que je viens de dire, à savoir que l'Eglise veut que chaque acte sexuel soit ouvert à la procréation (et non, je n'ai pas dit un gosse à chaque fois, donc en matière de mauvaise foi, je crois que tu peux me donner des cours...).Concernant le plaisir, il me paraît par contre évident que l'Eglise ne fait que le tolérer comme un mal nécessaire, même si ça lui en coûte de l'avouer clairement. Car sinon, pourquoi ce plaisir, désolidarisé de la finalité procréative, et même s'il reste solidaire de la finalité "expression de l'amour" serait-il jugé mauvais ???...

ti'hamo 22/04/2008 12:49

Oh, ben j'en demandais pas tant. Mais j'aime bien qu'on expose ainsi de soi-même sa mauvaise foi, ça évite de trop longues et complexes explications.Et cela montre assez clairement que l'on fait bien de reprocher à ce texte sa mauvaise foi, son ignorance volontaire et sa volonté de répéter des contre-vérités (puisque ceux qui voudront à tout prix y voir un texte fouillé et censé adopteront d'emblée la même attitude).Que tout acte sexuel soit ouvert à la procréation ("ouvert à la procréation", hein, ça veut pas dire "forcé de faire un gosse à chaque fois"), oui, ok.   Et, le rapport avec " Pourvu qu'ils soient faits sans plaisir" ?   Ce n'est quand-même pas la même chose, d'accepter la venue d'un autre être, et de surtout ne pas ressentir de plaisir.   Du coup, idem pour le "fat que les mères pondent".  Et autant pour ton sens critique. Sinon, si ni la science ni la critique artistique ni l'explication de texte ne te réussissent, tu peux essayer la politique.  Ils recrutent, en ce moment. Ou écrivain ("Da Vinci Code 2, le secret du grimoire maudit" ou "Le Retour du Nom de La Rose, tome 3, Le Testament de Judas").

Miky 17/04/2008 18:58

Y'a quand même quelques vérités dans cette chanson :"Dans les cités, les bidonvilles Le pape bénit la pauvreté"=> Allusion possible à la richesse du Vatican qui contraste avec la misère ambiante. Certes, c'est pas parce qu'on est riche qu'il doit être obligatoire de partager son fric, mais on pourrait s'attendre à ce qu'une personne à la tête d'une religion qui prêche l'amour donne l'exemple en en faisant un peu plus que ce qui est requis par le simple respect des lois... "Bien sûr les viols font une moyenne Faut s'résigner, surtout rien dire Que naissent les gosses de la haine Pourvu qu'ils soient faits sans plaisir" => L'acte sexuel (donc le plaisir sexuel qui en découle) est en effet sévèrement réprimé par l'Eglise catholique s'il ne s'inscrit pas dans une finalité d'ouverture à la procréation. On pourrait penser qu'il soit suffisant qu'il y ait des actes sexuels ouverts à la procréation, dans l'ensemble, pour assurer le bien de l'espèce. Que nenni, c'est chaque acte sexuel qui doit être ordonné à une possibilité de procréation, nous dit l'Eglise romaine. Pas moyen d'y déroger. Quel bien est donc visé par une telle exigence ? Mystère et boule de gomme... "Faire des mômes, c'est pas un loisir Faut qu'les mères pondent sans convictions"=> idem...

ti'hamo 11/04/2008 23:35

Ah. En fait je n'avais pas encore lu les paroles de ladite chanson.Effectivement, c'est tout à fait onfraysien. C'en est onfraysien d'ignorance,  de bêtise auto-satisfaite,  d'approximations tordues,... ...le tout estampillé du cachet "rebelle" ou "ironie" quand on ne trouve dans et sur l'emballage que du préfabriqué de rebellitude la plus conformiste.Je suppose qu'on va me dire "oui, mais il ne faut pas réduire cette chanteuse à une seule de ses chansons" : soit. J'irai voir les autres. Mais disons que ça ne plaide vraiment pas en sa faveur.   Si je fais une chanson paillarde qui dit de façon mesquine et agressive et sans aucune finesse que toutes les femmes sont des grosses nymphos bêtes et moches,   il serait assez compréhensible que l'on n'aille même pas jeter un demi-oeil à d'autres de mes chansons.Bon, de toute façon je ne chante pas.    Bon. Une chanteuse conformiste, une de plus - ce n'est pas ça qui manque, a-t-on enfin quelquechose d'original, là, qui renouvelle le répertoire ?(je fais remarquer au passage que les paroles associent explicitement excision et catholicisme : si certains veulent y voir une critique fine et subtile aux "extrémistes" que j'attends toujours que l'on me présente, ce ne pourra être que par mauvaise foi. ce qui ne plaiderait pas non plus en leur faveur.)   J'attends toujours la qualité. De verbe et de réflexion. Vais-je m'armer d'une lanterne et courir les rues tout nu ?

ti'hamo 08/04/2008 21:19

(oui, comme tu le fais toujours pour te spropres coryance, miky, nous l'avons vu à maintes reprises... halàlà...on le changera pas... un vieux fond onfraysien...  :-P  Non, en vrai, c'est pour dire : pourquoi toujours "modéré" serait synonyme d'"intelligent" ? est-ce qu'un résistant "modéré" (qui compose avec le nazisme) est plsu intelligent, est-ce qu'un amoureux "modéré" est préférable,est-ce qu'un dieu "modéré" c'est mieux,est-ce que des droits de l'homme "modérés" c'est plus chouette,est-ce que la raison "modérée" ça a un sens ?:-)(non à la dictature de la modération !)