Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mission

14 Février 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théo en culture

Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu Mission. En fait, je ne l’avais vu qu’à sa sortie en salle et ce dont je me souvenais c’était surtout de beaux paysages et une image de rédemption très forte : l’indien libérant le capitaine Mendoza, ancien esclavagiste du fardeau que celui-ci s’était imposé en expiation… Cette image reste pour moi la plus forte d’un film qui, au delà de l’histoire du capitaine Mendoza,  reste un très beau plaidoyer contre l’alliance de quelque Église que ce soit avec quelque pouvoir que ce soit… Une telle alliance en effet peut sauver la vie de l’Église mais au prix de sa raison d’être… Qui veut sauver sa vie la perdra (Mt XVI, 25)

Et la vision très sombre d’une résistance contre la politique et la soif de profit. Résistance dérisoire qu’elle soit armée ou non violente. Résistance futile et donc absolument nécessaire. Le cinéaste ne tranche pas entre le choix des deux hommes : le guerrier et le non violent font preuve du même courage, de la même compassion et les deux connaîtront le même sort. Le moyen de résistance, de lutte contre l’injustice est laissé à notre choix. Un choix dont il nous faut assumer la responsabilité…

Arte m’a permis de me replonger dans très beau film. Une réflexion sur le paternalisme des « amis des indiens » sur la transmission d’un message sans chercher à l’exprimer dans la culture de ceux qui le reçoivent aurait été bienvenue mais ce n’était pas le sujet du film. De toute façon, le réalisateur a bien compris l’essentiel : l’Évangile ne peut s’accommoder de compromis. Un radicalisme qu’il est bon de rappeler…

Une fausse note tout de même : pourquoi le traducteur français a-t-il sous titré And the light shineth in darkness, and the darkness knew  it not (Jean I, 5) par La lumière brille dans les ténèbres, mais les ténèbres ne l’ont pas vaincue… Il n’avait pas de Bible chez lui ? ni de dictionnaire d’anglais ?

Partager cet article

Commenter cet article

isabelle 25/07/2007 21:35

Un de mes films "culte". Ce film me donne la chair de 'cocotte",: la musique, les paysages mais me met mal à l'aise aussi : l'évangélisation "forcée" a toujours un goût amer, mais heureusement, ça a changé.