Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des débats, des débats, nous voulons des débats...

13 Mai 2008 , Rédigé par Eric George Publié dans #Actualité ecclesiale

Je ne résiste pas à citer ce petit encart de Réforme.

"Fallait-il traverser toute la France pour débattre aussi peu ?"  La remarque d’un des délégués du synode est un tantinet rude mais résume certains des propos qui s’échangeaient au moment des pauses ou des repas à Toulouse. Il faut dire que l’emploi du temps du synode – par ailleurs particulièrement bien organisé – était tellement serré et les interventions tellement nombreuses que les temps déchanges en groupes furent très limité, sur la question des région, de l’évangélisation, sur l’avenir de Théovie et le rôle du DEFAP. C’est d’autant plus dommage que des propos passionnants sur l’évangélisation, le rôle spécifique de l’ERF par rapport à d’autres Eglises, la façon d’incarner la Parole se sont échangés dans les groupes mais n’ont pas trouvé d’échos en plénière. En revanche, il y eut beaucoup d’exposés divers et variés sur toutes les institutions en lien avec l’ERF, avec un côté légèrement catalogue… Ce constat sévère était partagé par nombres de délégués. Mais sans oser le dire haut et fort. A la question : « puis-je vous citer dans réforme ? «  Les réponses ont fusé, unanimes : non, surtout pas. Pourquoi cette volonté de garder l’anonymat ? Pourquoi cette crainte ? C’est cela qui interroge.
Nathalie Leenhardt

Et encore moins à réagir. Alors que la peur étouffe mes co-synodaux, je le redis : Je vais aussi grommeler un peu sur certaines conditions de débats. Une fois de plus deux sujets (sur les trois principaux) ne sont abordés en travail de groupe que par la moitié des délégués synodaux, l'autre moitié devra donc voter après un débat en plénière d'une vingtaine de minutes. Or, cette fois la lourdeur de l'emploi du temps est une excuse difficile à invoquer (deux soirées libres, c'est du jamais vu). Bref, une fois de plus, un vrai débat n'est pas vraiment facilité... Et je vais même plus loin : Non le trop plein de l'emploi du temps n'est pas une excuse valable ! Et je signe : Eric George, pasteur de l’Eglise Réformée à Evreux.
Oui, j’ose ainsi braver les foudres de l’autorité nationale et, contre vents et marées, je crie à la face du monde ce que tous pensent tout bas… Tant pis si le bras vengeur de l’institution m’écrase, nul ne fera taire la vérité que tel le héros romantique je proclame…

Oui, bon, j’arrête de faire le mariole. Franchement je n’ai pas l’impression de courir un grand risque en l’écrivant : c’est vrai qu’il y a un problème avec les débats au cours de nos synodes. Pourtant, je suis persuadé que le problème est dû plus à une maladresse (et peut-être à une timidité des délégués synodaux) qu’à une volonté d’occulter ces débats. En effet, si je déplore que la décision concernant Théovie n’aie pas été plus amplement débattue par l’ensemble des synodaux, je maintiens que la décision finale prend compte de ce qui a été dit par le synode (je précise que ce n’est pas forcément la solution pas forcément l’orientation que je préconisai)


Flûte ! c’est malin ! J’avais une occasion de me poser en rebelle héroïque et me revoilà consensuel… N’empêche que moi j’aurai accepté d’être cité dans Réforme et que cette question du manque de débat me turlupine quand même un peu… A force de chercher comment participer aux débats de notre société,s ommes nous en train d'oublier comment débattre au sein même de notre Eglise ?

Partager cet article

Commenter cet article