Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

S'il me manque l'humour, je ne suis que cymbale qui résonne

28 Mai 2008 , Rédigé par Eric George Publié dans #Petite théologie pas très sérieuse

Le contraste entre l'homme et l'honneur que Dieu lui fait n'est-il pas trop grand pour que le premier devienne solennel et prétentieux comme un paon, pour qu'il ne soit pas, au contraire, obligé de rire de lui-même ? (...) L'humour est le contraire de tout ce qui est admiration et louange de soi. L'honneur de l'homme vient du Dieu qui seul mérite qu'on l'admire et qu'on le loue. Comment, par conséquent, serait-il reconnu, approuvé et reçu si ce n'est avec un libre humour, qui saura prendre et garder la distance nécessaire ?
Karl Barth. La dogmatique


Ainsi couvert par le très sérieux Karl Barth, je puis donner deux illustrations de ce libre humour.
- Peter Jackson, réalisateur australien, voulait rendre hommage au King-Kong de 1933 en en réalisant le remake. Pourtant, en une scène, il modifie tout le film : la célèbre scène de l'effeuillage fait place à un numéro burlesque, ce n'est plus le désir érotique qui pousse le grand singe vers la jeune femme mais une complicité née de l'humour. (J'en avais déjà parlé
ici)
- Les synodaux rassemblés à Toulouse cette année se souviendront longtemps de ce "pasteur Léon" qui règle la question des temples inutilisés à coup de dynamite et de cette évangélisation toute militaire : "Eh toi, touriste ! Tu connais Jésus Christ ? Tu sais qu'il est mort pour toi ? Alors signe ici ! Et maintenant on chante : A toi la gloire .,,"

L'humour n'a rien à voir avec la moquerie ou le sarcasme. Il rit de lui-même et pas de l'autre. Et, en riant de lui-même, l'humour permet de prendre du recul par rapport à soi, il offre donc une distance à soi qui est absolument nécessaire à la rencontre.
Il n'est pas non plus déni : la question des bâtiments inutilisés est particulièrement sensible en Cévennes –Languedoc-Roussillon et dans sa fragilité, Ann Darrow est complètement vulnérable face au grand singe. L'humour n'est pas une façon de masquer sa faiblesse mais, au contraire de l'affirmer face aux autres. Et accepter d'être ainsi vu dans sa nudité, c'est, d'une certaine manière, vivre la relation humaine en dehors du péché "L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte."
Enfin, l'humour n'est pas manque de respect. Au contraire, rire de nous-même, c'est renoncer à nous prendre trop au sérieux, c'est reconnaître notre légèreté. Et reconnaître notre légèreté, c'est accepter de donner du poids (c'est à dire de la gloire) à celui-là seul qui en est digne.

Aussi, qu'à l'amour que nous avons les uns pour les autres et qu'à l'humour que nous avons sur nous mêmes, le monde voit que nous sommes disciples de Jésus le Christ.

Partager cet article

Commenter cet article