Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The shop around the corner

25 Mars 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théo en culture

J'ai revu hier The shop around the corner de Lubitsch. J'avais découvert et aimé cette comédie pendant mes années estudiantines à Paris. J'aime bien les vieilles comédies romantiques (oui bon c'est vrai, les récentes aussi) et celle-ci a en plus un petit accent social pas déplaisant. La peur du chômage est palpable et ce petit morceau de dialogue résonne de manière très actuelle : "Il ne peut pas vous renvoyer, c'est injustifié !" "Le patron n'a pas besoin de motif, c'est un des avantages de sa position".

Mais ce n'est pas de ça que je voulais parler. Cette histoire d'amour épistolaire illustre à sa manière légère le réel pouvoir destructeur des mots. Alfred est vite coincé par les exagérations de ses lettres, comme le mensonge nous emprisonne toujours. Et surtout, blessée par l'absence de son correspondant inconnu, Clara élève la méchanceté verbale au rang de grand art. Au cours de la scène du bar, sans doute le plus importante du film, chacun de ses mots frappe réellement James Stewart comme autant de coup de poignard.

Une puissance de la parole que la Bible nous rappelle à travers les concepts un peu flous de bénédiction et de malédiction... Il y a des mots qui font vivre, disait Eluard, il y en a aussi qui tuent... Celui qui traitera son frère de raka sera passible du sanhédrin. Matthieu V, 22

Partager cet article

Commenter cet article