Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'oecuménisme comme je l'aime

25 Avril 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Humeurs

PARIS (Reuters) - Le Conseil d'Eglises chrétiennes en France a écrit au Premier ministre, Dominique de Villepin, pour lui faire part de son "inquiétude" sur le nouveau projet de loi sur l'immigration de Nicolas Sarkozy.

Parallèlement, le collectif "Uni(e)s contre une immigration jetable" a décliné une offre de dialogue du ministre de l'Intérieur, estimant qu'elle devenait inutile alors que le projet de loi est déjà "bouclé".

Nicolas Sarkozy doit défendre la semaine prochaine au Parlement un texte censé privilégier "l'immigration choisie" par rapport à "l'immigration subie" et qui durcit les conditions d'entrée et de séjour en France.

"Nous sommes toujours prêts à en débattre, mais pas dans de telles conditions. Ces questions requièrent un débat public, que seul le retrait (du texte) permettra", explique le collectif rassemblant des associations de défense des droits de l'homme.

Dans leur lettre au Premier ministre, le cardinal Jean-Pierre Ricard, président de la conférence des évêques de France, le pasteur Jean-Arnold de Clermont, président de la fédération protestante de France, et Mgr Emmanuel, de l'Assemblée des évêques orthodoxes, s'alarment du sort réservé à "tant d'hommes et de femmes à la situation fragile".

Concernant les sans-papiers, estimés à "plusieurs centaines de milliers de personnes", les responsables regrettent que le projet ne contienne que des dispositions visant à "restreindre encore les possibilités de régularisation".

"Ce signal restrictif nous inquiète dans la mesure où il ne pourra que maintenir dans la précarité administrative et sociale de trop nombreuses personnes", écrivent-ils.

Autre sujet d'inquiétude : les mesures visant à retarder le regroupement de familles étrangères et à laisser "des familles entières dans l'incertitude quant à leur possibilité de s'établir durablement en France".

Les responsables chrétiens déplorent également l'affaiblissement de la protection que la France doit, selon eux, aux demandeurs d'asile par l'établissement d'une liste des "pays d'origine dits sûrs".

De même, la généralisation du visa de long séjour ne trouve pas grâce à leurs yeux en raison de la "trop grande opacité" de sa délivrance dans les consulats de France à l'étranger.

Enfin, "la création de la carte de 'compétences et talents' risque d'entraîner une inégalité forte suivant les catégories de personnes", souligne la lettre au Premier ministre.

Un appel lancé lundi à l'initiative du Secours catholique, de la Cimade, du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) et du Service national de la pastorale des migrants, invite les chrétiens à "rappeler que l'homme doit toujours être au coeur de nos choix et la loi toujours viser à protéger les plus faibles".

Il dénonce notamment la suppression de la régularisation après dix ans de présence habituelle en France et le durcissement des conditions du regroupement familial.

C'est dans ces moment là que l'oecuménisme me remplit d'espoir. Et dire que j'en connais certains qui hurlaient à l'idée que les instances religieuses puissent être consultées en Europe, peut-être que ce genre de réaction leur fera  changer d'avis...

Partager cet article

Commenter cet article

Candide 27/04/2006 17:41


Angélisme


C’est, ma foi, la doctrine que les évêques catholiques ont décidé de ressusciter. On croyait l’Église de France guérie de son tropisme gauchiste ; on avait péché par naïveté. Elle fait bloc avec la gauche caviar et tente de nous faire avaler que sa critique des dispositions sarkoziennes sur l’immigration sort tout droit de la lecture des évangiles.
Faire des Évangiles le substrat à la conduite des affaires du pays relève de la manipulation idéologique. L’Église s’est suffisamment fourvoyée en empruntant cette route, copinant ici avec les communistes, là avec le national-socialisme qu’on la croyait vaccinée. Il lui manque une piqûre de rappel.
Ces messieurs de l’épiscopat souhaitent augmenter le flux des migrants, sans doute pour repeupler la fille aînée de l’église. Ca part d’un bon sentiment. Leur aurait-on caché que les nouveaux arrivants ne sont pas tous polonais, qu’il y aurait même des musulmans qui fréquentent rarement les églises, si ce n’est pour en piller les troncs ?
Mais la hiérarchie catholique dont les légions clairsemées peinent à reconnaître leur chef peut être satisfaite : on jubile dans les mosquées. Oussama est aux anges...Les évangélistes ne l'avaient pas prévu !

Eric George 27/04/2006 18:05

Tiens ? Je m'attendais à ce que ce discours soit celui d'un catholique très très traditionnaliste mais en allant visiter votre blog, je m'aperçois qu'il appartiendrait plutôt à la libre pensée. Et si j'en juge à votre pseudo et à votre style, c'est bien de Voltaire que vous vous réclamez. Eh bien, au vue des prises de position de celui-ci dans l'affiare Callas, de son refus de condamner un homme seulement à cause de sa religion, je doute fort qu'il se retrouverait aujourd'hui dans votre islamophobie galopante.
L'Eglise catholique préfère suivre la voie de l'Evangile que celle de la réaction ? Personnellement, j'y vois un progrès...Ceci dit, il ne vous aura pas échappé que ces messieurs de l'épiscopat ne sont pas les seuls en causes, orthodoxes et protestants ont la même lecture d'un Evangile qui privilégie l'accueil de l'autre, défend le droit des plus faibles et refuse les décisions dictées par la peur et la haine...

Tim 27/04/2006 01:02

Moi aussi en tant que chretien evangelique, j'aime cet oecumenisme - un oecumenisme qui ne tend pas a se mettre d'accord de A et Z mais qui sait rassembler lorsqu'il le faut - j'aime ce fond. Quand a la forme, au projet de loi je n'y connais pas assez pour le commenter  ... Fraternellement, Tim