Miettes de théologie

Rater sa vie, la réussir ou la recevoir ?

20 Février 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Petite théologie pas très sérieuse

Au cours d'une émission de télé, pour défendre le plan comm' de Nicolas Sarkozy, Jacques Séguéla déclare "si à 50 ans on n'a pas une Rolex, on a raté sa vie", devenant la risée du Net. Je ne sais pas si Jacques Séguéla a une Rolex mais il a sûrement raté une belle occasion de se taire.
Si le critère de J. Séguéla est risible, caricature extrême de notre soif d'avoir et de paraître, cette phrase malheureuse (mais peut-être calculée) me pose une question plus profonde : "ça veut dire quoi, réussir ou rater sa vie ?". Non pas "quels sont nos critères de ce qu'est une vie réussie ou ratée ?" mais plutôt pourquoi pensons-nous toujours notre vie en  terme de réussite et d'échec ?
Aujourd'hui, notre naissance est, dans la plupart des cas, un choix qui n'est pas le notre (je veux dire
jamais notre choix et souvent celui de nos parents). Mais nos parents nous ont-ils donné la vie dans un but précis que nous pourrions rater ou atteindre ? Je n’en ai pas l’impression, de ma propre expérience parentale, je crois qu’avant même que se projettent les désirs de parents pour leur progéniture, il y a tout simplement un acte d’amour. Et même si ce n’était pas le cas, même si nos parents nous donnaient naissance dans un but bien précis, est-ce que la manière dont nous nous conformons à ces projets, ces désirs nous définiraient ?
Voyons nous notre vie comme une mission (je dois avoir une Rolex avant 50 ans, je dois changer le monde dans lequel je vis, je dois reproduire mes gènes) ou comme un cadeau ?
Je suis bien sûr que le fait de rater ou réussir sa vie ne dépend pas de ce que nous passerons à notre poignet, mais j'ai bien peur que l'homme soit condamné à poser sa vie en terme de but à atteindre (que ce soit transformer le monde ou avoir une rolex) au lieu de la voir comme un don, alors que c'est ainsi qu'elle prend précisément tout son sens.

Partager cet article

Commenter cet article

Tigreek 21/02/2009

Je me souviens d'un thème d'aumônerie, lorsque j'étais en classe de 4e, qui était "Réussir sa vie, réussir dans la vie". Evidemment, nous avions bien vite tous compris que les deux propositions n'étaient pas forcément vraies en même temps...Cependant, penser la vie en terme de don, simplement et radicalement, voilà qui change bien des choses...

Max 21/02/2009

"Réussir sa vie", pour moi cela dépend d'un seul critère : Est-ce que je suis le frère de tous ceux que je rencontre? On peut dire autrement est-ce que je suis capable d'aimer (y compris ceux qui ne m'aiment pas)?

MICHEL 05/03/2009

Bonjour et merci de votre article qui me rappelle un souvenir personnel. Hospitalisé après un passage très dificile qui m'avait laissé un peu inerte, j'étais dans la salle commune de l'hopital : une africaine, bien plus malade que moi et quasiment en fin de vie, me saisit par la manche et me dit : "Allez mon vieux, la Vie est là, à nous de la faire vivre" : cette phrase résonne en moi tous les matins comme une Mission."CordialementMichel

chris 16/10/2009


Très sensible à votre article. Je sens comme vous. Merci. Christian


henri 29/07/2012


J'ai 50 ans , employé de bureau à 2500 euros par mois.
Séguéla a tout à fait raison.
Point-barre.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog