Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mercredis de Calvin (20) : De la nonchalance des électeurs

20 Mai 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Citations

Au cours de cette année Calvin, un passage hebdomadaire du Réformateur de Genève commenté, ou pas, par votre serviteur… Je ne suis absolument pas un spécialiste de la pensée de Calvin, il est possible que je dise des bêtises, mais c’est un auteur que j’aime bien lire

Toute la liberté du peuple, quant à l’élection des évêques, a été abolie. Les voix ou suffrages, le consentement, les approbations, et toutes ces choses se sont évanouies. Toute la puissance a été transportée aux chanoines : ce sont eux qui confèrent les évêchés à qui bon leur semble. Celui qui sera élu, sera bien présenté au peuple mais pour l’adorer, non pour l’examiner (…) La vérité, c’est que le peuple, par succession de temps, étant nonchalant à élire, en a laissé le soin aux prêtres. Ceux-ci ont abusé de cette occasion pour usurper la tyrannie qu’ils exercent, et qu’ils ont confirmée par de nouvelles lois.

Institution Chrétienne. IV, §5, 2-3

 

Je ne lancerai pas une polémique sur le pouvoir tel qu’il s’exerce aujourd’hui dans l’Eglise catholique romaine. En revanche, avant des élections dont beaucoup semblent de désintéresser, je trouve intéressant ce descriptif de ce qu'il advient d'un système démocratique quand le peuple devient « nonchalant à voter »…

Partager cet article

Commenter cet article

Wolfram Steuernagel 23/05/2009 06:47

Ce passage incite à réfléchir non seulement sur les élections politiques, mais aussi sur les élections au sein de nos Églises. En Allemagne, mon pays d'origine, les élections aux C.P. n'ont guère plus que 1% de participation. Sur les membres inscrits des Églises de mon secteur, 35% se sont rendus aux A.G., et environ autant ont envoyé un pouvoir... mais ils représentent à peine 1/10 des protestants connus.
A qui délégons-nous le choix de nos conseillers ?

Eric George 28/05/2009 20:46


En effet, on peut aussi s'interroger sur notre préparation des dossiers synodaux, etc. Nous nous flattons du fonctionnement démocratique de notre Eglise sans toujours mesurer ce que cela signifie
en terme de repsonsabilité.