Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Charlie blasphème, la Bible aussi (mais mieux)

1 Juillet 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théolivres

Alors le grand prêtre déchire ses vêtements et dit : Qu’avons–nous encore besoin de témoins ? Vous avez entendu le blasphème. Qu’en pensez–vous ? Tous le condamnèrent, le déclarant passible de mort.
Marc XIV, 63-64



Charlie Hebdo a décidé d'user l'affaire des caricatures danoises jusqu'à la trâme en publiant ce hors-série. Salutaire piqûre de rappel visant à lutter contre une loi anti-blasphème ? Peut être... Mais voyons un peu ce que contient le hors-série...
Côté texte, une longue liste un peu fourre-tout (le blasphème et l'hérésie y sont largement mélangés) des méfaits de la religion contre la liberté de pensée. Les athées les plus militants se verront confortés dans leurs opinions, les autres se demanderont si présenter la religion uniquement sous son jour négatif, en passant sous silence ses apports tant à l'art qu'à la pensée et à la liberté, n'est pas aussi une forme d'obscurantisme... Personnellement, je crois être autant que Philippe Val, opposé à une législation sur le blasphème, en revanche, au milieu de tout cet attirail antireligieux, j'aurais aimé trouver un semblant de réflexion sur la liberté d'expression et ses limites et les responsabilité qu'elle suppose. Après tout, il y a une dizaine d'année, je signais une pétition proposée par Charlie Hebdo pour interdire un parti politique, je pensais, et je pense toujours, que la liberté d'expression a des limites. Charlie Hebdo semble penser que ces limites à la liberté d'expression ne concernent que ses adversaires politiques. C'est dommage...
Côté dessins, c'est pas beaucoup mieux. Aucun n'est réellement blasphémateur et peu sont vraiment drôles (à part la couverture que j'aime bien)
Les carricatures les plus dures viennent des deux pages sur l'anticléricalisme du XIX° XX° siècle et curieusement tous les dessins présentés visent les religions et pas Dieu lui-même (cela aurait mérité d'être un peu dévelopé, je trouve)
Bref, en comparaison, Ô Dieux, religions et idôles était quand même nettement plus drôle et moins opportuniste...

Pourtant, je suis assez d'accord avec l'idée développée par Philippe Val du blasphème comme remise en question du pouvoir religieux et lutte contre l'immobilisme. Mais là, je pense que la Bible fait bien mieux Charlie:

Suis–je intègre ? Je ne m’occupe pas de moi–même, je rejette ma propre vie. Qu’importe, après tout ? C’est pourquoi je le dis : Il supprime l’homme intègre aussi bien que le méchant. Quand une destruction répand soudain la mort, Il se moque de l’épreuve des innocents. La terre est livrée aux méchants ; Il voile la face des juges. Si ce n’est pas Lui, qui est–ce donc ?
Job IX, 22-24
Job critique ici Dieu de façon très radicale

Et moi, j’ai vu ceci : l’avantage de la sagesse l’emporte sur celui de la folie, comme l’avantage de la lumière sur celui des ténèbres ; le sage a des yeux pour voir, mais l’homme stupide marche dans les ténèbres. Pourtant je sais, moi, qu’un même sort les attend tous les deux. Je me suis dit : Le sort de l’homme stupide m’attend, moi aussi ; pourquoi aurai–je alors montré, moi, davantage de sagesse ? Et je me suis dit que c’est là encore une futilité. Car le sage ne laisse pas de souvenir pour toujours, pas plus que l’homme stupide ; à mesure que les jours passent, tout est oublié. Le sage meurt bel et bien comme l’homme stupide ! J’ai donc détesté la vie, car pour moi l’œuvre qui se fait sous le soleil est mauvaise, puisque tout n’est que futilité et poursuite du vent. J’ai détesté tout le travail que j’ai fait sous le soleil, et que je dois laisser à celui qui me succédera. Qui sait s’il sera sage ou fou ? Pourtant, il aura pouvoir sur tout le travail que j’ai fait avec sagesse sous le soleil ! C’est encore là une futilité.
Ecclesiaste II 13 à 17

(une remise en question radicale de la sagesse proverbiale juive qui voulait que jes bons soient récompensés et les méchants punis...

Je détruirai ce sanctuaire fabriqué par des mains humaines et en trois jours j’en construirai un autre qui ne sera pas fabriqué par des mains humaines.
Marc XIV, 58

(Jésus annonçant la ruine du Temple)

Quant à moi, mes frères, si je proclamais encore la circoncision, pourquoi serais–je encore persécuté ? La cause de chute, la croix, serait donc réduite à rien ?  –– Qu’ils aillent donc jusqu’à se mutiler, ceux qui sèment le trouble parmi vous !
Galates V, 11 à 12

Paul assimile la circoncision des juifs à la mutilation des païens

Pour ne citer que quelques un des grand blasphèmes bibliques. Ces grandes remises en question de la religion et des certitudes acquises que l'on trouve au sein des textes mêmes  sont parmi les témoignages les plus forts de l'intérêt des textes bibliques

Partager cet article

Commenter cet article