Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Figures bibliques (9) Bartimée I

4 Juin 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Bible

Il n'est de pas de pire aveugle que celui qui refuse de se taire.

Les handicapés dans la Bible sont souvent bien complaisants. Ils sont là pour être guéris et,en attendant,  ils tiennent paisiblement leur place. Au delà de leur maladie, on ne peut guère leur donner une personnalité, et on pourrait finir par se demander si, pour les évangélistes, sur la paillasse de ces handicapés, il y a plus qu'une maladie là pour que Jésus opère son miracle.

Heureusement, il y a Bartimée.

Bartimée qui dérange, Bartimée qui refuse de se taire, Bartimée qui, par ses cris, oblige Jésus à s'arrêter dans sa marche vers Jérusalem.

J'aime le mouvement du récit de Bartimée : tout d'abord un Jésus mobile (avec sa foule satellite) et un Bartimée immobile mais bien plus actif dans son immobilité que le cortège qui suit Jésus, puis un Jésus qui s'arrête pour mettre Bartimée en marche.

J'admet que Bartimée est une belle exception à mon refus de donner quelque initiative que ce soit à l'humain. Mais qu'on lui reconnaisse son caractère d'exception et qu'on mesure l'ironie de la chose : alors que la cécité est le symble biblique du manque de foi, ce sont les cris d'un aveugle qui vont obliger Jésus à faire un crochet.

J'avoue qu'avant même la lecture théologique, j'y vois une réflexion fort actuelle sur la place que nous laissons aux handicapés dans notre société. N'y a-t-il de pire aveugle que celui qui ne veut pas se taire ou de pires sourds que ceux qui ne veulent pas entendre ?

Partager cet article

Commenter cet article

Tigreek 08/06/2009 21:57

Hier, j'étais à un rassemblement diocésain (catho, donc). Pendant la célébration de l'après midi, au moment de la lecture du psaume, un groupe d'handicapés mentaux a joué une chorégraphie préparée le matin. C'est peut-être tout simple, mais j'en ai eu les larmes aux yeux, de voir qu'on n'était pas obligés de les cacher, de montrer qu'ils pouvaient aussi exprimer leur foi !Le psaume, ainsi lu, chanté et "gestué", devenait vraiment l'expression d'un peuple entier à Dieu, j'ai beaucoup aimé.