Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce sale macho de Paul

7 Juillet 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Bible

Présenter Paul comme son auteur biblique préféré, c'est s'exposer à entendre régulièrement : "Mais Paul il avait quand même un sérieux problème avec les femmes..."

C'est vrai que certains des passages les plus apparement misogynes du Nouveau Testament sont signés de Paul, et c'est sans doute vrai, que Paul, juif du 1er siècle ne se démarquait sans doute guère du machisme de beaucoup de ses contemporains.

Pourtant, plutôt que de répéter un lieu commun, en lui accordant quelques circonstances atténuantes (c'est son milieu qui voulait ça), il est utile de se pencher un peu plus avant sur ses écrits...

Un exemple. C'est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l'autorité dont elle dépend. (I corinthiens XI, 10)

Ce verset est extrait d'un passage dans lequel Paul estime que lorsque la femme prophétise (c.a.d parle de la part de Dieu) elle doit le faire la tête voilée.

Première remarque : Si Paul donne des consignes aux femmes qui prophétisent, c'est bien qu'il leur reconnaît le droit de le faire. La défense faite aux femmes de parler dans les assemblées se limite donc au bavardage et ne peut pas être utilisé comme objection au ministère féminin.

Deuxième remarque : la traduction (ici de Segond mais la plupart vont dans le même sens) est passablement orientée. Le texte grec peut aussi se traduire par "C'est pourquoi la femme doit avoir sur la tête une marque de l'autorité qui lui vient des anges" (désolé, je n'arrive pas à afficher le texte grec ici, mais je veux bien l'envoyer aux hélénistes confirmés et sceptiques qui m'en feraient la demande). En effet, dans le Nouveau Testament, exousias n'est jamais l'autorité subie mais l'autorité conférée et exercée l'autorité conférée. De plus la transmission angélique aux femmes est attestée dans la culture juive. Enfin, pour de nombreuses cultures contemporaines de Paul, le voile est le symbole de la femme libre. C'est bien sûr un symbole contestable, mais en replaçant le passage dans son contexte, en remettant en question certaines traductions traditionelles (et tout à fait orientée), on peut s'apercevoir que le soucis premier de Paul, c'est de permettre à celle qui prend la parole dans l'assemblée de reconnue dans son autorité. Ce qui change quand même bien des perspectives. (d'après une étude de A. Rakotoharintsifa, dans Conflits à Corinthes)

Bien sûr, le but n'est pas de faire de Paul l'apôtre du féminisme mais de rappeler que, parce que les interprètes et traducteurs ne sont jamais neutres, l'étude et la traduction sont constament à retravailler.

Et puis, ce sale macho de Paul, c'est aussi celui qui a écrit Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. (Galates III, 28) Un de ces textes qui changent tout et ouvrent tout les possibles

Partager cet article

Commenter cet article

Anna 21/07/2006 10:03

Le fond du problème est de savoir pourquoi les femmes qui prophétisent, qui parlent de Dieu doivent avoir la tête couverte et en quoi elles seraient mieux entendues ainsi. On ne demande pas aux hommes de se couvrir la tête. J'ai bien conscience du contexte culturel dans lequel baignait Paul, celui du patriarcat, ce qui d'ailleurs répond à la question posée. Il s'agit de distinguer les femmes vertueuses des prostituées "en cheveux". C'est aussi l'idée que de manière les femmes "provoquent" avec leur chevelure qui a toujours eu une signification érotique, ce qui est inacceptable dans l'enceinte de Dieu.  D'ailleurs, les femmes orthodoxes se couvrent aussi la tête à l'église. L'Islam n'a rien inventé.  
L'année dernière, j'assistais à un mariage orthodoxe grec et dans le livret de prière, on y trouvait un passage de Paul dans lequel les femmes étaient tenues à obeir à leur mari. On peut toujours tenter de rechercher une interprétation du verbe "obéir" plus conforme à nos esprits modernistes, voire féministes, mais il y a une limite, c'est le texte lui-même. Quand le texte devient sacré, le problème est insoluble.

Kiyomi 13/07/2006 21:57

Explication interressante, mais j'avoue que ça ne me persuade pas que Paul soit un grand feministe... même s'il remonte un peu dans mon estime.
S'il est très probable que ces textes aient été interpretés de façon abusive pour justifier des positions machistes, je me demande si par souci de modernité on n'essaie pas parfois de "tordre" les textes pour les faire rentrer dans nos categories de pensée moderne.
 
 

Eric George 16/07/2006 06:02

Effectivement, le but n'est pas de faire de Paul un féministe. Il reste sur bien des points un homme de son temps et son génie n'est pas là (peut-être devriez-vous lui donner une nouvelle chance ;o) ) .Pour ce qui est de tordre le texte, j'ai l'impression que A. Rakotoharintsifa argumente assez solidement son interprétation et qu'elle correspond assez bien au contexte (il ne supprime par exemple pas la hierarchie homme-femme, dont parle Paul). En revanche votre interrogation sur la tentation de tordre les textes me parait tout à fait pertinente, je vais tâcher de m'atteler rapidement à une réponse un peu plus complète. C'est un bon sujet d'article.