Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mercredis de Calvin (23) La sanctification (a) Nous ne sommes point nôtres

10 Juin 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Citations

Au cours de cette année Calvin, un passage hebdomadaire du Réformateur de Genève commenté, ou pas, par votre serviteur… Je ne suis absolument pas un spécialiste de la pensée de Calvin, il est possible que je dise des bêtises, mais c’est un auteur que j’aime bien lire

 

Or, si nous ne sommes points nôtres, mais appartenons au Seigneur, de là on peut voir ce que nous avons à faire de peur d’errer, et où nous avons à adresser toutes les parties de notre vie. Nous ne sommes point nôtres : que donc notre raison et volonté ne dominent point en nos conseils et en ce que nous avons à faire. Nous ne sommes point nôtres : ne nous établissons donc point cette fin, de chercher ce qui nous est expédient selon la chair. Nous ne sommes point nôtres : oublions-nous donc nous-même tant qu’il sera possible, et tout ce qui est à l’entour de nous. Au contraire, nous sommes au Seigneur : que sa volonté donc, et sa sagesse président en toutes nos actions. Nous sommes au Seigneur : que toutes les parties de notre vie soient référées  à lui, comme à leur fin unique. O combien a profité l’homme qui se connaissant n’être pas sien, a ôté la seigneurie et régime de soi-même à sa propre raison, pour les abandonner à Dieu ! Car, comme c’est la pire peste qu’aient les hommes pour se perdre et ruiner que de complaire à eux-mêmes, aussi le port unique du salut est de n’être point sage en soi même, ne vouloir rien de soi, mais suivre seulement le Seigneur.

Institution Chrétienne Livre III §7. 1

 

Pour Calvin, comme pour Paul ou pour Luther, l’affirmation que notre salut ne tient qu’à  l’amour gratuit et immérité de Dieu n’aboutit pas à la licence de tout faire mais bien au contraire, parce que nous sommes sauvés c’est toute notre vie et notre faire qui sont transformés. Calvin prend au sens très fort le « Ce n’est plus moi mais Christ qui vit en moi » de Paul. Elus, saisis par Dieu, nous ne sommes plus nôtres et c’est bien cette nouvelle appartenance qui va conduire notre vie.

Partager cet article

Commenter cet article