Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce que l'Esprit dit aux Eglises (3) La doctrine et la Parole

31 Juillet 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Bible

Prédication du 7 juin
Apocalypse II, 12 à 17

Un trône de Satan, une épée à double tranchant, un témoin mis à mort, nous n'avons pas vu Pergame mais je n'en suis pas mécontent. Dans mon imagination, Pergame peut rester une contrée angoissante et magique, un décors pour le Seigneur des Anneaux, pour Eragon ou le Trône de Fer.
Je sais bien qu'aujourd'hui le trône de Satan, gigantesque bloc de pierre est exposé en Allemagne. Je sais bien que les chrétiens de Pergame ont vécu en réalité des moments aussi terrifiants que ceux que Tolkien a imaginé pour ses héros : le trône de Satan représente aussi le pouvoir romain opposés aux Eglises et la mort d'Antipas montre que la persécution a été violente. Les chrétiens de Pergame ont su résister à ses dangers nous dit la lettre mais elle avertit qu'il existe un danger plus grand, plus menaçant que le trône de Satan, plus mortel que les persécutions. Ce danger est un danger intérieur.

Le texte ne nous dit pas qui sont les nicolaïtes. Sans doute était-ce inutile pour  les lecteurs de l'époque mais aujourd'hui, les spécialistes ont bien du mal à se mettre d'accord. En fait, je crois que c'est très bien ainsi. Parce que du coup, la lettre à Pergame s'adresse à nous. Pas pour nous mettre en garde contre ces énigmatiques nicolaïtes mais pour nous rappeler que face à toute doctrine, ce qui compte, c'est la Parole. En effet, cette épée à double tranchant qui revient à deux fois dans le texte, c'est le symbole de la Parole de Dieu. La parole de Dieu, c'est à dire Jésus Christ. Ce qui compte, ce n'est pas ce qu'Eric George ou les Nicolaïtes ou même Jean de Patmos dit sur Jésus Christ mais bien Jésus Christ lui-même Et c'est là la grande force de la lettre à Pergame, elle ne dit pas : « les nicolaïtes disent cela et c'est mal alors que moi je dis ceci et c'est bien », elle n'oppose pas une doctrine à une autre comme le font toujours les théologiens. Elle se contente de renvoyer à Jésus, le Christ, parole de Dieu et donc bien au-delà de ce que l'homme saurait en dire, parole vivante et donc impossible à figer en une doctrine.
Une fois qu'on a posé que Jésus est plus important que tout ce qu'on peut dire de lui, on peut discuter pour savoir si Fils de Dieu signifie Dieu lui-même ou non, et ces discussions sont importantes et riches. Mais elles ne doivent jamais nous faire oublier que la vérité est Jésus Christ et non pas telle ou telle option théologique aussi profonde et argumentée soit-elle.  
Et ce Jésus Christ, ce n'est pas par notre réflexion, par nos déductions que nous le trouverons : il nous est donné comme la manne, comme la pierre blanche. C'est ce que nous rappelle l'Apocalypse qui ne nous propose pas une doctrine mais plante Jésus Christ comme une épée au milieu de nos discussions.

Frères et soeurs , il est normal que Jésus nous intrigue, il est bon que nous cherchions, que nous interrogions. Mais qu'aucune de nos doctrine ne nous conduise jamais à rejeter et à exclure, qu'aucune de nos doctrines  ne vienne jamais à le remplacer, lui qui est la Vérité.
Amen

Partager cet article

Commenter cet article