Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mercredis de Calvin (35) Six raisons de prier

2 Septembre 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Citations

Au cours de cette année Calvin, un passage hebdomadaire du Réformateur de Genève commenté, ou pas, par votre serviteur… Je ne suis absolument pas un spécialiste de la pensée de Calvin, il est possible que je dise des bêtises, mais c’est un auteur que j’aime bien lire.

 

C’est pourquoi, bien que Dieu veille et fasse le guet pour nous conserver, même quand nous sommes si étourdis que nous ne sentons point les maux qui sont à l’entour de nous ; bien aussi qu’il nous secoure quelquefois avant d’être invoqué : néanmoins il nous est très nécessaire de l’implorer assidûment.

Premièrement, afin que notre cœur soit enflammé d’un véhément et ardent désir de le toujours chercher, aimer et honorer, en ce que nous nous accoutumions d’avoir en lui notre refuge en toutes nécessités, comme au port unique de salut.

Ensuite, afin que notre cœur ne soit ému d’aucun désir, dont nous ne l’osions faire incontinent témoin, comme nous le faisons en exposant devant ses yeux toute notre affection et, par manière de dire, déployant tout notre cœur devant lui.

Davantage, afin que nous soyons préparés à recevoir ses bienfaits avec une vraie reconnaissance et avec action de grâces, car par la prière nous sommes avertis qu’ils nous viennent de sa main.

En outre, afin qu’ayant obtenu ce que nous demandions, nous réputions qu’il a exaucé nos désirs, et que par là nous soyons plus ardemment incités à méditer sa bénignité.

Et encore que nous prenions plus grand plaisir à la jouissance des biens qu’il nous fait, entendant que nous les avons obtenus par nos prières.

Finalement, afin que sa providence soit confirmée et approuvées en nos cœurs, par ce que nous expérimentons de fait selon notre petite capacité, en tant que nous voyons que non seulement il nous promet de ne jamais nous abandonner, et qu’il nous donne entrée à le chercher et implorer en la nécessité, amis aussi qu’il a la main toujours étendue pour aider les siens, et qu’il ne les allaite point de vaines paroles, mais les maintient comme il en est besoin.

 

Pour toutes ces raisons, le Père plein de clémence, bien que jamais il ne dorme et ne demeure inactif, toutefois montre souvent signe de dormir afin que par cela nous soyons incités à le prier et requérir, comme il est expédient à notre paresse et oubliance.

Institution Chrétienne Livre III, §20. 3

 

La conclusion me rappelle un propos d’Ellul affirmant que le croyant n’est pas celui qui nie le silence de Dieu mais plutôt celui qui constate et refuse ce silence, bref celui qui crie vers Dieu (c'est-à-dire prie) afin qu’il parle (c'est-à-dire qu’il agisse). Calvin opine par avance tout en rappelant que c’est bien là la volonté du Dieu silencieux.

Et puis il y a la deuxième raison invoquée, nous apprendre à nous présenter à Dieu tel que nous sommes. Quelle confiance en un Dieu qui est un père aimant et non pas un juge inquisiteur !

 

Partager cet article

Commenter cet article