Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Buffy (et Ezechiel) contre les vampires

3 Septembre 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théo en culture

Afin d'ouvrir la Bouche de l'Enfer, une force ancienne et maléfique a poussé Andrew, un geek quelque peu déjanté à assassiner son ami pour que son sang brise le sceau de Danzalthar.
Ca fait peur, hein ?
Bon, comme souvent dans Buffy, le mode de narration est plus intéressant que la narration elle-même (Hergé, Whedon, même combat)
Mais en fait, ce qui vaut à cet épisode une relecture théologique, c'est que pour refermer le sceau de Danzalthar (pour l'ambiance de cette note, merci de bien vouloir lire les 4 derniers mots d'une voix sépulcrale), c'est qu'il ne faut pas le sang du meurtrier mais seulement ses larmes. Bref, notre tueuse de vampires a bien compris le message d'Ezechiel : "Ce que je désire, est-ce que le méchant meure? dit le Seigneur, l'Éternel. N'est-ce pas qu'il se convertisse et qu'il vive?" Ezechiel 18,  23
Et puis, on peut pousser un peu plus loin : pour obtenir ces larmes d'Andrew, il faut que celui prenne pleinement conscience de ce qu'il a fait, qu'il sorte de l'univers qu'il s'invente sans cesse pour se voiler la face. Or, cette prise de conscience ne peut venir que par l'intervention d'un tiers. C'est ici une notion importante sur le repentir : il n'est pas une condition à la grâce mais il en fait partie.

Partager cet article

Commenter cet article

anya 09/09/2009 16:19

Enfin un blog de théologie qui ne diabolise pas la série Buffy! (Ce n'est pas la même chose chez les américains...)Cette série est remplie de références à la religion et donne souvent lieu à de belles analyses comme celle-ci. ;)

Eric George 11/09/2009 00:18


La diabolisation c'est pas trop mon truc.
Ceci dit, cet épisode là m'a vraiment marqué mais  si elle contient beaucoup de métaphore de l'adolescence et fait preuve de pas mal d'imagination sur le plan de la forme (un épisode muet, 3
what if, une comédie musicale, , un épisode où l'action principale est oubliée au profit d'un second rôle), Buffy c'est quand même bien moins théologique que Oz ou Battlestar Galactica...