Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mercredis de Calvin (36) Eglise visible, Eglise invisible

9 Septembre 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Citations

Au cours de cette année Calvin, un passage hebdomadaire du Réformateur de Genève commenté, ou pas, par votre serviteur… Je ne suis absolument pas un spécialiste de la pensée de Calvin, il est possible que je dise des bêtises, mais c’est un auteur que j’aime bien lire.

 

L’Ecriture Sainte parle de l’Eglise en deux sortes. Quelquefois en usant de ce nom, elle entend l’Eglise telle qu’elle est en vérité, et en laquelle ne sont compris que ceux qui par la grâce d’adoption sont enfants de Dieu et, par la sanctification de son Esprit, sont vrais membres de Jésus Christ. Et alors non seulement elle parle des saints qui habitent sur la terre, mais de tous les élus qui ont été depuis le commencement du monde.

Souvent d’autre part, par le nom d’Eglise elle signifie toute la multitude des hommes, laquelle étant éparse en divers région du monde, fait une même profession d’honorer Dieu et jésus Christ, a le baptême pour témoignage de sa foi, en participant à la cène affirme avoir unité en doctrine et en charité, est consentante à la Parole de Dieu, dont elle veut garder la prédication, suivant le commandement de Jésus Christ. En cette Eglise, il y a plusieurs hypocrites mêlés avec les bons, qui n’ont rien de Jésus Christ, hors le titre et l’apparence : les uns ambitieux, les autres avaricieux, les autres médisants, certains de vie dissolue, qui sont tolérés pour un temps, ou parce qu’on ne peut les convaincre juridiquement, ou bien parce que la discipline n’est pas toujours en telle vigueur qu’elle devrait. De même qu’il nous est nécessaire de croire l’Eglise qui nous est invisible et connue de Dieu seul, aussi il nous est commandé d’avoir cette Eglise visible en honneur, et de nous maintenir en sa communion.

C’est pourquoi le Seigneur nous l’a marquée de certains signes et enseignes, en tant qu’il nous était expédient de la connaître. Il est vrai que ce privilège appartient à lui seul de connaître ceux qui sont les siens (II Timothée 2 ; 19). Et de fait, afin que la témérité des hommes ne s’avançât jusque-là, il y a mis bon ordre, nous avertissant journellement par expérience combien ses jugements secrets surmontent notre sens. Car d’une part ceux qui semblaient totalement perdus et qu’on tenait pour désespérés, sont réduits au droit chemin, d’un autre côté ceux qui semblaient bien fermes, trébuchent. C’est pourquoi selon la prédestination de Dieu, cachée et secrète comme dit S. Augustin, il y a beaucoup de brebis hors de l’Eglise, et beaucoup de loups dedans Car il connaît et a marqué ceux qui ne connaissent ni lui ni eux-mêmes. Touchant à ceux qui portent extérieurement sa marque, il n’y a que ses yeux qui voient ceux qui sont saints sans feintise, et doivent persévérer jusques à la fin : ce qui est le principal de notre salut.

Toutefois, parce que le Seigneur voyait être expédient de savoir quels sont ceux que nous devons tenir pour ses enfants, il s’est accommodé en cet endroit de notre capacité. Et d’autant qu’il n’était pas besoin en cela de certitude de foi, il a mis à la place un jugement de charité, selon lequel nous devons reconnaître pour les membres de l’Eglise tous ceux qui par confession de foi, par bons exemples de vie et participation aux sacrements, confessent un même Dieu et un même Christ que nous.

Or, d’autant qu’il nous était nécessaire de connaître le corps de l’Eglise, pour nous y adjoindre, il nous l’a marqué de certaines enseignes, auxquelles l’Eglise nous apparaît évidemment et comme à l’œil.

Voilà d’où nous avons l’Eglise visible. Car partout où nous voyons la Parole de Dieu être purement prêchée et écoutée, les sacrements être administrés selon l’institution du Christ, là, il ne faut nullement douter qu’il n’y ait l’Eglise (Ephésiens II ; 20)

Institution chrétienne Livre IV §7 à 9

Partager cet article

Commenter cet article