Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dangereuse miséricorde

24 Septembre 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Petite théologie pas très sérieuse

De Salomon ni de Judas, je ne te dirai ce que j'ai fait, pour qu'on abuse pas de ma miséricorde

 Cette citation de Sainte Gertrude (moniale allemande et mystique  m'a rappelé la réaction d'un collègue alors que j'exprimais ma conviction d'un salut offert à tous sans condition aucune : "Mais c'est terriblement démobilisateur !"
J'avoue que cette réaction m'amuse. Bien sûr je ne prétends pas détenir la vérité sur ce point précis et je sais bien qu'on pourrait avancer de nombreux arguments bibliques et théologiques pour me contredire. Bref, le débat sur l'universalité du salut reste ouvert. Mais l'argument "pratique", le "mais si on annonce le salut de tous, les gens se conduiront n'importe comment !" est pour moi irrecevable. En effet,n'avoir que cet argument c'est s'avouer être prêt à déformer le message de Jésus Christ pour des raisons utilitaire.
Pour ma part, je sais bien que l'absolue miséricorde de Dieu est dangereuse et que le message de la grâce n'est pas vendeur face à des foules qui, de plus en plus cherchent des repères, des règles. Il n'y a qu'à voir le succès des religions légalistes (Islam, boudhisme (sans parler des confessions chrétiennes qui finissent par revenir à la loi à force de vouloir donner des repères)Pour ma part, je continue à croire que le message de Jésus Christ est celui du salut gratuit, de l'amour inconditionnel. Et je crois également que, si ce message n'est pas propre à attirer les foules, il peut, par la puissance de l'Esprit Saint, transformer une vie.
C'est pourquoi je n'ai pas peur d'affirmer que je crois que Dieu aime et sauve Judas et Salomon.

Partager cet article

Commenter cet article

Miky 16/10/2006 14:56

Matthieu,Si pour toi le panthéisme consiste seulement a considérer que l'absolu s'identifie à l'Univers matériel, alors oui, l'athéisme pur et dur me paraît s'identifier en fait au panthéisme.Et je serais curieux de savoir ce que tu objecterais à ce panthéisme là :-)Amicalement,Miky

Matthieu 11/10/2006 13:00

Miky,
Je te remercie d'indiquer que pour l'athée, l'Absolu est l'Univers matériel (avec majuscule, qui plus est...).
Cela me conforte dans l'idée que l'athéisme pur n'a aucune existence autonome sur le plan philosophique, puisqu'il dérive le plus naturellement vers une métaphysique panthéiste (l'Univers est l'Absolu)...

Miky 11/10/2006 00:07

Salut Frédérique,
Je ne commenterai pas tout ton commentaire pour le moment car il est tard et demain je dois me lever tôt.
Je voulais juste rebondir sur l'étonnement que tu as d'être devenue croyante après avoir été athée style Onfray...
Tout d'abord, il me semble que les conversions d'un véritable athéisme à un véritable christianisme sont beaucoup plus rares que dans l'autre sens.
C.S. Lewis m'apparaît être un des seuls exemples célèbres. Sinon, dans la blogosphère, je suis également tombé sur l'étrange cas de Philalèthes , qui est apparement passé d'un athéisme nihiliste à un christianisme fortement teinté de calvinisme et... toujours de nihilisme (ben oui !).
Ce qui est à mon avis beaucoup moins fréquent encore, ce sont les passages agnostique --> croyant, ou agnostique --> athée. Attention, je ne parle pas du pseudo-agnosticisme qui est en fait de l'indécision, et qui est souvent une étape intermédiaire dans un cheminement vers le théisme ou l'athéisme. Je parle d'un agnosticisme qui affirme - éventuellement arguments à l'appui - le caractère inconnaissable de ce qui transcende l'expérience, et s'en tient à peu près à ce constat, sans s'embarasser, si j'ose dire, de croyance en un dieu, mais sans s'y opposer activement.
L'athée et le croyant, ont en général un point commun : ils estiment que l'absolu est en quelque sorte connaissable d'une certaine manière, et du moins, ils estiment avoir de bonnes raisons (fut-ce personnelles) de se prononcer sur sa nature. Pour le croyant, cet absolu est Dieu ; pour l'athée, il est l'Univers matériel. On remarque par ailleurs que l'extrêmisme est rarement le fait d'agnostiques, mais plutôt de croyants... ainsi que d'athées (ex. : Onfray). Encore un autre point commun.
Le passage d'une catégorie à l'autre me paraît donc facilité du fait d'une structure mentale en partie commune... que ne partage pas, me semble-t-il, l'agnostique (le vrai). Ce dernier à trouvé son équilibre dans le constat serein et résigné de notre impuissance à percer le mystère de l'être...
Amicalement,
Miky

Frédérique 10/10/2006 18:28

Merci à vous. Si je me plaîs sur votre blog c'est parce qu' il y a une rassurante bienveillance entre vous le Pasteur, Matthieu le catholique et Micky l'athée. J'attendais depuis longtemps de pouvoir échanger ainsi ! Mais la foi me travaille, c'est vrai ... Vous parlez de certitudes : il m'est arrivé de me dire que j'étais plus heureuse "avant", campée sur mes certitudes justement. C'est rassurant d'en avoir ... Heureusement, mon mari est croyant (bien qu'un peu endormi :) mais j'ai du mal avec mon père qui est du style Onfray ... :))))).
Au sujet des certitudes, j'ai lu cet été un roman d'un auteur que j'aime beaucoup, Emmanuel Schmitt "L'Evangile selon Pilate" où l'on découvre un Pilate se débattant avec sa raison aprés la résurrection de Jésus ... trés prenant ...

Eric George 18/10/2006 16:06

L'évangile selon Pilate reste dans les livres que je dois absolument lire (mais plus j'attend et plus j'ai peur d'être déçu);..Pour la bienveillance qui existe ici, c'est vrai que je suis très heureux que ce blog me donne l'occasion d'un débat parfois très tranché mais toujours courtois et respectueux avec des catholiques (y compris de tendance traditionnelle comme Matthieu), des athées. Je en désespère pas voir arriver ici des juifs, des musulmans ou des boudhistes (en fait je crois que certains me lisent déjà) animé par le même esprit de débat sans concession mais sans agressivité...

Eric George 10/10/2006 18:27

Un grand merci, Frédérique, pour ce témoignage et toute catholique que vous soyez,  je me sens très proche de ce que vous écrivez C'est vrai que les débats théologiques sont souvent difficiles et perturbants mais c'est sans doute pour cela qu'ils sont nécessaires ne serait que pour nous protéger de la superstition et du fanatisme comme vous le dites très bien... Et puis, rassurez-vous, dans le christianisme comme dans l'athéisme, il y a aussi des moments ou notre intellect nous laisse un peu en repos, ou nous nous appuyons sur des "certitudes" ou en tout cas des convictions tellement fortes que pour un temps du moins, elles nous servent de repères... Mais quand le repos devient pétrification, il est salutaire d'ébranler un peu l'édifice et de repartir (tiens vous me donner une idée sur le nomadisme comme image)En tout cas, je ne sais pas où vous conduira votre cheminement et votre réflexion mais j'espère bien vous compter encore longtemps comme lectrice et intervenante sur ce blog...