Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Eglise et les Eglises

22 Octobre 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Bible

Prédication du 22 octobre 2006
Baptême de Marise Hoogterp
Jean XV 11 à 17
I Corinthiens XII, 12 à 27

« Ce sera notre joie qu’elle reconnaisse un jour que Jésus est le Seigneur ». C’est sur ces mots que nous avons terminé le baptême de Marise, c’est donc une espérance, pas une certitude. Et plus tard si Marise reconnaît en Jésus Christ le seigneur et le sauveur, elle rejoindra une communauté.
En effet, on ne peut pas être chrétien tout seul, ce sera le premier point de ma prédication. Ensuite je parlerais de la communauté (l'Eglise comme rassemblement de tous les chrétiens) puis des assemblées (nos Eglises catholique, orthodoxe ou protestantes).

Aujourd’hui, nous le savons, les réformés s’en réjouissent parfois, la mode est à l’individualisme. Chacun veut être capitaine de sa vie : seul maître à bord après Dieu (et encore, quand Dieu est lui-même accepté sur le bateau). C’est mon choix, c’est ma vie, ça me regarde, c’est mon problème, mes affaires, etc. Quoi de plus normal donc que d’estimer qu’il devrait en aller de même pour la foi, qui est tout de même un sentiment très intime. Mais être chrétien, ce n’est pas seulement croire que Dieu existe ou croire qu’il est venu à nous en Jésus Christ, c’est aussi vivre de cette conviction et la vivre pratiquement.
«Vous êtes mes amis si vous faites ce que je commande. Ce que je vous commande c’est de vous aimer les uns les autres ».Être ami de Jésus Christ consiste donc en un « aimer » . Difficile dès lors de vivre sa foi comme une traversée en solitaire. Aimer tout seul, ça s’appelle du narcissisme. On ne peut pas à la fois se placer dans une optique d’amour et refuser la vie avec les autres.
Et comment se traduit cet amour ? Eh bien l’évangile selon Matthieu nous en donne un bon exemple « Vous avez reçus gratuitement, donnez gratuitement » Mat. X, 8. Recevoir et donner, voilà les mamelles de l’amours. Comment serait-il possible de faire ça tout seul ? Je me lance la balle et je la reçois. (Si vous avez plusieurs balles et que vous êtes plus doués que moi, c’est du jonglage et ça peut être amusant mais ça n’a rien à voir avec le christianisme).
On ne peut donc pas être chrétien tout seul, on ne peut pas vivre sa foi en jésus Christ uniquement dans la sphère privée.

 « Je vous appelle mes amis » Reconnaître en Jésus le Seigneur c’est déjà être pris dans une communauté, c’est déjà être arraché à soi. Oui, je dis bien arraché car n’est pas un choix personnel. « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai chois » rappelle Jésus à ses disciples.
Mais quel est donc cette communauté qui nous saisit malgré nous ?
« Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande ». C’est un peu bizarre non ? En tout cas, je suis sûr que si demain je dis ça à mes amis, ils ne vont pas le rester longtemps, mes amis… Et puis ça continue : Ce que je vous commande c’est de vous aimer les uns les autres… Comment peut on commander d’aimer ? C’est une règle de grammaire qu’il faudrait ajouter : le verbe aimer ne supporte pas l’impératif… Il est donc impossible de comprendre l’obéissance comme une condition à l’amitié de Jésus. Et il est impossible de comprendre « aimez vous les uns les autres » comme un ordre. Donc il nous faut continuer à creuser le texte :  Je ne vous appelle plus esclaves, parce que l’esclave ne sait pas ce que fait son maître. Je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai entendu de mon Père. Ici, les choses sont très claires, il n’est plus question d’obéissance (je ne vous appelle plus esclaves) mais bien de connaissance. Voilà le principal avantage d’appartenir à la communauté chrétienne, c’est de savoir ce que le Père a fait. Euh oui, mais nous savons quoi, au juste ? Dans les textes Jésus est souvent très énigmatique… C’est vrai que nous ne savons pas tout, que nous ne comprenons pas tout. Mais nous savons l’essentiel : Par amour pour nous, Dieu nous a rejoint en Jésus Christ pour nous délivrer de nos esclavages et de nos morts… Et cela nous permet de mieux comprendre le reste, dès l’ancien testament, la loi est comprise comme une prescription, comme une ordonnance médicale, fais ceci et tu vivras, ça ne veut pas dire fais ceci ou sinon je te tue mais fais ceci parce que c’est bon pour toi. « Vous êtes mes amis si vous faite ce que je vous commande », ça ne veut pas dire « si vous ne le faites pas, vous n’êtes plus mes copains et je vous parle plus » Cela veut dire « en vous aimant les uns les autres, vous retirez vraiment le bénéfice de mon amitié », qu’est ce que nous apporte l’amitié de Jésus Christ ? C’est de pouvoir aimer ceux qui nous entoure. Se savoir aimer et pouvoir aimer, c’est cela, le gain du chrétien. Et c'est un gain énorme, nous préférons tous aimer à haïr, nous apprécions tous être entourés apr ceux que nous aimons, alors imaginez un peu si nous aimions tout le monde... Jésus nous le rend possible. Voilà ce que nous gagnons à être pris dans la communauté, l'Eglise de Jésus, le Christ.

Cette vaste communauté prends corps pour nous dans nos assemblées.
En effet, je crois que l’image que Paul utilise pour expliquer la diversité des dons peut aussi s’appliquer pour expliquer la diversités des Eglises, des assemblées. La création, la Bible nous montrent que Dieu n’aime pas ce qui est monolithique, uniforme, il préfère la diversité, la variété, la vie quoi
Cette diversité est tout d’abord géographique forcément. Il est assez pratique qu’il existe des Églises en Normandie et d’autres dans la Frise (les parents d’Aafke qui ont fait le voyage ne me contrediront pas je pense). Contre cette diversité géographique, personne n’a rien à dire. La diversité confessionnelle en revanche, nous pose plus de problèmes. Pourtant, elle ne me semble pas si différente de la diversité géographique.
Je crois que nous nous méprenons souvent , la diversité, la différence n’est pas synonyme de division. Ce n’est pas mauvais qu’il existe différentes Églises, ce qui est mauvais c’est quand ces Églises se déchirent, ce qui est mauvais c’est quand une Église prétend dominer les autres ou les absorber, ce qui est mauvais c’est quand des chrétiens condamnent la foi d’autres chrétiens. Les différentes Églises doivent apprendre à dialoguer de façon constructive les unes avec les autres (cela signifie de façon franche et critique), elles doivent apprendre à s’enrichir les unes des autres et à travailler ensemble mais je ne crois pas qu’elles doivent travailler à fusionner en une seule institution, je ne vois pas pourquoi le corps devrait devenir un gigantesque fémur… En revanche, il serait bon que ce corps que nous formons tous ensembles, se rappelle qu’il a une seule tête : Jésus Christ et que quand les Églises se tirent dans les pattes, c’est dans les pattes de ce corps qu’elles tirent…
Encore une fois, l’existence de plusieurs Églises me semble tout à fait conforme au projet de Dieu, d’ailleurs cette diversité se manifeste dès les premiers temps du christianisme. A mon avis, c’est une question de langage au sens large, pas seulement de mots mais aussi de gestes, de coutumes,  de fonctionnements. Il existe différentes assemblées parce que nous ne parlons pas tous la même langue. Il existe différentes assemblées afin que chacun puisse trouver un lieu, une assemblée dont le langage lui correspond. Et c’est ici qu’intervient le choix. Je vous l’ai dit, on en choisit pas de devenir chrétien, c’est Christ qui nous appelle. En revanche être protestant réformé, évangélique ou luthérien, être catholique romain, être orthodoxe, ce sont des choix. On n’est pas protestant parce qu’on est né dans le protestantisme, on est protestant parce qu’on a choisi d’y rester ou d’y venir. On n’est pas catholique romain parce qu’on est né dans le catholicisme, on est catholique parce qu’on a choisi d’y rester ou d’y venir.
Ce choix, cette décision montrent bien que nos assemblées ne sont pas des lieux d’emprisonnement mais bien des lieux de liberté. En effet, si les réformés, par exemple, parlent tous le même langage, cela ne signifie pas qu’ils soient tous d’accord. De même nos assemblées ne sont pas des lieux de contraintes, on n’y vient pas par devoir, on y vient par besoin, par envie, on y vient pour recevoir et donner, on y vient pour partager nos convictions, les confronter à celles des autres, pour les renforcer et les enrichir aussi. On y vient pour le plaisir d’être ensembles, dans la convivialité et dans la prière. Mais nos assemblées ne sont pas non plus des lieux de replis sur soi, la liturgie un peu bousculée d’aujourd’hui en est une preuve. Si nous nous rassemblons, ce n’est pas seulement pour le plaisir d’être entre gens qui parlent la même langue, c’est aussi pour unir nos forces, associer nos talents, nos compétences, nos charismes pour être témoins de cette Bonne Nouvelle, de cet amour de Dieu.

Oui, frères et sœurs, ce sera notre joie qu’un jour Marise reconnaisse en Jésus Christ le Seigneur, qu’elle vive de cet amour qui lui est donné et qu’elle rejoigne une de ses assemblées, parce que c’est notre joie d’appartenir tous à l’Église de Jésus le Christ et de vivre cette appartenance à travers les richesses et les faiblesses de nos assemblées.

Partager cet article

Commenter cet article

david 28/10/2006 03:12

La secte et les sectes !
Les sectes chrétiennes du temps de la Rome antique ont été vainement réunie dans une tentative de réunification. La secte catholique s'est scindée en diverses sectes  qu'ils ont apellé ordre religieux. Ces ordres sont des sectes alliées qui forment donc une religion. Seulement une religion n'est qu'ue alliance de sectes et ces sectes alliées redeviennes après leur alliance une seule et même secte. Ce que la secte catholique a échouée, d'où l'apellation d'ordre. Il n'y a donc que des sectes et pas de religion. La secte des Bénédictins et toutes les autres. Après le schisme chrétien de Luther, la secte Protestante. Et à ce jour, les chrétiens utilisent le mot religion pour dire secte afin de se valoriser vis à vis des autres sectes. Et si toutes les secte qui emploient ce mot pour définir d'autres sectes qu'elles considèrent comme telle dans leur texte, c'est par alliance contre toutes les sectes telle la scientologie, une reconnaissance pour se réhausser. 

Eric George 28/10/2006 07:23

David, je ne sais pas si vous êtes conscient que votre discours est plus religieux (sectaire, si vous voulez) que celui de la plupart des Blogs sur lesquels vous intervenez. Vous vous contentez de toujours répéter la même litanie, en y ajoutant parfois des citations de vos gourous (onfray et Cascioli la plupart du temps) sans connaître grand chose de la croyance de ceux que vous critiquez.Mais bon, aujourd'hui je vais vous répondrePremièrement, le christianisme ne s'est jamais revendiqué comme la seule et unique religion. Il ne peut donc pas utiliser ce terme pour ce valoriser vis à vis des autres religions.Deuxièmement : il me semble bien que vous n'ayez pas du tout compris ma prédication. L'Eglise au singulier dont je parle n'est pas l'Eglise catholique romaine (qui fait partie des Eglises) et étant donné qu'elle est un rassemblement non défini (on ne sait pas qui en sont les membres) et certainement pas univoque, je en vosi pas très bien comment on pourrait la qualifier de secte.Troisièmement : votre vision du catholicisme romain et des différents ordres est à mourir de rire. Vous semblez croire que les différents ordres catholiques étaient à l'origine des religions autonome que l'Eglise aurait absorbé; Mais les Jésuites furent fondés en 1540. Les dominicains, en 1215. Les franciscains en 1210 et ils n'ont rien à voir avec des religions séparées que le catholicisme aurait englobé, Vous mélangez tout....Enfin, le mot secte dont vous vous gargarisez dans votre litanie a énormément évolué. A l'origine il désignait un groupe de pensée distinct , il était donc tout à fait normal de parler de la secte chrétienne qui trouvait ses racines dans la sectes juives. On aurait à l'époque parlé de la secte athée si l'athéisme avait existé. Aujourd'hui le mot secte ne se comprend que sous une acceptation négative et par exemple l'état français a donné un certain nombre de critères qui permettent d'appeler un groupe (religieux ou non) une secte. Or les différentes Eglises chrétiennes ne répondent pas à ces critères. Il serait donc bon que vous définissiez un peu ce que vous entendez par secte...