Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Se peut-il que Dieu m'aime ?

20 Décembre 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Petite théologie pas très sérieuse

Une très jolie réponse de Georgette Gribi sur Questiondieu (le principal  défaut de cet excellent site c'est la forme "question-réponse" choisie qui ne permet pas vraiment un échange de fond)

Un internaute demande :

Se peut-il vraiment que Dieu m'aime en dépit de mes innombrables défauts, de mes fautes répétées, de mes faiblesses, de mes mensonges, de mes peurs, de mon inconstance et de tout le tort que j'ai fait subir autour de moi ?
Et si c'est bien le cas, pouvez-vous m'expliquer comment pourrais-je jamais accepter l'amour de Dieu moi qui ne mérite que son mépris ?
Merci de bien vouloir considérer cette question comme autre chose qu'un acte d'humilité. Je n'arrive pas à admettre que Dieu m'aime et de fait, je n'arrive pas à l'aimer en retour. C'est là toute l'insidieuse problématique.

Merci à vous.

Réponse de Georgette Gribi

Oui, oui, oui ! Et je pourrais m'arrêter là...

Mais le problème, c'est que ça paraît trop beau pour être vrai. Comment est-ce possible ? Je ne suis pas intéressant, je suis bourré de défauts; je vois bien quels sentiments vous animent, lorsque vous dites : est-ce possible ?

Une chose qui m'a aidée, personnellement, à me rendre compte que cela devait être vraiment possible, c'est de voir que Dieu, dans la Bible, s'adresse toujours à des gens petits, inintéressants... à des filous, même, à des gens peu recommandables... comme Jacob, en Genèse, qui est un roublard calculateur, un voleur (Gn 27), mais à qui Dieu s'adresse pour être l'ancêtre de son peuple... comme David, en 1 Samuel 16, le plus petit et maigrelet des fils de Jessé, qui est choisi par Dieu pour devenir roi... comme Marie, femme inconnue et insignifiante de Nazareth choisie pour être la mère de Jésus... comme Jésus lui-même, fils de charpentier, né dans une étable... comme Pierre, le disciple qui a renié son maître au moment de la crucifixion...

Il y en a une liste sans fin, dans la Bible, de ces petites gens, choisis par Dieu, peut-être justement parce qu'ils sont petits ? Peut-être que ce n'est que lorsqu'on ne voit plus comment c'est possible que les choses deviennent possibles; peut-être que c'est là qu'on lâche vraiment tout, qu'on abandonne toute velléité de s'en sortir par soi-même, de faire quelque chose qui ferait qu'on mérite que Dieu s'adresse à nous. Alors, on devient accessible à un amour qui demande que nous nous laissions aimer pour nous-même, et non pas pour ce que nous sommes capables de faire.

Ce n'est pas les choses bien que vous faites, vos qualités, votre honnêteté, votre force, que Dieu veut aimer, mais c'est vous-même. Vous-même, votre être profond, votre personne. Un père aime son enfant, un point c'est tout; quoique cet enfant ait fait, même s'il n'est pas beau, s'il a menti à la maîtresse, s'il n'est pas fort à la gym... il l'aime, il l'a toujours aimé, parce que c'est son enfant, et cela suffit. Dieu vous aime, parce que vous êtes son enfant, et cela suffit. Et ce qui est rassurant, c'est qu'il vous aime même si vous n'arrivez pas à y croire, ou à l'aimer en retour, cela ne change rien. Il n'en a que faire, de vos défauts... il sait bien que vous n'êtes pas parfait, ce n'est pas cela qu'il attend de vous. D'ailleurs, il n'attend rien de vous pour vous aimer. Il vous aime, il vous a toujours aimé, il continuera à vous aimez, malgré tout.

Partager cet article

Commenter cet article

Matthieu 21/12/2006 14:11

Merci cher Pasteur pour ce très beau texte qui nous réchauffe en cet hiver.
Il me rappelle une très belle prière intitulée : "Aime moi tel que tu es".
http://totus-tuus.over-blog.com/article-3261544.html

Eric George 23/12/2006 12:26

C'est une belle prière en effet, mais l'indécrotable protestant que je suis ne peut s'empêcher de faire la remarque que Georgette Gribi va un cran plus loin....