Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les prophéties de Noël (3) Sanglots à Rama

24 Décembre 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Bible

Selon un procédé litéraire courant, Matthieu marque son récit de la Nativité par 4 prophéties. De quoi parlaient Esaïe, Michée, Jérémie et Osée ?

Ainsi parle le SEIGNEUR : On entend des cris à Rama, des sanglots amers ; c’est Rachel qui pleure ses fils ; elle refuse de se laisser consoler au sujet de ses fils, car ils ne sont plus. Ainsi parle le SEIGNEUR : Cesse de sangloter, sèche tes larmes ; car il y aura une récompense pour tes actions––déclaration du SEIGNEUR : ils reviendront du pays de l’ennemi. Il y a de l’espoir pour ton avenir––déclaration du SEIGNEUR : tes fils reviendront dans leur territoire.
Jérémie XXXI, 15 à 17

Cette annonce de pleurs et de sanglots se révèlent finalement être une proclamation joyeuse: « cesse de sangloter » et, c’est encore plus flagrant si nous prenons le début de l’annonce

Nations, écoutez la parole du SEIGNEUR, et proclamez–la dans les îles lointaines ! Dites : Celui qui a disséminé Israël le rassemblera et il le gardera comme un berger son troupeau. Car le SEIGNEUR libère Jacob, il le reprend à un plus fort que lui. Ils viendront et pousseront des cris de joie sur la hauteur de Sion ; ils afflueront vers les biens du SEIGNEUR, le blé, le vin, l’huile, le petit bétail et le gros bétail ; leur vie sera comme un jardin abreuvé, et ils ne dépériront plus. Alors la jeune fille se réjouira dans la danse, jeunes gens et vieillards se réjouiront ensemble ; je changerai leur deuil en gaieté et je les consolerai ; je les réjouirai après leurs tourments. Je gorgerai les prêtres de graisse, et mon peuple sera rassasié de mes biens––déclaration du SEIGNEUR.
Jérémie XXXI, 10 à 14

Pourquoi donc une prophétie d’allégresse est-elle ainsi marquée par les larmes et les lamentation ? Serait-ce le prix à payer pour le bonheur ? Certainement pas ! Mais de même que le médecin vient d’abord pour les malades, la bonne nouvelle s’adresse d’abord aux affligés.
Les lamentations de Rama rappellent les tragédies et les souffrances de notre existence. Tragédies et souffrances qu’aucune conviction, aucune foi ne devrait jamais nier ni chercher à édulcorer ou relativiser. Ce n’est pas dans un monde merveilleux et imaginaire que Dieu intervient mais dans ce que notre réalité a de plus dur, de plus insupportable et insoutenable. Et cette intervention de Dieu est d’abord promesse. Elle est espérance là où il n'y a plus d'espoir possible, consolation là où il n'y a plus de consolation possible.

Partager cet article

Commenter cet article