Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Figures bibliques (7) Amos

25 Mars 2007 , Rédigé par Eric George Publié dans #Bible

Je ne suis pas prophète, je ne suis pas frère prophète ; je suis bouvier et pinceur de sycomores.  Mais Yahvé m’a pris de derrière le troupeau et Yahvé m’a dit : “ Va, prophétise à mon peuple Israël. ” (Amos VII, 14-15)

D’Amos on connaît surtout la vigueur de son message, son intransigeance qui nous rappelle que l’impiété se situe moins dans la façon de rendre un culte à YHVH que dans la manière de traiter les plus petits. La religion d’Amos n’est pas le culte officiel mais la justice sociale et la violence de ses paroles contre le comportement d’Israël est impressionnante. Amos est celui qui dit non à l’injustice, non à l’écrasement du pauvre par le riche. Il est celui qui, hors des cadres institutionnels, un bouvier saisi par Dieu qui refuse de se taire.
Amos est aussi celui qui, face au prêtre Amatsia, représentant de l’autorité, refuse de se taire
Mais la compassion d’Amos est moins connue

Voici ce que me fit voir le Seigneur Yahvé : il produisait des sauterelles, au temps où le regain commence à pousser, c’est le regain après la coupe du roi. Et comme elles achevaient de dévorer l’herbe du pays, je dis : « Seigneur Yahvé, pardonne, je t’en prie ! Comment Jacob tiendra–t–il ? Il est si petit ! » Yahvé en eut du repentir : « Cela ne sera pas », dit Yahvé. Voici ce que me fit voir le Seigneur Yahvé : Le Seigneur Yahvé intentait un procès par le feu : celui–ci dévora le grand Abîme, puis il dévora la campagne. Je dis : « Seigneur Yahvé, cesse, je t’en prie ! Comment Jacob tiendra–t–il ? Il est si petit ! » Yahvé en eut du repentir : « Cela non plus ne sera pas », dit le Seigneur Yahvé.
Amos VII (1 à 6)


Voici donc que se pourfendeur d’injustice, cet annonciateur de malédiction, ce prophète de malheur, s’émeut du sort d’Israël. Ni son statut de peuple élu, ni sa piété, ni sa possible repentance ne peut protéger Israël de la colère de Dieu. Seule sa faiblesse peut lui valoir la pitié de l’Eternel. L’intransigeant Amos fond devant ce qui est sans défense. . Pour le prophète, la miséricorde reste le premier devoir du puissant face au petit, et cela s’applique à YHVH, lui-même…

Voilà, quelques lignes sur Amos parce que le nôtre fête ses 10 ans aujourd’hui. J’ignore s’il sera plein de l’ardeur de son bouillant éponyme mais je sais que déjà, il se laisse facilement désarmer par la faiblesse et la fragilité qu’il ressent chez l’autre. Une attitude dont nous ne pouvons que nous réjouir…

 

Partager cet article

Commenter cet article