Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A calvinist christmas carol

1 Décembre 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théo en culture

Ce pourrait être un objet de collection : les adaptations de Un chant de Noël de Dickens sur tous le supports. Personnellement ma première rencontre avec le conte de Dickens remonte à un épisode de L'homme qui valait trois milliards, c'est dire...

C'et vrai qu'elle est sympa cette histoire de vieux grigou qui, confronté à ce qu'il est, se transforme radicalement. On pourrait même en faire une relecture théologique sans couper aucun cheveu en quatre et parler de conversion.

Sauf qu'il y a le fantôme des Noëls à venir qui vient pour faire peur, pour menacer : "voilà ce qui t'attend si tu ne te convertis pas". Du coup, c'est pour échapper à une affreuse mort solitaire qu'Ebenezer change d'attitude. Une conversion ça ? Baliverne !

Et je rêve d'un Chant de Noël plus court où les fantômes des Noëls passés et présents viendraient dire à Scrooge : "Voilà où tu es, voilà ce qui t'es offert. Quitte tes chaînes et entre dans la joie de ton maître"

(Oui, bon, je trouverais encore le moyen de préciser que cette conversion est le fruit de l'Esprit Saint, mais c'est une autre histoire)

 

P. S. : Le drôle de Noël de Scrooge, la dernière adaptation de Christmas Carol par Zemeckis est très chouette. A la fois libre et étonnamment fidèle. Attention quand même pour les enfants : elle est tout à fait effrayante. Moi, je n'ai presque pas eu peur mais c'est parce que je connaissais déjà l'histoire.

Partager cet article

Commenter cet article