Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gauvain et le sacré Graal

29 Octobre 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théo en culture

Et voici que les demoiselles passent encore une fois devant la table : messire Gauvain croit en voir trois cette fois-ci ; il lève les yeux, et il lui semble que le Graal est suspendu dans les airs. Et il lui semble voir au-dessus un homme cloué sur une croix, une lance fichée au côté : messire Gauvain le contemple et éprouve une profonde compassion pour lui ; il ne pense qu'à une seule chose, aux souffrances qu'endure le Roi. Le plus noble des chevaliers l'exhorte de nouveau à parler et lui que s'il tarde davantage, il n'en aura plus jamais l'occasion. Mais messire Gauvain se tait : il n'entend même pas le chevalier, et regarde vers le haut.

Perlesvaus, le haut livre du Graal in La légende arthurienne

J'ai toujours aimé les histoires de chevalerie, Excalibur fait partie de mes films de référence, ceci explique sans doute pourquoi Les légendes arthuriennes sont depuis 20 ans dans ma bibliothèque. En revanche, la symbolique médiévale m'ennuie, ce qui explique pourquoi je ne lis que maintenant ces légendes, découvrant pourquoi le Graal échappe successivement à Perceval et Gauvain : les deux le voient mais omettent de demander qui il sert.

Perceval ne pose pas la question parce qu'il est presque aussi mal dégrossi que son homologue kaamelotesque (c'est pas faux : s'il ne joue pas au "cul de chouette", ce n'est pas loin), et que sa maman lui a recommandé de ne pas poser de question.

Le manqué de Gauvain est plus intéressant : c'est parce qu'il est perdu dans son adoration du Graal qu'il ne pose pas la question. Son échec, c'est d'avoir, dans son extase mystique, perdu de vue la dimension humaine. C'est de s'être tourné vers le Christ en oubliant ceux pour qui celui-ci est venu. Une très belle illustration médiévale et chevaleresque de l'impossibilité de séparer l'amour de Dieu et du prochain.

Partager cet article

Commenter cet article