Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'athéisme nous interroge

4 Mai 2011 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théolivres

atheisme-nous-inerroge.gifS'il n'existe pour Simone de Beauvoir aucune valeur absolue ou préétablie, si les choix sont entièrement libres, il n'en faut pas conclure pour autant que l'homme vit sans but ; mais c'est à lui de se fixer des fins sans justifications extérieures, de se donner une raison d'être sans aucune nécessité objective. Il ne faut donc pas conclure que la pensée existentialiste voue l'homme une existence insensée ; ce serait confondre la notion d'ambiguïté avec celle d'absurdité. "Declarer l'existence absurde, écrit Simone de Beauvoir dans sa Morale, c'est nier qu'elle puisse se donner un sens ;   dire qu'elle est ambiguë, c'est poser que le sens n'en est jamais fixé, qu'il doit sans cesse se conquérir." Remarquons en passant que l'amour et le pardon, tels que les envisage un chrétien,eux aussi, dépassent les jugements apparemment les plus définitifs et qu'il n'est pour eux aucun obstacle qui ne soit susceptible d'être surmonté, aucun échec qui ne puisse devenir l'occasion d'une victoire, aucune fin qui ne puisse donner lieu à un nouveau départ ; même la mort est considérée dans cette perspective.
Laurent Gagnebin Simone de Beauvoir in L'athéisme nous interroge.

 

J'espère que l'on n'a pas les athées qu'on mérite. C'est la réflexion qui m'a accompagné pendant toute ma lecture de cette compilation de quatre livres de jeunesse de Gagnebin. En effet, nos Onfray, Dawkins (et, dans une moindre mesure, Comte-Sponville) font piètre figure face à Simone de Beauvoir, Gide, Camus et Sartre. Sans doute parce que leur athéisme n'est pas vindicatif mais fait simplement partie de leur pensée.
D'une plume légère et claire, Laurent Gagnebin nous fait entrer dans l'univers de ces intellectuels, un univers (je devrais écrire des univers) qu'il apprécie et nous donne envie de (re)découvrir. Gagnebin ne cache pas sa foi mais nous ne sommes pas dans une entreprise de défense de la foi chrétienne. L'athéisme nous interroge est bien plus intelligent qu'une oeuvre d'apologétique : Gagnebin ne combat pas les auteurs qu'il étudie mais les analyse et s'en enrichit et nous en enrichit. Tout au plus consacre-t-il quelque ligne à établir que le Dieu que récusent ces penseurs, s'il correspond à l'image qu'en donne, hélas, l'Église, n'a rien à voir avec le Dieu prêché par Jésus Christ (c'est d'ailleurs peut-être le point commun entre les athéismes). Mais surtout Gagnebin nous invite à faire nôtres, les questions et réflexions de Beauvoir, Sartre, Camus et Gide, d'en teinter notre théologie et notre foi.

Camus, Sartre et Gide sont dans ma bibliothèque. Beauvoir en est absente. Pas de chance, c'est elle que Gagnebin m'a le plus donné envie de lire.

Laurent Gagnebin : L'athéisme nous interroge. Van Dieren Editeur

Partager cet article

Commenter cet article

Ne sois pas triste si un malheur t'atteind 04/06/2011 13:43



J’aimerais me convertir à
l’islam…


 


L'islam n'est pas « la religion des Arabes »


 


L’islam n'est pas « la religion des Arabes ». L'islam est un message universel d'amour et de paix, une conception de l'univers et de la vie sur terre, une volonté de rechercher un accord complet avec ce que Dieu agrée (sens de
« soumission », en arabe : « islam »), un ensemble de croyances, de valeurs, de principes et de règles, auxquels n'importe quel être humain peut
adhérer.


Que l'on soit typé comme un Oriental ou comme un Africain à la peau sombre, que l'on soit blond aux yeux bleus ou jaune aux cheveux
noirs de jais… Que l'on soit un Bédouin du désert ou un cadre informatique travaillant dans un gratte-ciel, que l'on soit navigateur voguant sur les eaux bleues ou ouvrier gagnant sa vie à la
sueur de son front et à la force de ses bras… que l'on soit d'Orient ou d'Occident… Que l'on soit né dans une famille musulmane ou que l'on choisisse de se convertir à l'islam par conviction
profonde et intime, après avoir été adepte d'une autre religion ou après avoir été athée… Que l'on soit homme ou femme… Que l'on soit âgé ou jeune… L'islam accueille toutes celles et tous ceux
qui choisissent de plein gré d'adhérer à son message. Et tous ces gens deviennent musulmans et musulmanes au même titre que celles et ceux qui l'étaient déjà avant eux.


Dieu dit : « Ô vous les hommes, nous vous avons créés à partir d'un seul homme et d'une seule
femme, et nous avons fait de vous des nations et des tribus pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux d'entre vous. Dieu est omniscient,
Grand Connaisseur. » (Les appartements/13).


Il dit aussi : « Et parmi Ses Signes : Il vous a créés de terre, puis vous voilà des hommes se
dispersant [dans le monde]. Et parmi Ses Signes : Il a créé pour vous, de vous-mêmes, des épouses pour que vous viviez la tranquillité auprès d'elles et il a mis entre vous de l'amour et de
la tendresse. Il y a en cela des signes pour ceux qui réfléchissent. Et parmi Ses Signes : la création des cieux et de la terre, et la diversité de vos langues et de vos couleurs. Il y a en
cela des signes pour ceux qui savent. »  (Les romains/20-22).


Aucune contrainte ne peut être exercée sur qui que ce soit pour le convertir à l'islam. Le Coran est clair :
« Pas de contrainte en religion : la vérité s'est distinguée de l'erreur. »(La
Génisse/256).


 


La conversion d'une femme ou d'un homme à l'islam


 


Il s'agirait plutôt d'une « reconversion à l'islam », puisque, comme l'a dit notre Prophète (sur lui la paix), chacun et
chacune naissent en étant prédisposés (fitra) à l'aspiration et à la soumission à Dieu, ce qui est le sens du mot « islam ».


En islam, étant donné qu'il n'y a pas de clergé, il n'y a pas de représentant de Dieu sur terre au sens clérical du terme. En
effet, en islam, tous les musulmans sont des représentants de Dieu sur terre sans aucune distinction si ce n’est avec la piété. De même, il n'y a pas de baptême comme c'est le cas dans le
catholicisme. Pour se convertir à l'islam, il suffit d'accepter et de prononcer qu’« il n'y a aucune divinité digne d’être adorée en dehors de Dieu et d’accepter que Muhammad
(sur lui la paix) est le dernier Messager de Dieu ». Le mieux est qu'on le fasse devant d'autres personnes, puisqu'il s'agit d'un témoignage, à la
mosquée par exemple.


Il est bon que des musulmanes et musulmans, qui sont présents dans le lieu où l'on habite, sachent que l'on s'est reconverti à
l'islam. Cela parce que les musulmans forment une grande communauté (qui n'est basée ni sur la race ni sur la couleur de la peau, mais sur l'acceptation d'une même croyance, conception du sens de
la vie et sur le partage de valeurs communes), et le Prophète (sur lui la paix) a souvent rappelé qu'il faut rester attaché à la communauté (al-jamâ'ah). Cela est d'ailleurs utile pour
maintes occasions : en cas de décès, par exemple, les frères et sœurs pourront prendre les mesures nécessaires pour qu'on soit inhumé aux côtés de ses frères et sœurs musulmans.


 


Les conditions du témoig



marike 05/05/2011 21:04



A Propos de Simone de Beauvoir, avez-vous lu : "Mémoires d'une jeune fille dérangée" ? de Bianca Lamblin, livre de poche 13593, LP6, d'une "élève" de ce professeur (intellectuellement ou quant
aux moeurs, ou les deux ?) ... Elle conclut ainsi :


"Mes yeux s'étaient enfin dessillés. Sartre et Simone de Beauvoir ne m'ont fait, finalement, que du mal."