Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mercredis de Calvin (49) Une limite à l'obéissance

9 Décembre 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Citations

calvin19.jpgAu cours de cette année Calvin, un passage hebdomadaire du Réformateur de Genève commenté, ou pas, par votre serviteur… Je ne suis absolument pas un spécialiste de la pensée de Calvin, il est possible que je dise des bêtises, mais c’est un auteur que j’aime bien lire.

 

Pour conclure, il faut brièvement noter qu’il ne nous est point recommandé d’obéir à nos parents sinon en Dieu (Ephésien VI, 1), ce qui n’est point obscur par le fondement que nous avons mis ; car ils président sur nous en tant que Dieu les a élus, leur communiquant quelque portion de son honneur. Ainsi, la sujétion qui leur est rendue doit être comme un degré pour nous conduire à la révérence de lui, qui est le souverain Père. C’est pourquoi s’ils nous veulent faire transgresser sa Loi, ce n’est pas raisonnable que nous les considérions pères, mais nous doivent être lors tenus pour étrangers qui veulent nous détourner de l’obéissance de notre vrai père.

Il faut avoir un même jugement de nos princes, seigneurs et supérieurs, car ce serait une chose trop déraisonnable, que leur prééminence valût quelque chose pour abaisser la hautesse de Dieu, vu qu’elle en dépend et la doit plutôt augmenter, qu’amoindrir, confirmer que violer.

Institution chrétienne Livre II §7. 38

 

En commentant le 5eme commandement, Calvin a insisté sur le fait que l’obéissance ne tient pas à ce que nos supérieurs s’en montrent dignes ou non. En revanche, il y a bien une limite à cette obéissance. Seulement ce n’est pas nous qui la fixons en fonction de notre bon plaisir, en nous prétendant juges de ceux qui ont autorité sur nous. La limite donnée est que l’autorité ne saurait nous opposer à Dieu. Si l’on se souvient que l’amour de Dieu et du prochain sont indissociables, le discours est clair : nulle autorité ne saurait me contraindre de nuire à mon prochain, nulle autorité ne saurait m’interdire de me porter au secours de mon prochain… Une limite lourde de conséquence.

Partager cet article

Commenter cet article