Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Perdre, prendre, donner

19 Septembre 2010 , Rédigé par Eric George Publié dans #Actualité ecclesiale

C'est du temps perdu. On peut essayer de se persuader que chaque personne qui lira nos panneaux sera éclairée sur la réalité des camps de rétention administrative, nous savons bien que nos cercles de silence n'améioreront pas le sort de nos frères et soeurs enfermés, et que leur multiplication n'a que peu de chance d'infléchir la politique du gouvernement.
C'est du temps perdu, mais, le monsieur qui vient passer 10 minutes avec nous, faisant patienter ses enfants, en est un beau témoignage, c'est du temps pris, pris sur nos occupations, sur la foultitude de choses que nous avons à faire, pris sur notre confort. Nous prenons ce temps parce que même si nous ne savons pas quoi faire, nous n'acceptons pas cette situation où des hommes, des femmes, des enfants sont emprisonnés pour avoir fui la détresse.
Et parce que nous choisissons de le prendre, ce temps que nous perdons devient un don. Un don futile peut-être, insuffisant sans doute, mais un don et non plus une perte.

Perdre, prendre, donner, ce sont trois verbes de riches. Seul le riche peut se permettre de perdre et de donner, et seul le riche a le pouvoir de prendre. Participer à un cercle de silence, c'est mesurer que nous sommes riches de notre temps...


Partager cet article

Commenter cet article

Max 27/09/2010 13:33



Et puis si on adhére aux paroles de William Booth :


Tant que des femmes pleureront,
Je me battrai.


Tant que des enfants auront faim et froid,
Je me battrai.


Tant qu'il y aura un alcoolique,
Je me battrai.


Tant qu'il y aura dans la rue une fille qui se vend,
Je me battrai.


Tant qu'il y aura des hommes en prison,
Qui n'en sortent que pour y retourner,
Je me battrai.


Tant qu'il y aura un être humain privé de la lumière de Dieu,
Je me battrai
Je me battrai
Je me battrai


On peut bien donner du temps pour signifier qu'on se bat!