Miettes de théologie

Piss Christ

4 Avril 2011 , Rédigé par Eric George Publié dans #Humeurs

Sur un plan artistique, le Piss Christ de Serano me laisse complètement indifférent. Ou plutôt il suscite un léger agacement :  s’il suffit de plonger un symbole quelconque dans la pisse pour faire de l’art, alors le billet brûlé de Gainsbourg était de l’art. J’avoue avoir une un peu plus haute estime de l’art.

Mais l’indignation qu’il suscite chez certains chrétiens (catholiques et protestants) m’interpelle. Qu’est ce que c’est qu’une croix, qu’est ce que c’est qu’un crucifix ?

Dans une église ou dans un temple, c’est effectivement le rappel de la mort de Jésus pour moi, de son élévation aussi, si je suis l’évangile selon Jean.

Mais une croix lumineuse verte dans la rue ne fait que m’indiquer une pharmacie

Une croix entre deux nombres sur un cahier d’écolier, c’est une addition (une multiplication, si elle est un peu de travers).

Le crucifix qu’embrasse un footballeur avant d’entrer sur le terrain n’est rien qu’un colifichet superstitieux, il ne m’évoque pas plus Jésus Christ que ne le ferait un trèfle à quatre feuilles ou une patte de lapin.

Alors est ce que Serano pisse sur la croix ? Est-ce que cela vaut le coup de s’indigner ? De crier au blasphème ?

Peut-être faudrait-il rappeler que la croix où meurt le Fils de Dieu est déjà un blasphème ! Peut-être faut-il rappeler que la Passion est faite d’insulte et d’humiliation et que c’est dans cette Passion que Dieu nous rejoint, que le Christ est notre sauveur.

Je ne crois pas que Serano y ait pensé, je vois plutôt dans on œuvre  une belle provoc à fric. Mais plutôt que de lui faire de la pub en réagissant exactement comme il le voudrait, et si on relisait son Piss Christ à la lumière des évangiles ? Et si au lieu de pousser des cris d’orfraie que personne n’entendra, on réaffirmait qu’en effet, c’est dans notre fange, dans notre humiliation la plus vile que notre Sauveur nous a rejoint ?

Et si nous nous indignions en regardant, par exemple, vers la Côte d’Ivoire plutôt que du côté d’Avignon…

Partager cet article

Commenter cet article

jmd 16/04/2011



je ne peux que confirmer votre analyse du fait. Au lieu de manifester, il faudrait aller prier devant ce crucifix car Jésus dans sa passion a reçu bien plus que de l'urine sur lui (cf évangile
donné par Jésus à M Valtorta) et comme vous le dites si bien , Jésus a reçu sur lui toute la fange de notre pèché lors de sa passion.


Il y aurait 500 personnes en silence et en pleur devant cette photos, il y aurait fort à parier qu'elle ne resterait pas

asperian 01/05/2011



Lettre ouverte au Directeur du Musée d'Avignon au sujet de "PISS CHRIST"...


 


Monsieur le Directeur,


 


Vous avez mis en scène une oeuvre d'art, représentant le symbole ultime de la Chrétienté, un crucifix,
trempé dans l'urine de l'artiste.


Vous manifestez ainsi clairement votre grande ouverture d'esprit, et votre amour de l'art éternel, en
exposant cette oeuvre à l’admiration de vos visiteurs.


 


Mais je suis choqué par le caractère discriminatoire de vos pratiques.


Comment pouvez-vous procéder ainsi, à l'avantage de la seule religion Chrétienne ?


En effet, vous avez "oublié" de faire la même promotion pour l'Islam, donc il est incontestable que vous
stigmatisez odieusement les musulmans.


C’est pourquoi, je proteste avec la plus grande énergie contre votre politique, qui met à l'écart la
religion d'amour, de paix et de tolérance.


 


Aussi, afin de réhabiliter l’Islam ainsi scandaleusement oublié, j'ai décidé d'agir.


J'ai donc été chercher dans mon grenier le précieux vase de
nuit de ma grand mère, dans lequel j'ai uriné
consciencieusement à plusieurs reprises, puis j'ai
trempé dedans un joli Coran tout doré (qui comme vous ne pouvez l’ignorer représente évidemment le symbole ultime de l’Islam)


Ensuite, j'ai pris de magnifiques photos artistiques de
l'objet, que j'ai fait tirer sur papier en format 1 m par 0,60 m, afin de faire encadrer comme il se
doit mon oeuvre d'art.


 


Maintenant, je vous demande instamment de bien vouloir exposer dans votre musée, pour l'admiration de vos
visiteurs, cette oeuvre magnifique.


Ainsi, cessera enfin cette ignoble discrimination envers l'Islam, dont vous portez l'entière responsabilité,
en ne vous adressant qu'aux seuls Chrétiens.


 


Je suis persuadé qu'en tant qu'amateur d'art éclairé, vous aurez à coeur de réparer l'abominable
stigmatisation des musulmans, dont vous vous êtes rendu coupable.


 


Bien à vous.


 



Jean-Claude Barbier 09/07/2011



C'est vrai que mon maître spirituel Jésus nous a bien dit de tendre la joue gauche à son ennemi après avoir déjà reçu une bonne gifle sur la joue droite, mais cela doit dépendre des caractères
car, personnellement, je n'y arrive pas. Moi, je défends ma famille, mon pays, et mon Eglise ! Je n'arrive pas, parfois, à comprendre la grande tolérance de nos amis protestants. Certes, pour
comprendre une oeuvre et sa motivation, je suis tout à fait à même de le faire, dès lors qu'on a une certaine culture et ouverture d'esprit, mais en face d'une provocation manifeste la question
est-elle encore là ? Jean-Claude, chrétien unitarien.



Pharisien Libéré 17/06/2012


Personnellemen, ce n'est pas tant le symbole trempé dans l'urine qui me choque mais le fait que l'intelligentsia tienne cela pour "de l'art" et que, dès lors, ce soit intouchable. En quelque
sorte, si c'est de l'art, c'est une idole consacrée par l'administration de la culture  et les grands prêtres de la culture et il est tabbou d'y toucher.


 


De ce fait, je soutiens les manifestations des catholique sintégristes si décriés par la presse bien-ensante en cela que, prenent en considération des critères actuels de "l'art" qui disent que
"l'art est transgression",  ce manifestations y compris les ateintes à l'objet sont "de l'art" aussi contemporain que possible dns la mesure où les cathos-intégristes s'en prennent à
l'idole.


Quand jétais mouflet, les scènes dénudées dans les ilms étaient rares. A l'heure actuelle, on va de plus en plus loin en flirtant avec le classment X. Il n'est plus de film dans scène de Q. Cela
devient de l'académisme.  Il me semble que, dans l'art contemporain,  une exposition, une pièce de théatre  sans machin religieux trituré   n'est pas tout à fait complète ,
pas tout à fait à la mode. 


Bien entendu cela ne se passe que dans les pays sécularisés où le sartistes ne risquent rien. Si l'art est transgression, ce ne sont pas ces soit disant artistes qui ne transgressent rien de la
société où ils exposent mais ceux qui prenent de srisques en Tunisie en critiquant la main mise salafiste sur la vie sociale (et premièrment sur la liberté des femmes)  dans le pays qui,
sous sa dicature, fut le plus laïc du Maghreb.  Dans ce pays, la transgression est réelle.

Albocicade 04/08/2013

En me promenant sur votre blog, je tombe sur cet article... Pour tout dire, je ne partage guère votre irénisme, ainsi que je l'exprimais alors sur mon blog : http://cigales-eloquentes.over-blog.com/article-l-art-du-mepris-71370399.html
Je crois qu'il est dangereux de laisser s'installer une politique "culturelle" discriminante, à moins bien sûr d'aspirer à une prochaine persécution : sur un plan civil, un chrétien n'est pas inférieur à n'importe quel autre citoyen...

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog