Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saint Paul. La fondation de l'universalisme

8 Septembre 2011 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théolivres

 

book_cover_saint_paul._la_fondation_de_l_universalisme_9803.jpgQue veut Paul ? Sans doute extirper la Nouvelle (l'Évangile) de la stricte clôture où la laisserait qu'elle ne vaille que pour la communauté juive. Mais tout autant ne jamais la laisser déterminer par les généralités disponibles qu'elles soient étatiques ou idéologiques. La généralité étatique, c'est le juridisme romain et, en particulier, la citoyenneté romaine, ses conditions, et les droits qui s'y rattachent. Bien que lui-même citoyen romain et fier de l'être, Paul n'autorisera jamais qu'aucune des catégories du droit vienne identifier le sujet chrétien. Seront donc admis, sans restriction ni privilège, les esclaves, les femmes, les gens de toutes professions et de toutes les nationalités. Quant à la généralité idéologique, c'est évidemment le discours philosophique et moral grec. Paul organisera une distance résolue à ce discours, pour lui symétrique d'une vision conservatrice de la loi juive. En définitive, il s'agit bien de faire valoir une singularité universelle à la fois contre les abstractions établies (juridique alors, économique aujourd'hui), et contre la revendication communautaire ou particulariste. 
La démarche de Paul est la suivante : s'il y a eu un événement, et si la vérité consiste à le déclarer et ensuite à être fidèle à cette déclaration, il s'ensuit deux conséquences. D'abord la vérité étant événementielle, alors elle est singulière. Elle n'est ni structurale, ni axiomatique, ni légale. Aucune généralité disponible ne peut en rendre compte, ni structurer le sujet qui s'en réclame. Il ne saurait donc y avoir une loi de la vérité. Ensuite la vérité étant inscrite à partir d'une déclaration d'essence subjective, aucun sous-ensemble pré-constitué ne la supporte, rien de communautaire ou d'historiquement établi ne prête sa substance à son processus. La vérité est diagonale au regard de tous les sous-ensembles communautaires, elle ne s'autorise d'aucune identité, et elle n'en constitue aucune. Elle est offerte à tous, ou destinée à chacun, sans qu'une condition d'appartenance puisse limiter cette offrande ou cette destination.
A Badiou
Au delà de tout relativisme, un évènement absolu, une vérité qui ne se laisse saisir par aucune de nos catégories humaines, s'offre à chacun, c'est ce qu'Alain Badiou, athée découvre dans la pensée de Paul.
Saint Paul est un fascicule écrit dans la langue des philosophes (un langage que je trouve toujours bien plus abscons que celui de la théologie) et j'avoue ne pas bien comprendre comment Alain Badiou parvient à séparer le "geste inouï de Paul" de la vérité de l'évènement qui fonde ce geste : "Christ est ressuscité". J'avoue penser qu'il se leurre s'il pense que ce qu'il considère comme "une fable" est interchangeable avec une autre conviction. Je regrette enfin que comme beaucoup, il oppose ainsi la pensée de Paul à celle des Évangiles (par méconnaissance de ceux-ci). Pourtant malgré ces -gros- bémols, je suis estomaqué par la richesse et la pertinence de sa lecture de Paul.
En effet, Badiou me paraît  bien plus convainquant, lorsqu'il tord le cou à certains clichés (enti-judaïsme, anti-féminisme ou haine de la vie), lorsqu'il critique la récupération de Paul par les instances ecclésiales et surtout quand il explique la pensée de l'apôtre que lorsqu'il essaye de séparer celle-ci du message chrétien.
Sans doute vaut-il mieux être un peu familier des épîtres et du jargon philosophique mais ces cent pages valent vraiment le coup qu'on s'y lance et qu'on s'accroche un peu... Le meilleur livre de théologie par un athée que j'ai jamais lu (bon, je n'en ai pas lu beaucoup, mais celui ci m'a enthousiasmé)

A. Badiou :  Saint Paul. La fondation de l'universalisme. Puf

Partager cet article

Commenter cet article

h Vertet 09/10/2011 23:00



Pour comprendre les évangiles, il me semble très important de les situer dans un chambardement socio-politique analogue à celui que nous vivons actuellement.


Un siècle avant ou un siècle après , Jésus, sa position, son témoignage eut-il été possible ? Pas sûr à mon avis. Paul se situe dans un monde romanisé. Jésus non. Les tentations que Jésus a eues
sont présentées après son retournement avec Jean, après un long jeune, et il est placé devant les possibles stratégies que Rome utilise pour diffuser son projet. 


Est-ce un combat de catch organisé entre l'ange blanc et l'ange noir et gagné d'avance ? Ou bien de vraies tentations ? Elles me semblent situées dans un parcours que nous suivons tous :
repentance, adoption, mise à l'épreuve par les tentations, choix et mise en pratique.


Elles sont très importantes pour la compréhension de la mondialisation méditerranéenne, qui a les mêmes processus que la mondialisation générale actuelle, avec des paramètres différents. 


amitiés


hugues