Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Simple comme la Trinité...

20 Juin 2011 , Rédigé par Eric George Publié dans #Bible

trinite_roublev.jpgPrédication du 19 juin 2011

Jean III, 16 à 18

II Corinthiens XIII, 11-13

 

« Grâce et paix vous sont données » et « La grâce de notre Seigneur Jésus Christ… » Je ne sais pas si vous aviez remarqué mais notre culte commence avec la proclamation de la grâce et termine avec cette même grâce. Ainsi la grâce nous accueille quand on arrive et nous accompagne quand nous partons… Ainsi, puis-je me permettre d’utiliser cette fin de lettre aux corinthiens dans laquelle Paul annonce son arrivée pour accompagner des départs…

En effet, nous avons accueillis Tia et Hery mais ils s’en vont, dans quelques semaines, ils partent avec leurs parents pour un long voyage, vers la Chine. Et puis, ce matin, nous disons au revoir aussi à d’autres personnes qui s’en vont.

Alors ce matin, Tia, Hery, Eléonore, Arnaud, Jeanne, Héloïse, Adèle, Elisabeth, Eric, j’aimerais que ces paroles de Paul, cette bénédiction, soient pour vous, comme un cadeau. Mais bien sûr, vous tous qui restez, ne vous dîtes pas « alors on peut partir, cela ne nous concerne pas ». Parce que ces mots de Paul rappellent justement le lien entre ceux qui sont loin et ceux qui sont proches « Saluez vous les uns les autres par un saint baiser. Tous les saints vous saluent » : d’ailleurs, si nous savons aujourd’hui qui sont ceux qui partent, demain, est ce que ce seront Tia et Hery qui seront loin ou est ce que ce sera nous qui seront loin d’eux ? Est-ce que Lyon sera loin d’Evreux (pas tant que ça) ou Evreux loin de Lyon (pas tant que ça) ? Qu’importe, le lien sera toujours là : La grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint Esprit…

Cette salutation de Paul vient conclure une lettre très dure, pleine de reproches. En effet, les relations sont tendues entre l’apôtre et les corinthiens. Mais voilà que Paul veut terminer sur une affirmation bien plus forte que toutes les tensions, bien plus forte que tous les reproches, l’affirmation de la communion, de l’amour et de la paix. Parce que Paul sait bien que si l’Eglise n’est pas parfaite, s’il y a toujours une place pour les reproches et les admonestations, c’est la fraternité qui doit dominer en toute chose. Bien sûr, quand les relations ont été plus faciles, quand la fraternité a été plus évidente, la communion, l’amour et la paix, gardent toute leur place, et sans doute la bénédiction est elle encore plus facile à dire.

 

La grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint Esprit… Ah ! une formule trinitaire ! Chic on va pouvoir parler de la Trinité, notre sujet préféré ! La plus facile et la plus claire des notions théologiques… Quelle chance pour un culte qui se voulait festif !

Tiens, du coup on va faire participer le public. Est-ce que vous savez quelles sont les trois personnes de la Trinité ?

Le Père, le Fils et le Saint Esprit. Sans problème

Alors un peu plus difficile : est ce que vous savez dans quel ordre on doit placer ses personnes ?

1)    Le Père 2) Le Fils, 3) Le Saint Esprit.

D’autres propositions ?

1) Le Fils 2) Le Père 3) Le Saint Esprit

Bien voyons, les affirmations bibliques de la Trinité

Baptisez les au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Ca, c’est clair comme un signe de croix. Les classiques apprécieront, elle aura aussi son petit succès chez les tenants du Process.

La grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu, la communion du Saint Esprit : La variante christocentrique, très tendance chez les barthiens…

Elus selon le dessein du Père, par la sanctification de l’Esprit, pour obéir à Jésus Christ (I Pierre, I, 2). Ah !voilà une variante à laquelle nous ne sommes pas habitués.

Mais on trouve aussi d’autres expressions, peut-être moins directes de la Trinité.

L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre, c’est pourquoi celui qui va naître sera saint et sera appelé fils de Dieu. (Luc I, 35) Une variante spéciale pentecôtiste…

L’Esprit Saint descendit sur Jésus et une voix vint du ciel « Tu es mon Fils, moi aujourd’hui je t’ai engendré. Luc III, 22

Si nous faisions le signe de croix, je vous dirai qu’on peut le faire dans n’importe quel sens. En effet, l’ordre n’a aucune importance… Ou plutôt, s’il a une importance, il n’est certainement pas figé : il n’y a pas un ordre correct et un ordre incorrect. Simplement, nous attachons, à différents moments de nos vies, plus d’importance à tel ou tel visage de Dieu.

D’ailleurs, toujours pour en finir avec le trinitairement correct, je voudrais aussi vous rappeler que là, j’ai cité la plus grande partie des formules trinitaires bibliques mais que les formules de la Bible qui évoquent le Père et le Fils sans parler de l’Esprit, ou le Fils et l’Esprit sans parler du Père ou encore le Père et l’Esprit sans parler du Fils sont bien plus nombreuses, sans même évoquer celle ou un seul des trois est mentionné. Bref, parler du Père et du Fils ce n’est pas nier l’Esprit… Si les trois font vraiment un, il n’est pas absurde de nommer la partie pour parler du tout…

 

 La Trinité… Rien de plus simple dans la Bible.

En fait, ce qui nous rend la Trinité compliquée, ce sont de grandes affirmations qui n’ont rien de bibliques, celles qui essayent de dire qui procède de qui, celles qui nous parlent de nature, d’essence et de personnes, celles qui nous disent un Dieu en relation avec lui-même. Tout ça peut-être intéressant voire enrichissant mais surtout tellement complexe, tellement spéculatif, tellement déconnecté. Quand la Bible nous dit la Trinité, elle nous dit simplement un Dieu qui agit pour nous de différentes manières.

La grâce de notre Seigneur Jésus Christ. Jésus Christ est un seigneur. Un seigneur, c'est-à-dire un maître, quelqu’un qui à autorité sur nous. Mais Jésus Christ c’est aussi celui qui s’est fait serviteur, c’est celui qui a été condamné et crucifié. Jésus-Christ est donc le Seigneur qui donne et même qui se donne au lieu de prendre, qui sert au lieu de se faire servir. Et ça c’est un cadeau immense, complètement gratuit, c’est bien ça, la grâce, quand celui qui pouvait commander obéit, quand celui qui pouvait prendre, donne, quand celui qui pouvait juger et condamner, pardonne. Il n’y a rien d’étonnant à ce que Paul mette cela en premier puisque pour lui, c’est dans ce renversement qu’on trouve toute la Bonne Nouvelle.

C’est dans ce renversement qu’il découvre l’amour de Dieu, un Dieu que le pharisien Paul connaît avant tout comme le Dieu créateur qu’on ne peut ni voir, ni nommer. Par la grâce de Jésus-Christ, nous voyons que ce Dieu qui est Tout Autre, tellement au-dessus de nous, mais qui nous aime à tel point que nous pouvons l’appeler Père.

Et ce Dieu qui nous aime, ce Dieu qui se donne, continue à agir sur nous, à nous pousser, comme le vent pousse les navires, il guide nos pensées et nos cœurs, il nous fait être ensemble, comme un.

 

Frères et sœurs, que la Trinité ne vous effraye pas, qu’elle ne soit pas pour vous une formule creuse mais juste une manière de dire l’amour dont le Dieu unique nous aime et la richesse des moyens dont il nous fait vivre cet amour. Que le Père, le Fils et l’Esprit vous dise l’Amour, la Grâce et la Communion.

 

Amen.

 

 

Partager cet article

Commenter cet article