Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Synodal tour 2010 (4) Un pasteur dans la Cage

22 Mai 2010 , Rédigé par Eric George Publié dans #Actualité ecclesiale

Dans un subtil effet d'annonce, j'évoquais hier un agacement, et il n'aura échappé à personne que je n'ai pas encore parlé de la partie élective de ce synode. Alors quelle sinistre machination électorale vais-je dévoiler ? Quelle fraude vais-je dénoncer ?

Aucune. Vous pouvez dès à présent abandonner cette lecture, je ne suis toujours pas un blogueur d'investigation.

 

Cette année, j'entends pour la première fois rappeler une règle concernant nos élections : si l'on a toujours le droit de rayer un nom des listes qui nous sont proposées, toute nouvelle suggestion de candidature doit être déposée à la table de la modérature avant les élections. Pas question de s'amuser à voter pour son voisin. Ce rappel de la règle ouvre une petite réflexion sur nos élections. D’abord, elles sont un plébiscite plutôt qu’un choix (le choix, ou plutôt le discernement se fait avant) : il y a autant de candidats que de poste à pourvoir. Du coup, cela peut donner une impression de scores de république bananière. Mais il s'agit d'une position délibérée : dans l'E.R.F. on ne brigue pas un mandat, on est appelé à un service. Il n'est donc pas question d'assister à une campagne électorale qui serait un affrontement entre deux candidats. Un vote ne saurait être l'affirmation qu'untel et mieux qu'untel mais n'est que la reconnaissance de l'appel d'X à un ministère donné. Que les ricaneurs se rassurent, je ne suis pas naïf au point de croire qu'il n'y aucun orgueil, aucune soif de reconnaissance voire de pouvoir dans ce jeu, j'essaye juste d'expliquer (parce que j'ai mis longtemps à les comprendre) les principes qui sous tendent notre fonctionnement.

Autre rappel qui sera sans doute une évidence pour mes lecteurs protestants, mais je n'oublie pas que le modèle  d'Eglise dans notre société, c'est l'Eglise catholique... Président du Conseil National ou de la CdMla CdM, mon ancien président de région est aujourd’hui en paroisse et je peux certifier qu'aucun des deux n'a été rétrogradé. Ils ont simplement fini leur mandat. ce n'est pas l'aboutissement d'une carrière, nous ne sommes pas dans un processus de montée en grade : j'ai eu pour collègue voisin l'ancien président de

 

Mais qui donc qu’on a élu ? Je parle pas des personnes (manquerait plus que ça) mais des groupes (pour les non habitués qui ont le courage de me lire, tous ces groupes sont composés à parité de pasteurs et de laïcs…

Le conseil national : « Le Conseil national représente le Synode national dans l’intervalle de ses sessions ». C’est vrai bien sûr mais il faut bien se rendre compte que le Conseil National a sa propre autonomie : il peut se passer bien des choses entre deux sessions du synode national, et le C. N. peut heureusement prendre des initiatives. D’ailleurs, on a vu pendant ce synode que même dans sa mise en application des décisions synodales, il a de la marge… « c’est vrai que le synode de 2009 avait demandé au CN d’adresser une exhortation aux ministres mais nous n’avons pas jugé bon de le faire, et puis il n’était pas expressément dit que ce devait être une lettre… » Effectivement, personne n’a parlé de lettre mais l’exhortation était suffisamment précise pour ne pas rester tacite… Et puis, c’est le Conseil national qui prépare les synodes, donc son autorité et son influence sont bien réelles…

C’est certainement un état de fait normal et nécessaire à un bon fonctionnement, mais c’est bon à savoir…

La Commission des Ministères : grande angoisse des étudiants en théologie (en tout cas, c’était le cas quand j’étais étudiant), la CdM a comme rôle principal d’admettre les nouveaux ministres. Pasteur c’est une vocation, mais une vocation, il faut qu’elle soit reconnu par un autre que soi…

On ne m’en voudra pas de mettre la CIPE et le pôle formation dans le même panier. Effectivement ce sont deux missions très différentes et indispensables mais j’avoue que je les vois rassemblés face au même défi : savoir repérer des initiatives (de formation ou d’évangélisation) dans des paroisse et éventuellement s’en saisir pour les rendre utilisable dans d’autres paroisse. Quand on sait à quel point les paroisses se soucient peu de communiquer ce qu’elles font vers les échelons régionaux et nationaux et à quel point elle se méfie des propositions de ces mêmes instances, on mesure l’ampleur de la tâche. Bon courage… Je caricature un peu, mais pas tant que ça je crois…

Et le service international puisque même si notre institution est nationale, la Réforme ne se limite pas à l’hexagone.

Elle est complètement absente de notre site Internet mais la Commission des Affaires Générales, la Cage, est aussi une commission élue par les synodes et puisque je viens d’y entrer, parlons en un peu. On a pas encore notre feuille de route, on a pas d’ancien pour nous guider un peu puisque la commission a été entièrement renouvelée, mais si j’ai bien compris notre objectif est de proposer aux délégués synodaux un regard extérieur sur le dossier préparatoire du synode proposé par le Conseil national. Concrètement, le dossier préparatoire du synode est toujours accompagné par un rapport de la Cage qui attire l'attentions sur certains points...Mon président de région a proposé mon nom parce que je suis un incorrigible pinailleur qui adore se noyer dans un verre d’eau. Et j’ai accepté parce que ce qui m’énerve le plus dans les synodes, c’est d’avoir si souvent l’impression de voter sans tout à fait connaître les tenants et aboutissants de mon vote. Je comprends vite mais il faut qu’on m’explique longtemps. Et j’imagine que c’est le cas pour d’autres synodaux, or la portée réelle d’une décision n’est pas toujours aussi clairement présentée qu’elle le devrait. Du coup, il y a une certaine tendance à suivre la parole de l’autorité. La confiance est une belle chose et nos instances en sont dignes mais quand je prend une décision, je préfère que ce soit parce que je suis convaincu de son bienfondé…  j'aurais bien aimé par exemple qu'on nous signale et qu'on nous explique pourquoi la Cage était entièrement renouvelée... Des fois j'aimerais bien qu'on nous rappelle d'avantage les enjeux ecclésiologiques de telle ou telle décisions, pas forcément pour la contester mais pour débattre...

Dans la Cage arriverai-je à mieux comprendre et faire comprendre les enjeux d’une décision ? Est-il possible d'avoir un regard critique et questionnant sans entrer dans  la confrontation ? Me berce-je d'illusions ? On verra. De toute façon ça ne peut qu’être intéressant.

 

Je n’ai pas grand-chose à dire sur le nouveau président du Conseil National, ce synode a plus été marqué par le départ de Marcel Manoel que par l’arrivée de Laurent Schlumberger, et puis de toute façon je suis trop attaché à la collégialité pour beaucoup parler des personnes (même s’il est évident que le président d’un conseil marque beaucoup la manière de travailler). Bref, si vous voulez en savoir plus sur le nouveau président, lisez la presse catholique…

Partager cet article

Commenter cet article

Pascale 24/05/2010 00:20



Merci pour ces échos. Apparemment, ce fut un grand moment de fraternité pour tous et on s'en réjouit. Pourvu maintenant que cet esprit se diffuse jusque vers l'autre pôle du système
presbytéro-synodal et que chacun en sorte plus confiant en l'avenir et les uns dans les autres !