Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UN certain juif Jésus T. III Attachements, affrontements, ruptures

27 Novembre 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théolivres

Autrefois les seules sources dont nous disposons pour connaître ces groupes étaient citées avec une confiance naïve en leur totale fiabilité et avec un aveuglement remarquable sur leurs contradictions mutuelles et même sur leurs contradictions internes ; aujourd’hui beaucoup d’exégètes portent sur elles un regard nettement plus sceptique. Les trois sources qui nous permettent de connaître les pharisiens et les saducéens sont, dans l’ordre chronologique, le Nouveau Testament (Paul, les quatre évangiles et les Actes, qui vont des années 50 à l’an 100 environ), Josèphe (dont les ouvrages vont des années 70 à l’an 100 environ) et la littérature rabbinique (dont le premier ouvrage est la Mishna, vers 200-220). Pour chacune de ces sources, on est confronté à de sérieux problèmes.

John P. Meier

Trois ans après, je me replonge dans Meier, retrouvant son fictif "conclave non papal" enfermé à la recherche d'un consensus sur le Jésus historique,  ses critères d'historicité (l’embarras (les actions et parole de Jésus embarrassantes pour l’Église primitive), la discontinuité (ou dissemblance) (les paroles et les actes de Jésus ne pouvant dériver ni du judaïsme du temps de Jésus ni de l’Église primitive), l’attestation multiple (paroles et actes de Jésus attesté par plus d’une source littéraire indépendante), la cohérence (paroles et actes de Jésus en harmonie avec la base de donnée établie au moyen des trois critères précédents), le rejet et l'exécution  (actes et parole menaçant, dérangeant, exaspérant les gens notamment les autorités)), sa recherche minutieuse et détaillée aboutissant à des pavés de 800 pages dont 350 sont des notes. Ce troisième tome est consacré à ceux qui entourent Jésus, ceux qui le suivent et les courants rivaux. L'étude des premiers se fait sur le mode concentrique : les foules, les disciples, les douze et pour ces dernier une étude au cas par cas, un choix un peu étrange, puis que dans 11 cas sur 13 (non ce n'est pas une erreur de calcul, les 12 étaient bien 13, ou plutôt 13 individus ont bien fait partie des 12 pendant le ministère de Jésus) Meier reconnaît qu'on ne sait rien (seuls Simon-Pierre et Judas échappent à ce brouillard d'ignorance).

La deuxième partie sur les courants rivaux m'intéressait nettement plus et je n'ai pas été déçu. En revanche j'ai été frustré. Mais pas déçu. Mais frustré. Je m'explique.

Comme beaucoup, j'ai l'impression que si le Jésus historique ne nous est connu, à de rares exceptions près, que par des sources chrétiennes, le contexte dans lequel il vivait, et en particulier son contexte religieux était bien mieux connu et riche de renseignement sur ce certain juif, Jésus. Je me réjouissais donc d'avoir une description détaillée des pharisiens, saducéens, esséniens et autres zélotes que Jésus avait pu fréquenter.

Seulement voilà, Meier applique sa démarche de chercheur aussi  ce background et nous fait prendre conscience que cette époque n'est pas aussi bien connue que nous pourrions le croire et que les principales sources dont nous disposons sur le judaïsme de l'époque de Jésus sont les évangiles. Bien sûr, Meier se penche aussi sur les juifs Flavius Josèphe et Philon d'Alexandrie, il utilise les manuscrits de Qumran ainsi que très tardifs texte de la Mishna, mais il leur applique à eux aussi, ses critères d'historicité. S'ensuit une véritable offense pour la soif de simplicité et de raccourcis du public. Là où les livres sérieux nous abreuvent de stéréotypes sans nous faire perdre notre temps en nous disant d'où ils sortent , Meier développe sa méthode à l'envie pour arriver à la conclusion : on ne sait pas grand chose et ce qu'on croit savoir n'est pas si sûr que ça. Et il nous fait le coup pour chaque groupe !

Frustrant. Et pourtant si l’on sort de ce livre peut-être un peu moins sûr, un peu plus perdu, on en sort aussi beaucoup plus riche.

 

Partager cet article

Commenter cet article