Miettes de théologie

Un dîner presque raté

15 Avril 2012 , Rédigé par Eric George Publié dans #Bible

Cene.jpgPrédication du dimanche 15 avril 2012

Matthieu XXVI, 17 à 35

 

Cela peut paraître étrange de prêcher sur la Cène, le dernier repas de Jésus précisément un jour où nous ne célébrons pas la Cène. Mais justement, la plupart du temps, quand nous parlons du dernier repas de Jésus c’est pour parler de la manière dont nous célébrons aujourd’hui ce dernier repas, de ce que nous faisons, disons et comprenons lorsque nous partageons le pain et la coupe…

Rassurez vous, cet après midi, les catéchumènes parleront de la communion mais ce matin, contentons nous de parler du dernier repas…

 

         Savez vous pourquoi les adultes passent tant de temps à table ? Je parle des repas de famille ou entre amis… Vous savez ?

Eh bien moi, je crois que c’est parce qu’ils ne savent plus jouer… La preuve, c’est qu’alors que les grands s’éternisent à table, les petits demandent s’ils peuvent aller jouer… Les adultes ne savent plus jouer et leur manière de se retrouver, d’être bien ensembles, c’est autour d’un repas.

 

         Et un repas, on le sait bien c’est beaucoup plus que la nourriture, il faut un décors (un restaurant ou chez l’un des convives et là, on a sorti les belles assiettes, le service de mariage ou les porcelaines léguées par la tante Imogène), il faut (souvent) une occasion (on fête l’an nouveau, un anniversaire, on pend une crémaillère, quelque fois, c’est le dîner lui-même qui est l’occasion mais alors on invite longtemps à l’avance…), il faut des invités (c’est assez rare qu’on organise un beau dîner juste dans le cadre du foyer)…

         Eh bien le dernier repas de Jésus est bien un de ces repas, ils sont entre amis, il y a une occasion : la fête de la Pâque, il y a un décors : cette maison préparée pour l’occasion.

         Donc nous sommes bien dans le cadre d’un repas, comme ceux que l’on organise encore. Je le précise parce que souvent quand on parle du dernier repas de Jésus, on ne pense qu’au mot « dernier » et on a toujours l’impression qu’au menu, il n’y avait que du pain sans levain et une coupe de vin… Non, nous sommes bien dans un repas de grande occasion, un dîner…

         Mais si on lit attentivement, le texte, c’est un dîner raté. Ah ça, à « Un dîner presque parfait », la Cène, c’est une défaite assurée. (Un dîner presque parfait, c’est cette émission ou des gens s’invitent mutuellement et se notent). La Cène est un dîner raté. Un dîner raté, ce n’est pas un dîner ou le rôti est trop cuit et la soupe trop salée (ça, ça ne vexe que le cuisinier ou la cuisinière), non un vrai dîner raté, celui qui laissera un mauvais souvenir, c’est un dîner où les gens s’ennuient ou pire, où ils se disputent, et se fâchent. Moi, le seul mauvais souvenir de repas que j’ai c’est celui dont on est parti fâché… Les souvenirs de plat trop salés ou même d’invités pas venu, avec le temps, ça devient plutôt des histoires amusantes. Les dîners où l’on s’est ennuyé, on les oublie…Mais les dîners qui se sont finis sur de la tension ou des mots durs…

         Eh bien clairement, le récit de la Cène, c’est le récit d’un dîner raté. Déjà, le côté « dernier repas », ça aide rarement à une ambiance légère et détendue… Mais là, en entrée, nous avons une trahison annoncée, avec en prime une malédiction. En plat principal, l’annonce de la mort du principal convive. Et en dessert, l’annonce d’un abandon et d’un reniement… Le cauchemar de tout maître ou maîtresse de maison…

 

Et voilà qu’au milieu de ce dîner, Jésus pose une promesse incroyable. « Je ne boirai plus de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai du nouveau avec vous dans le Royaume de mon Père. » Jésus vient d’annoncer sa mort, il a annoncé la trahison de Judas, il sait que les autres l’abandonneront et se disperseront, que Pierre le reniera. Et pourtant, il leur fait cette promesse : ce fruit de la vigne, cette coupe d’alliance, je la boirai à nouveau et je la boirai avec vous.

Jusqu’au jour où j’en boirai : Jésus annonce bien que même sa mort, ne sera pas la fin, ne coupera pas tout futur…

Du nouveau dans le Royaume de mon Père : Jésus annonce un renouveau, un monde neuf, débarrassé de ses trahison, de ses reniements, de ses cruautés…

Avec vous : et ce monde, ceux qui sont avec lui, le connaîtront malgré toutes leurs faiblesses, même quand ils abandonnent, même quand ils renient…

 

C’est pour cela que j’insiste tant sur le fait que nous sommes dans le cadre d’un repas raté. Un repas, c'est-à-dire le symbole, l’image universelle des relations humaines. Quand tout va mal, quand nos relations sont abîmées, quand on est fâché avec les autres et avec nous-mêmes, quand il ne semble plus y avoir de place pour aucun espoir, la promesse de Jésus retentit dans notre vie « Je boirai de nouveau avec vous dans le Royaume de mon Père ».

 

Mon frère, ma sœur, dans tes moments de pain dur, dans les moments où tu bois tes larmes, entend cette promesse de Jésus qui te dit « Même si tout est cassé, le vin nouveau de la fête t’attend, n’aie pas peur »…

        

Partager cet article

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog