Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Théologie à Poudlard (4) Les géants

Théologie à Poudlard (4) Les géants

Dans le monde des sorciers à côté des trolls et des dragons, les géants existent. Gigantesques créatures au mœurs batailleuses, les géants sont des brutes qui ne pourront que rejoindre le camp du mal.

En tout cas, c'est comme cela que les sorciers les voient et, fatalement, en dépit des efforts de Dumbledore et d'Hagrid rejetés, méprisés par les sorciers, les géants rallieront les forces ténébreuses de Voldemort.

Dans la Bible, les géants existent aussi : le philistin Goliath, terrassé par David en est l'exemple le plus célèbre. Si un texte assez étrange donne, dans la Genèse, à ces géants une origine divine

Quand les êtres humains commencèrent à se multiplier sur la terre et que des filles leur naquirent, les fils des dieux constatèrent que ces filles étaient bien jolies, et ils en choisirent pour les épouser. 3Alors le Seigneur se dit : « Je ne peux pas laisser indéfiniment mon souffle de vie aux humains ; ils ne sont après tout que des êtres mortels. Désormais ils ne vivront pas plus de 120 ans. » C'était l'époque où il y avait des géants sur la terre – il en resta même plus tard. Ceux-ci étaient les héros de l'Antiquité, aux noms célèbres ; ils étaient nés de l'union des fils des dieux avec les filles des êtres humains.

Genèse 6, 1 à 4

ceux-ci occupent finalement dans la Bible la même place que dans le monde des sorciers : de gigantesques créatures batailleuses, des ennemis terrifiants

En fait, dans la Bible comme dans le monde des sorcier le géant c'est l'autre qui nous fait peur, c'est celui qui est diffèrent et dont la différence est une menace. Celui qui finalement est plus un animal, une bête qu’un humain. C'est aussi l'adversaire, dont il est valorisant de triompher (si Goliath avait été un nain, on n’en aurait pas fait toute une histoire).

Et cela pose déjà deux problèmes, tout d’abord faire de l’adversaire une créature colossale, invincible, ça ne donne pas vraiment un avantage stratégique, ça aurait plutôt tendance à démoraliser les troupes… C’est bien ce qui se passe dans le livre des Nombres :persuadés que les habitants de Canaan, les hébreux refusent d’entrer en terre promise (Nombres 13, 31 à 33) et avant d’être terrassé par David, Goliath, lui-même paralyse l’armée de Saul simplement en défiant les hébreux de l’affronter… (1 Samuel 17, 4 à 11)

Et encore plus grave, considérer l’autre comme un monstre, ce n’est pas la meilleure manière de le rencontrer. Dumbledore plaide en vain pour une alliance avec les géants, le refus du ministère de la magie va jeter ceux-ci dans les bras de Voldemort, et la Bible propose aussi des histoires de rencontres manquées (ou qui auraient pu l’être) parce que l’autre est d’abord vu comme un monstre (Abraham vendant Sara à Pharaon, par exemple, (Genèse 12, 10 à 15))

Dans le monde des sorciers, voilà que deux géant, se distinguent : Hagrid et Mme Maxine... Oui, je sais, ce ne sont pas des géant, mais des demi-géants, une figure qui n'existe pas dans la Bible. On peut pourtant garder à l'esprit que la géantité (je parle de l’appartenance à une race non-humaine, pas de la taille des individus, je n’utilise donc pas le gigantisme), est une symbolique de la révolte, de la violence de la méchanceté.

Et là, Hagrid et Mme Maxine qui sont tous deux des personnages positifs devinrent intéressants. Sans rien avoir gardé de leur violence et de leur sauvagerie, Hagrid assume pleinement d'être un demi-géant, on peut même se demander si ce n'est pas cette caractéristique qui est à l'origine de sa passion pour les créatures les plus dangereuses du monde des sorciers. Conscient d'où il vient, des rejets qu'il suscite mais de la place qui lui a été donnée, Hagrid se montre ouvert à l'extrême et si cette ouverture paraît bien souvent déraisonnable et dangereuse, elle porte du fruit... A l'inverse, Mme Maxine nie ses origines avec une telle énergie que cela la conduit a se montrer hautaine voire cassante mène avec Hagrid. J.K Rowling ne nous dit rien de son accession au poste de directrice de BeauxBâtons (l’école française de magie) mais on peut se demander au prix de quels dénis, de quels mensonges, elle y est arrivée (tiens, les aventures de Mme Maxime feraient un chouette spin-off). Petite hypothèse gratuite : et si l'élégance qui semble être de règle a Beauxbâtons était en lien avec la personnalité de sa directrice (plutôt qu’une caricature de french touch) : l'élégance comme barrière à la géantité, soigner l'apparence pour cacher sa faiblesse.

Mais même sans aller si loin, son obsession à paraître pure et donc à condamner ceux qui ne le sont pas (ne serait-ce que pour être exempt de tout soupçon. fait de Madame Maxime une figure de pharisien :

Alors qu’Hagrid, victime d’une injustice, en proie aux moqueries, aurait toutes les raisons d’être aigri, rebelle au monde des sorciers (on peut d’ailleurs voir chez lui un certain esprit frondeur (il fait peu de cas des règlements)), reste une belle image de miséricorde, en particulier envers les parias.

Pour certains, qui étaient persuadés d'être des justes et qui méprisaient les autres, il dit encore cette parabole : Deux hommes montèrent au temple pour prier ; l'un était pharisien, et l'autre collecteur des taxes. Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : « O Dieu, je te rends grâce de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont rapaces, injustes, adultères, ou encore comme ce collecteur des taxes : je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus. » Le collecteur des taxes, lui, se tenait à distance ; il n'osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine et disait : « O Dieu, prends en pitié le pécheur que je suis ! » Eh bien, je vous le dis, c'est celui-ci qui redescendit chez lui justifié, plutôt que celui-là.

Luc 18, 9 à 14

Alors qu’Hagrid, victime d’une injustice, en proie aux moqueries, aurait toutes les raisons d’être aigri, rebelle au monde des sorciers (on peut d’ailleurs voir chez lui un certain esprit frondeur (il fait peu de cas des règlements)), reste une belle image de miséricorde, en particulier envers les parias.

Les géants accueillis font de meilleures figures d'accueil que les sang-purs ou les saints

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Eric George

Pasteur de l'Eglise Réformée de France, amateur de jeux de société, de cinéma, de longues discussions
Voir le profil de Eric George sur le portail Overblog

Commenter cet article