Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La foi : source vive de la musique de Bach

Bach.jpgUne présentation de la musique de Bach par un paroissien, à l'occasion d'un concert au temple d'Evreux
La musique est originellement sacrée. Chantée ou instrumentale - dès les origines, l’homme invente les instruments les plus divers et les plus ingénieux pour émettre des sons (instruments à percussion, vents ou cordes), la musique est dans les sociétés primitives ou anciennes un moyen de communication avec Dieu, très souvent accompagnée de la danse, en forme d’intercession pour implorer sa clémence ou de louanges pour magnifier sa puissance. Elle émane du fond de l’homme, exprime sa joie ou sa douleur dans une communauté d’expression qui la rend compréhensible et accessible par tous. C’est peut-être l’art le plus ancien. Le chant est ainsi la voix de l’homme dans sons élan vers Dieu, mais, on peut le penser aussi, par un juste retour des choses, inspiré par Dieu et divin par essence. Ne parle-t-on pas du «divin Mozart » et qui d’entre nous, n’a pas dans le cours de sa vie, essuyé une larme à l’écoute d’une œuvre qui l’a ému au plus profond de lui-même.

L’œuvre de Bach J.S.Bach - 1694-1758 - (Vivaldi - 1678-1741) se nourrit de façon analogue. L’ardeur de la foi qui l’inspire d’un bout à l’autre de sa vie anime son œuvre dès ses premières compositions jusqu’à sa Messe en Si mineur qui la clôt en 1749, quelques années avant sa mort, accablé par la perte progressive de la vue, puis la cécité totale due à l’intervention malencontreuse d’un  charlatan qui fera perdre la vue à son tour a Haendel une dizaine d’année plus tard.

Il écrit lui-même :
«La musique : une harmonie agréable célébrant Dieu et les plaisirs permis de l’âme.»
«Le but de la musique devrait n’être que la gloire de Dieu et le délassement des âmes. Si l’on ne tient pas compte de cela, il ne s’agit plus de musique mais de nasillements et beuglements diaboliques.»
Peut être vous souviendrez vous de la prière de Marie après l’Annonciation, puis la Visitation, cette louange humble de la servante de Dieu. Bach en a fait l’une de ses œuvres magistrales dans son « Magnificat » qu’il faut sans cesse réécouter pour entendre le cœur de sa foi battre à l’unisson de celui de Marie - Lc 1.46 à 55 - « Je magnifie le Seigneur, je suis transportée d’allégresse en Dieu, mon Sauveur «

Aujourd’hui nous avons d’abord écouté de la Passion selon Jean composée pour le vendredi saint de l’année 1724 l’air « ich folge Dir gleichfalls » air de soprano - félicité, bonheur, confiance - qui s’insère immédiatement après le récitatif relatant la condamnation de Jésus par Caïphe et avant le triple reniement de Pierre. Il illustre la volonté de l’homme de suivre Jésus, même si, trop faible, à l’instar de Pierre, il n’y parvient pas
je te suivrai également d’un pas joyeux
et je ne t’abandonnerai pas
Ma vie, ma lumière
commande la marche
Et n’aies de cesse
de me tirer, de me pousser, de me prier
je te suivrai pareillement
et puis va suivre, tiré du Dogme en musique écrit pareillement à Leipzig, mais plus tard, en 1739 le choral «  Dies sind die zehn heil’gen Gebote »- voici les 10 commandements -, d’abord exposé sous la forme d’une introduction constitutive du choral, suivi d’une courte fugue, en tous les cas si on veut bien en croire le titre de « fughetta ». 

A titre de conclusion, ce concert illustre l’importance de la Réforme dans la création musicale, peut-être le seul domaine où les protestants peuvent se targuer d’avoir contribué à l’embellissement du monde
(Sans prétendre être un spécialiste, c'est oublier un peu vite Rembrandt, Van Gogh, sans même parler de la littérature protestante (Note du Blogeur)). C’est au point qu’il existe des départements de musique liturgique protestante au sein des Académies, comme à Munich où il est dirigé par l’actuel chef de chœur de Radio France, Michael Gläser.

Claude Braillard

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Eric George

Pasteur de l'Eglise Réformée de France, amateur de jeux de société, de cinéma, de longues discussions
Voir le profil de Eric George sur le portail Overblog

Commenter cet article