Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le pape et l'unité

Dans un article tout à fait intéressant, Totus Tuus est une bonne source pour bien comprendre une certaine approche catholique, Matthieu réagit à mon article sur Benoît XVI. Voici  la réponse que j'ai laissée sur son blog, légèrement corrigée.

Cher Matthieu, mon but n'était pas de blesser une sensibilité catholique (d'autre catholiques romains que je connais sont assez d'accord pour dire que dans cet épisode, l'attitude de Benoît XVI est criticable). Cependant, je suis tout à fait ravi de ce droit de réponse qui ouvre un dialogue respectueux et sans double langage (une disputatio ?)
1) J'ai lu entièrement le discours de Ratisbone, et je maintiens que pour appuyer son raisonnement (sur bien des points duquel je suis d'ailleurs en profond désaccord), Benoît XVI pouvait trouver de nombreuses citations de théologiens plus connus et vide de toute allusion à l'Islam, de plus Benoît XVI ne s'est pas désolidarisé de sa citation. Donc je ne pense pas que celle-ci aie été prise tout à fait par hasard ou maladresse, il me parait donc tout à fait justifié de le tenir pour responsable de cette citation.
2) Sur Jésus comme cause de division. Plusieurs choses. Tout d'abord Benoît XVI n'est pas le Christ, il me semble, il ne peut donc pas prétendre au tire de "Vérité". Deuxièmement, Jésus, qui était juif vient proposer une radicale contestation du monde juif. Il n'a jamais attaqué aussi violemment les païens, et à même brisé les barières qu'avait établies ses corréligionnaires. De la même façon Timothée est envoyé vers les jeunes communautés chrétiennes. Nous sommes donc dans un contexte de critique interne (une histoire d'enlever la poutre dans notre oeil plutôt que de s'occuper de la paille de l'oeil du voisin).  Bref, nous ne sommes pas vraiment là dans le même contexte. Et si vous relisez mon article entièrement, je m'appuie sur la prise de position de certains défenseurs "non catholiques" de Benoît XVI qui s'appuient sur ces propos pour fustiger l'Islam en entier, bref le Malheureux êtes-vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous, car c'est ainsi que leurs pères agissaient à l'égard des faux prophètes  (Luc 6. 26), me paraît pouvoir s'appliquer là aussi... Ce serait donc se lancer dans une querelle stérile que de s'envoyer ainsi des versets sortis de tout contexte à la figure...
3) Sur l'unité. Effectivement elle m'est chère mais elle ne veut absolument pas dire uniformité. Je crois profondément que l'Eglise de Jésus Christ est Une, de même que le corps est un mais il y a plusieur membres et quand l'oeil dit à la main, "tu ne fais pas partie du corps..." je crois que nous sommes, là aussi, dans un cas de trahison de l'Evangile (rappelez vous Dominus Iesus)... Donc pour moi l'Eglise est une (par sa source d'inspiration et son affirmation que Jésus le Christ est Seigneur et Sauveur) et diverse (par ses modes d'expressions), exactement comme l'était l'Eglise primitive dont les communautés étaient peut-être encore plus diverses que nos Eglises le sont aujourd'hui. L'Eglise catholique romaine  fait assurément partie de cette Eglise invisible (et je suis en désaccord sur ce point avec les églises protestantes qui affirment l'inverses) mais celle-ci  ne se limite certainement pas à l'Eglise catholique romaine. C'est mon opinion dites-vous ? Certainement, mais encore une fois, je la crois fondée bibliquement. Et parce que, avec ses confessions différentes, l'Eglise est une, la clause de critique interne me paraît être respectée. Exactement comme Paul encourage Timothée à le faire et comme il le faisait lui-même, il est important ques ces communautés puissent, dans le respect mutuel s'interpeler les unes les autres. Quand j'écris "le pape trahit l'Evangile", je n'en fais pas une attitude générale, je dis simplement que dans ce cas précis, il y a trahison. Je n'affirme pas du tout que le pape est l'Antéchrist, (l'Eglise Réformée n'en est plus vraiment là) et si je pensais que c'était le cas, je ne parlerais pas de trahison. D'ailleurs je peux également me montrer violemment critique vis à vis de ma propre Eglise Réformée (même si (ou plutôt parce que) c'est l'Eglise dans laquelle ma foi s'exprime le mieux, il est donc normal que les points de désaccords soient moins nombreux).
4) Pour le sola scriptura, c'est avec plaisir que j'essayerai de préciser comment je comprends cette notion (d'habitude les théologiens catholiques nous opposent cette question quand nous parlons de la Tradition, pas du pape)...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Eric George

Pasteur de l'Eglise Réformée de France, amateur de jeux de société, de cinéma, de longues discussions
Voir le profil de Eric George sur le portail Overblog

Commenter cet article