Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De l'Ecriture et de l'Eglise (suite)

La disputatio sur l'autorité du pape contre la sola scriptura continue donc et voici ma réponse au dernier article de Matthieu. En préambule , je note tout de même que cette disputatio a commmencé avec une question "quel fondement biblique à l'infaillibilité pontificale ?" et que je n'ai toujours pas eu de réponse. Ce n'est pas une critique, mais c'est très révélateur sur le fait que, pour Matthieu, les dogmes de son Eglise n'ont pas besoin de s'appuyer sur les textes... C'est d'ailleurs le thème de notre débat.

A propos de ce débat, je suis à peu près aussi curieux de lire les réactions de catholiques quant aux interventions de matthieu que celles des protestants quant aux miennes.

La signification de Sola scriptura


Tout d’abord, un reproche, Matthieu, non pas sur la rugosité de votre langage (j'ai peur d'être moins courtois que vous dans mes articles ou réactions) mais sur votre refus de prendre en compte ce que je vous dis. Vous maintenez vos arguments contre la sola Scriptura non pas sur la base de ma définition mais sur celle de Jean Sébastien qui , à mon avis, est maladroitement exprimée (même si je ne suis pas sûr que, dans le fond, elle soit si différente de la mienne).
Je maintiens donc mon explication du Sola Scriptura qui ne signifie pas la Bible comme seule autorité mais la Bible comme seule autorité que nous reconnaissons parmi les trois autorités catholiques romaines.  Cela me semble assez bien s’exprimer dans cette citation célèbre de Martin Luther :

A moins d’être convaincu par le témoignage de l’Écriture et par des raisons évidentes – car je ne crois ni à l’infaillibilité du Pape, ni à celle des conciles, puisqu’il est établi qu’ils se sont souvent trompés et contredits- je suis lié par les textes bibliques que j’ai cités.

 Cette première affirmation de la sola scriptura est donc ici clairement établie contre d’autres sources d’autorité.
De plus, à ma connaissance, tous les protestants reconnaissent l’autorité du « témoignage intérieur de l’Esprit Saint ». Deux citations de Calvin, afin que vous ne disiez pas que ma position n’est pas représentative du protestantisme.

Apprends donc... qu'il n'est point moins insupportable, se vanter de l'Esprit sans la Parole qu'il est maussade de mettre en avant la Parole sans l'Esprit.
Epitre à Sadolet

C'est que la Parole ne nous est guère certaine sinon qu'elle soit approuvée par le témoignage de l'Esprit. Car le Seigneur a assemblé comme par un lien mutuel, la certitude de son Esprit et de sa Parole afin que notre entendement reçoive icelle Parole en obéissance, en y voyant reluire l'Esprit, qui lui est comme une clarté pour lui faire là contempler la face de Dieu ; afin aussi que sans crainte de tromperie ou erreur nous recevions l'Esprit de Dieu, le reconnaissant en son image, c'est-à-dire en sa Parole.

L’Institution chrétienne

Bref, c’est par l’Esprit Saint que Dieu parle aux hommes à travers les textes bibliques, c’est par l’Esprit Saint que la Bible est venu jusqu’à nous sous la forme du canon que nous connaissons maintenant et c’est par l’Esprit Saint que la Bible devient pour nous parole de Dieu. Je n’ai jamais nié que la Tradition ou le Magistère dont vous vous réclamez puissent être inspirés, ce que je nie c’est qu’ils le soient en permanence.
L’Écriture et l’Esprit Saint voici les deux sources d’autorité attestées dans l’Écriture et ces deux sources sont nécessaires l’une à l’autre. L’Esprit Saint nous permet de reconnaître à travers la Bible, la parole de Dieu. Et la Bible nous facilite le discernement quant à ce qui vient de l’Esprit Saint et ce qui se réclame mensongèrement de lui.
Effectivement l’Écriture ne dit pas qu’il n’y ait pas d’autres sources d’autorités. Mais une fois de plus vous vous appuyez sur un silence de l’Écriture : « puisque la Bible ne dit pas que ce sont les deux seules sources, c’est qu’elles ne sont pas seules » « puisque la Bible ne dit pas que Marie n’est pas l’Immaculée conception c’est qu’elle l’est ». Et face à ce raisonnement qui est le vôtre, je maintiens le mien : la Bible ne dit pas que Jésus n’avait que deux yeux, cela ne me pousse pas à croire qu’il en aie eu trois…
Nous avons donc bien une Église qui se réclame de deux autorités attestées dans l’Écriture face à une Église qui se réclame d’autorités dont l’Écriture ne parle pas.

La Bible et la tradition


Quant à la citation de II Thessaloniciens II, 15, je me contenterais de lui opposer le Nouveau Catéchisme.

Il faut distinguer (de la Tradition) les traditions théologiques, disciplinaires, liturgiques ou dévotionnelles nées au cours du temps dans les Églises locales. (83)

L’Église catholique distingue entre les traditions reçues dans les communautés locales et la Tradition. Difficile donc de défendre la Tradition avec un verset biblique qui parle des traditions, c’est à dire de ce qui se transmettait dans les différentes communautés locales (II Thessaloniciens III, 6 aurait été un brin plus convaincant malheureusement Paul décrit ensuite ce dont il parle en parlant de tradition et cela n’a pas non plus grand chose à voir avec la Tradition dont vous parlez).... Un petit rappel, alors que Paul transmettait comme « tradition » que les chrétiens pouvaient dorénavant manger avec les païens, d’autres apôtres transmettaient le contraire (Galates II, 1 à 15). Prendre la Bible comme autorité ne consiste pas à en sortir un verset de tout contexte pour appuyer son propos sinon, je vous aurai depuis longtemps asséné  Colossiens II, 8

Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie au moyen d’une philosophie trompeuse et vide, selon la tradition des humains, selon les éléments du monde, et non pas selon le Christ

(et il me serait assez facile de dresser une longue liste de tout ce qui vient des éléments du monde dans la Tradition catholique romaine) Mais l'interprétation me semblerait aussi fallacieuse que celle que vous faites du passage de théssalonicien. Je vais donc me contenter d’utiliser ce verset comme preuve que quand la Bible parle de tradition, elle ne parle pas forcément de la Tradition comme vous l’entendez. D’ailleurs sur 14 occurrences bibliques du mot « tradition », 10 sont négatives (et, détail important, Jésus oppose toujours tradition et parole de Dieu)

L’unité de l’Église


Tout d’abord, je vais vous remercier de nous avoir reconnus comme Église, c’est en effet un qualificatif que votre pape nous refuse (alors qu’il l’accorde à une autre Église séparée : l’Église orthodoxe). Ensuite, l’unité du corps consiste à ce que tous ses membres soient unis à sa tête. Mes deux mains sont distinctes l’une de l’autre, le plus souvent elles sont séparées mais ce qui les rassemble, c’est d’être reliées à la tête. Or la tête, le chef de l’Église ce n’est pas le pape ou les conciles mais bien Jésus Christ (j’espère que nous serons d’accord sur ce dernier point). C’est cette unité que demande Jésus Christ : que tous restent unis à lui. Donc, encore une fois, quelle autorité avez-vous (pas vous, Matthieu, mais vous catholiques romains) pour affirmer que les protestants sont séparés de Jésus Christ ?
Pour ma part, je dis que les Églises qui sont facteurs de divisions, de désordres dans le corps sont celles qui prétendent en mettre d’autres hors du corps. Sur ce point l’Église catholique romaine a des comptes à rendre et je sais bien qu’elle n’est pas la seule. Mais c’est elle qui par son discours hégémonique met le plus gros frein à la démarche œcuménique et donc le plus gros obstacle à une unité visibles d’Églises différentes.
C’est une différence importante entre nous : vous me voyez comme un frère égaré, je vous vois comme un frère avec lequel je ne suis pas d’accord.
Sinon, j’aime bien votre parabole mais elle s’applique assez bien au protestantisme, pour que nous ayons perduré 5 siècles malgré notre diversité, malgré nos conflits internes, malgré l’absence de toute institution nous fédérant, il faut bien que quelqu’un d’autre nous soutienne.
Quant à la « preuve » temporelle, je ne nie pas l’évidence :  le catholicisme romain est plus ancien que le protestantisme. Mais d’une part, le critère d’ancienneté me paraît assez faible : le boudhisme ou l’hindouisme sont bien plus anciens que le christianisme, alors qui les maintient ? Et d’autre part, l'affirmation que le catholicisme est conforme à l’Église telle que la vivaient les apôtres me semble très discutable. Les premiers chrétiens tels que nous les présentent les Écritures et l’histoire n’étaient pas fédérés derrière un pape ou des conciles qui détenaient une autorité infaillible. Ils n’avaient pas de ministères de prêtres ordonnés au sens de « sacrificateurs ». Ils ne vénéraient pas une foule de saints. Ils se réunissaient en des assemblées locales très différentes les unes des autres (plus encore que les protestants actuels). Ils ne liaient pas le vœu de célibat à un ministère… Bref, en bien des points , la Réforme a le droit de se lire comme un retour aux sources (c’est d’ailleurs comme cela qu’elle s’est initialement comprise) et les Eglises évangéliques peut-être plus encore que l'Eglise Réformée. Pour ma part, je préfère dire que nous avons chacun construit des édifices assez différents sur la pierre de fondation qu’est Jésus Christ (je vous renvoie à ma dernière prédication)

Une petite conclusion sur l’Esprit
Un dernier point de désaccord : vous répétez souvent « l’Esprit-Saint ne se contredit pas » comme s’il parlait toujours d’une seule voix. Cependant, de nombreux faits chrétiens ne se lisent pas dans l’affirmation  univoque mais dans la tension : à commencer  par Jésus Christ qui est pleinement Dieu et pleinement homme. Dieu est tout autre et père. Le Royaume est déjà là et pas encore là. La croix est abaissement et élévation. La résurrection est rupture et continuité. Je ne parle pas là de contradiction  mais de tension. On ne peut pas dire le christianisme dans un « ou bien… ou bien.. », il se dit dans un « à la fois ». L’Église peut donc être à la fois une et multiple. Une Église peut-être à la fois fidèle et infidèle, inspirée et faillible.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Eric George

Pasteur de l'Eglise Réformée de France, amateur de jeux de société, de cinéma, de longues discussions
Voir le profil de Eric George sur le portail Overblog

Commenter cet article

Matthieu 14/04/2007 08:44

Je pense à toutes ces sectes qui ont essayées de me "brancher" avec l'interprétation qu'elles faisaient de la Bible au nom du libre examen...

Eric George 14/04/2007 10:10

Hmmmm. Inciter les gens à lire la Bible et leur donner des outils pour interpréter les textes afin qu'ils résonnent dans leur vie, ça s'appelle le libre examen. Essayer de "brancher" quelqu'un en lui imposant sa propre interprétation des textes, ça s'appelle le dogmatisme ou la tradition... Effectivement certains courants du protestantisme n'en sont pas exempts. Sont-ils les seuls ?

Matthieu 13/04/2007 09:50

... comme l'a si bien démontré Satan au désert...
http://totus-tuus.over-blog.com/article-2066343.html
 

Eric George 14/04/2007 07:31

Là, j'ai du mal à comprendre le but de votre commentaire, Matthieu. Je n'ai jamais prôné une lecture littérale de la Bible et le récit dela tentation montre à mon sens surtout le danger qu'il y a à sortir les versets de leur contexte

Pharisien Libéré 11/04/2007 14:58

En fait, je ne suis pas certain que le sola scriptura soit une autorité en matière de doctrine. Les catholiques disent cela et ajoutent le plus généralement que c'est ce qui rend fondamentalistes les protestants. Ils opposent la souplesse de la tradition en omettant les rigueurs du Magistère.

Dans mes souvenirs, le Sola scriptura fait partie d'une ensemble de moyens de salut développé par Luther dans .... "Le serf arbitre". Je dis ce titre parce que je n'ai que 2 ouvrages de Luther, celui-ci et les "propos de table" mais qu'il est bien possible que je l'ai lu ailleurs dans une bibliothèque et là... C'est l'enfer : je ne me souviens pas des circonstances et donc, je ne suis pas capable de retrouver le bouquin.

Les 2 autres moyens de salut sont dans l'ordre : Sola Fide, Sola Gratia, Sola Scriptura. Ce sont donc bien des ablatifs (Cf. Fide) et donc Scriptura n'est pas un nominatif comme le croient souvent les frêres catholliques. Par la foi seule, par la grâce seule, par l'Ecriture Seule.

Il ne reste donc que le libre examen comme étalon de la doctrine, lequel donne des produits toujours neufs. Mais ce libre examen s'applique bien à la Bible.

Eric George 14/04/2007 07:34

En effet, la question est moins Bible contre Tradition que Tradition contre libre examen. Nous interprétons la Bible autant que les catholiques mais nous ne le faisons pas avec le même "outil".

Matthieu 30/10/2006 19:20

Cher Pasteur,
Suite à votre commentaire sur mon Blog, je vous demande pardon ainsi qu'à vos lecteurs protestants si j'ai pu les blesser d'une quelconque manière par le lien que je vous ai soumis dans mon précédent commentaire, dont j'espérais surtout qu'il fût lu par vos lecteurs catholiques (comme Frédérique), et qui me paraissait, par delà l'aspect polémique, un élément de réflexion intéressant dans notre discussion.

Eric George 30/10/2006 19:42

Inutile de me demander pardon, je ne vous en tiens aucune rigueur, vous n'êtes ni le rédacteur de l'article, ni le responsable de la doctrine catholique quant aux autres Eglises. Mais à en juger par vos réfléxions vous semblez en être la victime quant au "seulement la Bible" que condamne l'article alors qu'aucune Eglise protestante ne le professe dans le sens ou vous semblez l'entendre...L'article en lui-même n'est pas inintéressant. Quoique lorsqu'en groupe oecuménique je fais remarquer que c'est la vision de l'Eglise catholique romaine , cela suscite toujours une levée de bouvclier de la part des laïcs et prêtres catholiques...

Matthieu 30/10/2006 18:53

Cher Pasteur,
Un grand merci pour votre réponse rapide (vous arrive-t-il parfois de dormir??), et pour les différents problèmes que vous soulevez qui montrent bien que beaucoup de catholiques ne sont pas au clair eux-mêmes avec cette question de l'Eglise et de l'infaillibilité.
Il faudra donc y revenir, tant le sujet est important et ne laisse personne insensible.
En attendant, je soumets à votre réflexion ce texte diffusé par le site Catholique.org :
http://qe.catholique.org/pourquoi-l-eglise/7120-ecriture-ou-tradition
Bien fraternellement à vous.