Miettes de théologie

L'appel à la vérité

15 Avril 2010 , Rédigé par Eric George Publié dans #Humeurs

J'ai signé, et des deux mains encore, l'appel à la vérité. En effet, sans compter la généralisation qui hante les discussions de comptoirs et les forums, plusieurs attitudes me gênent dans toute cette histoire.

Du côté des anti-cathos, je trouve absurde cette volonté de lier le célibat et la pédophilie. (et je n'ai pas besoin de statistique pour la trouver absurde) Le célibat des prêtres n'est pas sans poser de questions. Mais ces questions sont internes à l'Eglise catholique (ce qui n'est évidemment pas le cas des affaires de pédophilie impliquant certains de ses représentants).

De la même manière, sans avoir de sympathie particulière pour Benoît  XVI, je ne comprend pas non plus cet acharnement à vouloir mouiller un pape qui, concernant ce sujet précis, me semble manifester bien plus de volonté d'en finir que son prédécesseur .(je me demande à quel point l'antipathie contre Benoît XVI ne se nourrit pas de l'admiration suscitée par Jean Paul II,. Je suis immunisé contre ce phénomène : je n'étais pas fan de Jean Paul II ,non plus (je lis cette succession selon une herméneutique de continuité.))

 

Et puis l'appel à la vérité ne reprend pas les lignes de défense catholiques qui me gênent le plus :

- "C'est un complot."Non. C'est certainement un emballement médiatique qui se nourrit en France d'un vieux fond d'anticléricalisme. Mais si emballement il y a, celui-ci repose quand même sur un scandale réel : des prêtres ont abusé de leur autorité pour détruire des enfants et ils ont été couverts par leur hiérarchie.

- "nous sommes persécutés comme l'avait annoncé le Christ.". Et puis quoi encore ? Etre persécuté, c'est souffrir parce qu'on annonce l'Evangile. L'Eglise catholique souffre aujourd'hui parce qu'on découvre les crimes commis et couverts par certains de ses représentants. Se poser en martyr, c'est soit dévaloriser les vrais martyrs, soit dénigrer les victimes en mettant de leurs accusations sur le même plan que les calomnies dont on accablait les chrétiens. Aux catholiques qui veulent vraiment lier leurs problèmes actuels au message dont ils sont porteurs, plutôt que Heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car le royaume des cieux est à eux ! (Matthieu V, 10), je suggère de lire ce verset  "on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l'on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez."  Mt VII, 2. Ben oui, quand on se présente comme « dernier rempart contre le désordre moral », on a intérêt à être sacrément irréprochable...

- "C'est pire chez les autres". Ca se passe de commentaire mais si je pensais que les sites tradis avaient remporté la palme en se relayant un extrait de discours affirmant que 10% des ministres protestants américains étaient concernés contre 1,7% (je n'ai bien sûr jamais retrouvé le discours original, et bien sûr encore moins la source d'une telle affirmation. En revanche, j'ai vu un commentateur chez Authueil donner ces  2 chiffres en évoquant un article qui pourtant ne disait rien des 10% de protestants). Néanmoins le cardinal Bertone a fait aussi très fort dans le genre.

 

Pour ma part, j'estime que cette question de la pédophilie dans l'Eglise catholique pose surtout la question de l'incapacité de celle-ci à se reconnaître faillible, et sa prétention à se juger elle-même et il me semble que les auteurs de l'Appel à la vérité en ont pleinement conscience. Je ne puis donc que soutenir leur démarche par ma signature autant que par ma prière.

Quant aux Eglises protestantes, que Dieu nous préserve de nous croire à l'abri de telles horreurs sous prétextes que nos pasteurs peuvent se marier.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog