Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Miettes de théologie

Piss Christ

4 Avril 2011 , Rédigé par Eric George Publié dans #Humeurs

Sur un plan artistique, le Piss Christ de Serano me laisse complètement indifférent. Ou plutôt il suscite un léger agacement :  s’il suffit de plonger un symbole quelconque dans la pisse pour faire de l’art, alors le billet brûlé de Gainsbourg était de l’art. J’avoue avoir une un peu plus haute estime de l’art.

Mais l’indignation qu’il suscite chez certains chrétiens (catholiques et protestants) m’interpelle. Qu’est ce que c’est qu’une croix, qu’est ce que c’est qu’un crucifix ?

Dans une église ou dans un temple, c’est effectivement le rappel de la mort de Jésus pour moi, de son élévation aussi, si je suis l’évangile selon Jean.

Mais une croix lumineuse verte dans la rue ne fait que m’indiquer une pharmacie

Une croix entre deux nombres sur un cahier d’écolier, c’est une addition (une multiplication, si elle est un peu de travers).

Le crucifix qu’embrasse un footballeur avant d’entrer sur le terrain n’est rien qu’un colifichet superstitieux, il ne m’évoque pas plus Jésus Christ que ne le ferait un trèfle à quatre feuilles ou une patte de lapin.

Alors est ce que Serano pisse sur la croix ? Est-ce que cela vaut le coup de s’indigner ? De crier au blasphème ?

Peut-être faudrait-il rappeler que la croix où meurt le Fils de Dieu est déjà un blasphème ! Peut-être faut-il rappeler que la Passion est faite d’insulte et d’humiliation et que c’est dans cette Passion que Dieu nous rejoint, que le Christ est notre sauveur.

Je ne crois pas que Serano y ait pensé, je vois plutôt dans on œuvre  une belle provoc à fric. Mais plutôt que de lui faire de la pub en réagissant exactement comme il le voudrait, et si on relisait son Piss Christ à la lumière des évangiles ? Et si au lieu de pousser des cris d’orfraie que personne n’entendra, on réaffirmait qu’en effet, c’est dans notre fange, dans notre humiliation la plus vile que notre Sauveur nous a rejoint ?

Et si nous nous indignions en regardant, par exemple, vers la Côte d’Ivoire plutôt que du côté d’Avignon…