Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'unitarisme-universalisme

10 Mai 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Réponses

Dans une réactions à une de mes notes, Micky me dit

Pour ma part, si je devais redevenir religieux, je pense que j'embrasserais l'unitarisme-universalisme :
"Comment considérez-vous la Bible?
Nous considérons la Bible comme l’un des plus importants textes religieux, mais nous n’estimons pas qu’elle soit unique ou exclusive de quelque façon que ce soit. Nous ne l’interprétons pas littéralement. Nous croyons que certaines parties de la Bible contiennent plus de vérité et de pertinence que d’autres. Bien que les UU respectent la Bible et la considèrent comme une importante œuvre littéraire, ce n’est pas un document essentiel dans notre religion.
[...]
Quelle est votre attitude à l’égard des autres religions comme le judaïsme, l’hindouisme et le boudhisme?
Nous croyons que chacune des religions du monde possède une part de sagesse. Nous croyons qu’elles ont toutes une valeur pour ce qu’elles peuvent nous révéler sur nous-mêmes et notre monde et sur la façon dont ses membres découvrent un sens et une direction à l’égard de la religion.
Les UU croient-il en une religion universelle?
Nous croyons en l’universalité de la religion comme nous reconnaissons que tous les humains se posent des questions comme « Que suis-je ici? Quel est le sens et quel est le but de ma vie? Pourquoi est-ce que je dois mourir? ». Lorsque nous réalisons que toutes les religions s’efforcent de répondre à ce genre de question, nous croyons qu’il y a beaucoup de sagesse dans de nombreuses réponses.
Peu de UU conviennent qu’il y a ou qu’il y aura une seule religion universelle qui soit appropriée pour tous.
[...]
Croyez-vous que la religion unitarienne universaliste soit la seule vraie religion?
Non. Nous croyons que toutes les religions contiennent une part de vérité lorsqu’elles nous indiquent qui nous sommes, pourquoi nous sommes ici et comment nous devons vivre avec nous-mêmes et avec les autres."

Intéressant certes et cela montre une très belle ouverture d'esprit mais cela n'a, à mon sens, rien à voir avec le christianisme.

 

Tout d'abord, tu le dis toi-même : "si je devais revenir à une religion..." Ce qui implique que nous sommes ici face à une démarche purement intellectuelle, une sorte d'approche scientifique d'un être suprême que, pour éviter toute confusion, je n'appellerai pas Dieu. Or, la foi n'a rien à voir. Elle tient plus du sentiment que de l'approche intellectuelle. Bien sûr, elle n'exclut ni la raison ni la connaissance et peut et doit toujours s'inscrire dans le dialogue avec celles-ci mais elle ne découle pas de la logique. On ne choisit pas de croire.

 

Deuxième point, l'ouverture aux religions manifestée ici me semble tenir davantage du syncrétisme que du dialogue respectueux. A trop vouloir tout englober et lisser pour mettre tout le monde d'accord, on arrive à ne respecter l'essence d'aucune de ces religions. C'est de la culture de masse appliquée au domaine religieux. A cette tentative d'universalisme, je préfère le dialogue et le débat d'idée : quand il ne se règle pas les armes à la main, le désaccord à du bon.

 

Mais le plus important, c'est que cette volonté d'universalisme amène forcément à limiter Dieu à sa transcendance. Ce qui est en jeu, ici, c'est la conception d'un être suprême "acceptable". Il s'agit toujours pour l'homme de monter pour s'approcher d'un être supérieur. Or,  ce mouvement ascendant, cette recherche d'un homme qui s'élève, n'a rien à voir avec ma foi en Jésus Christ. Bien sûr, Dieu est le Très Haut, le Tout Autre, au-delà de ce que je puis comprendre ou exprimer. Mais en Jésus Christ, ce Dieu Tout-Autre se fait tout proche. Contrairement à toutes les religions, le christianisme est un mouvement descendant. Ce n'est pas l'humain qui recherche le divin, c'est Dieu qui s'approche de l'homme. C'est ce renversement que révèle le témoignage biblique.

 

Tu comprendras donc que malgré tout ce qu'il comporte d'admirable et malgré son inspiration clairement heleno-chrétienne) cet unitarisme-universalisme est plus éloigné du christianisme que de n'importe quelle autre religion...

Partager cet article

Commenter cet article

Miky 11/05/2006 10:27

Salut Eric,
En fait, je suis bien d'accord avec toi que l'UU n'est pas du Christianisme. C'est même justement ce qui me plaît personnellement dans cette approche : elle ne se limite pas arbitrairement à une religion en particulier.
Je suis moins d'accord lorsque tu dis que c'est avant tout une démarche intellectuelle. Je pense comme toi que la foi ne peut pas résulter que de l'intellect pur, mais nécessite un aspect émotionnel. Cela dit, la foi est-elle nécessairement confessionnelle par essence ? Je ne pense pas. Je pense que l'on peut fort bien avoir une foi "généraliste", qui ne s'inscrit pas dans une adhésion à un dogme particulier au sujet du "divin". Et même si on acquiert une foi, mettons, au protestantisme, au judaïsme, au catholicisme, à l'hindouisme, etc. Ensuite, il me semble que l'intellect peut venir rectifier l'aspect mono-confessionnel de cette foi, par un raisonnement de la sorte : "La religion à laquelle j'adhère n'est objectivement pas moins valable que d'autres". Bien sûr, on peut avoir une préférence subjective pour une forme ou l'autre de religion, mais sur le fond, si on pense que le Dieu en lequel on croit n'est pas qu'un pur produit de la subjectivité, il me semble que l'on doit admettre le relativisme de toute religion, et adhérer plutôt à une sorte de déisme qui, contrairement au déisme par exemple de Thomas Paine, ne soit pas hostile aux diverses traditions, mais cherche à les intégrer à ses vues. Cette sorte de déisme me semble être ce que défend l'UU.
Tu parles aussi de syncrétisme. Mais le syncrétisme, d'après Wikipédia est :
"une « réunion factice d'idées ou de thèses d'origine disparate » (André Lalande), qui cherche à constituer un système cohérent par un choix d'éléments divers empruntés à des doctrines variées et considérés comme préexistant dans l'esprit humain."
Or, il me semble que ce n'est pas là la démarche de l'UU. Bien sûr, sur la forme, sans doute qu'il emprunte des éléments à diverses religions, mais c'est comme autant d'expressions subjectives d'une réalité objective (ou considérée telle) qui est, non pas un assemblage hétéroclite de thèses d'origines diverses supposées préexistantes dans l'esprit humain (ce qui est une affirmation difficilement justifiable), mais plutôt le noyau dur commun à toutes les religions, c'est-à-dire, grosso modo, le déisme (même si l'on peut contester - et c'est effectivement contestable - l'existence d'une religion déiste primitive dont tous les cultes ne seraient qu'une dégénération).
Enfin, tu dis que la démarche de l'UU amène forcément à limiter Dieu a sa transcendance. Tout d'abord, le concept d'un Dieu s'étant fait homme n'est pas exclusif au Christianisme (voir par exemple le Mithraïsme). D'une manière générale, dans la religion greco-romaine par exemple, les dieux sont proches des hommes, anthropomorphiques. Ils ont un corps, mangent et boivent, font l'amour (même avec des humains), etc. Etant donné que l'UU ne nie pas la possibilité de révélations divines, contrairement au déisme stricto sensu, Dieu ne saurait être limité à la transcendance. Qui plus est, même dans le déisme, on peut reconnaître la légitimité de certaines expériences mystiques, du sens du sacré, de la foi, etc. pour approcher le divin, tout en prenant ses distance par rapport à tout dogmatisme (cf. Rousseau). Dieu n'est alors pas juste une hypothèse métaphysique que l'on pose mais que l'on pourrait tout aussi bien ôter. Il y a donc incursions de Dieu dans l'immanence de nos expériences humaines. Ensuite, proche du déisme, on a le panthéisme. Selon ce dernier, Dieu est l'Univers. Par conséquent, encore plus qu'ailleurs, Dieu est immanent, et la démarche scientifique, en étudiant l'Univers, nous dévoile Dieu lui-même. Entre les deux, on peut citer aussi le panenthéisme, le transcendantalisme (pas si transcendant que ça, malgré le nom : il faut plutôt y voir une référence à Kant, me semble-t-il) de Ralph Waldo Emerson, etc. Dire que l'UU limite Dieu à la transcendance me semble donc erroné.
Amicalement,Miky

Eric George 12/05/2006 19:29

Merci pour ces précisions et corrections. Tout cela nécessitera une réponse plus longue de ma part et une correction du terme "syncrétisme". Ceci dit une première réaction très rapide de ma part : Dieu se faisant homme en Jésus Christ n'a rien à voir avec les aspects humains des dieux grecs ni avec le mithraïsme. Les dieux grecs sont plus des surhommes que des dieux (les comics américains les transformant en super héros ne s'y sont pas trompé d'ailleurs). Et les humains élevés au rang de dieux sont nombreux. Quant au mithraïsme malgré des points communs avec le christianisme, (dûs sans doute à une influence réciproque), c'est une religion à mystères. Donc une religion ou l'humain doit s'élever. Dans les deux cas on est donc à l'opposer de l'évangile de la grâce ou l'homme reçoit tout sans rien avoir à faire. C'est cela que je veux signifier par le mouvement descendant de Dieu. Je maintiens donc l'exclusivité de la révélation chrétienne sur ce point. Exclusivité tellement forte qu'elle est d'ailleurs combattue au sein même du christianisme...