Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mercredis de Calvin (40) : Christocentrisme

7 Octobre 2009 , Rédigé par Eric George Publié dans #Citations

Au cours de cette année Calvin, un passage hebdomadaire du Réformateur de Genève commenté, ou pas, par votre serviteur… Je ne suis absolument pas un spécialiste de la pensée de Calvin, il est possible que je dise des bêtises, mais c’est un auteur que j’aime bien lire.

 

Or, puisque vous avez entendu que l’Evangile vous présente Jésus-Christ, en lequel toutes les promesses et grâces de Dieu sont accomplies, et vous déclare qu’il a été envoyé du Père, est descendu en terre, a conversé avec les hommes, a parfait tout ce qui était de notre salut, comme il avait été prédit en la loi et les prophètes, il vous doit être très certain et manifeste que les trésors de paradis vous y sont ouverts et les richesses de Dieu déployées et la vie éternelle révélée. Car telle est la vie éternelle : connaître un seul vrai Dieu et celui qu’il a envoyé, Jésus Christ, en lequel il a constitué le commencement, le moyen et la fin de notre salut. Cestui est Isaac, le fils bien-aimé du Père, qui a été offert en sacrifice et toutefois n’a point succombé à la puissance de la mort. C’est le vigilant pasteur Jacob, ayant si grand soin des brebis qu’il a en garde. C’est le bon et pitoyable frère Joseph qui, en sa gloire, n’a point eu honte de reconnaître ses frères, quelques humbles et abjects qu’ils fussent. C’est le grand sacrificateur et évêque Melchisédech ayant fait sacrifice éternel une fois pour toutes. C’est le souverain législateur Moïse écrivant sa loi sur les tables de nos cœurs par son Esprit. C’est le fidèle capitaine et guide Josué pour nous conduire en la terre promise. C’est le noble et victorieux roi David assujettissant à sa main toute puissance rebelle. C’est le magnifique et triomphant roi Salomon, gouvernant son règne en paix et prospérité. C’est le fort et vertueux Samson qui par sa mort a accablé tous ses ennemis.

Et même tout ce qui se pourrait penser ou désirer de bien est trouvé en ce seul Jésus Chris. Car il s’est humilié pour nous exalter, il s’est asservi pour nous affranchir, il s’est appauvri pour nous enrichir, il a été vendu pour nous racheter, captif pour nous délivrer, condamné pour nous absoudre, il a été fait malédiction pour notre bénédiction, oblation de péché pour notre justice, il a été défiguré pour nous figurer, il est mort pour notre vie, tellement que par lui, rudesse est adoucie, courroux apaisé, ténèbres éclaircies, injustice justifiée, faiblesse vertueuse, déconfort consolé, péché empêché, mépris méprisé, crainte assurée, dette quittée, labeur allégé, tristesse réjouie, malheur bienheuré, difficulté facile, désordre ordonné, division unie, ignominie anoblie, rébellion assujettie, menace menacée, embûches débuchées, assauts assaillies, effort efforcé, combat combattu, guerre guerroyée, vengeance vengée, tourment tourmenté, damnation damnée, abîme abîmé, enfer enferré, mort morte, mortalité immortelle. Bref, miséricorde a englouti toute misère et bonté toute malheureté.

 

Préface au Nouveau Testament

 

J’aime énormément cette verve de Calvin, ce goût pour les mots « malheur bienheuré » et les jeux de mots « enfer enferré ». Ceci dit, je conçois que l’on puisse être gêné par cette récapitulation des figures du Premier Testament en Jésus Christ. A trop dire que la Première Alliance annonçait Jésus Christ, on en finit vite par dire que les juifs sont des idiots qui n’ont rien compris et par oublier que le Nouveau Testament a été écrit en fonction du premier et pas l’inverse. Néanmoins, je crois possible et important de nous rappeler que nous chrétiens, lisons le Premier Testament à la lumière de Jésus Christ (quand les juifs le lisent à la lumière de la Loi) et plus important encore de lire ce Premier Testament pour y trouver un enseignement sur Jésus Christ. Après tout, les premiers témoins de celui-ci, ainsi que ceux à qui nous devons les livres du NT étaient gorgés de cette culture. Aussi, ce n’est pas comme un kidnapping que je vois cette récapitulation, mais plutôt comme une invitation à ne plus dédaigner le Premier Testament.

 

Et puis quand même « damnation damnée »… Quelle merveille !

Partager cet article

Commenter cet article