Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les monstres et le péché 4) Le fantôme

11 Avril 2006 , Rédigé par Eric George Publié dans #Petite théologie pas très sérieuse

On retrouve certaines figures monstrueuses dans toutes les cultures. Et si ces "monstres" n'étaient rien d'autre que l'expression, à travers des mythes, de la part sombre de l'humain, cette part que la Bible appelle le péché ?

Le fantôme prend des formes tellement différentes selon les cultures et les récits que, dans le cadre de cette série, je suis bien obligé de le limiter à un seul de ses aspects. Dans les légendes, la littérature et le cinéma, le fantôme est souvent un esprit désincarné, incapable de rejoindre l'au-delà parce qu'attaché à un lieu (les maisons hantées), à une personne (amants ou protecteurs spectraux, à un événement (esprits vengeurs). De la même façon, les caractéristiques physiques du fantôme varient mais il y a des constantes : impalpable, souvent translucide voire invisible, le fantôme est là sans y être.

Plutôt qu'une image de l'au-delà, j'y vois une réflexion  sur l'idolâtrie. En effet, comme le fantôme, l'idolâtre est obnubilé, comme lié à l'objet (la personne ou l'événement) de son adoration à tel point que le reste du monde l'affecte moins. Comme le fantôme, il vit dans un "à côté".

Il me semble que la condamnation biblique de l'idolâtrie vise moins à défendre une revendication divine d'exclusivité qu'à lutter contre cette évaporation, cette fascination qui est toujours une fuite hors du monde. La Bible au contraire nous invite toujours à rester sur terre, à vivre pleinement dans ce monde. Si bien que  même certaines formes d'adoration de Dieu peuvent devenir idolâtres. La tentation la plus redoutable prend toujours l'aspect de la foi : c'est à coup de citations bibliques que le diable tente Jésus au désert.

Être un fantôme est sans doute une des plus grandes tentation du chrétien. Nous voudrions être invisibles et transparent, vivre notre foi à l'écart de tous, protégés des moqueries et des interrogation. Et Dieu nous appelle à être ces témoins, constamment. Nous voudrions que notre foi nous rende impalpable, insensible aux coups et blessures. Et Dieu nous rappelle que rien ne nous sera épargné. Nous voudrions que notre foi nous déconnecte du réel et de sa cruelle absurdité. Et Dieu nous appelle à être présent complètement dans ce monde. Nous voudrions pouvoir nous plonger dans la contemplation de la seule gloire de Dieu. Et c'est dans les plus petits, dans les moins glorieux des humains qu'Il nous appelle à le reconnaître.

Comme le vampire, comme le zombie, les mythes nous rappellent que les fantômes sont morts… Ainsi, c’est être morts que se perdre dans l’idolâtrie, c’est être mort que refuser de vivre dans le monde présent. Or, Dieu nous appelle à la vie…

Partager cet article

Commenter cet article

Christophe Moreau 11/05/2006 03:27

"l'argument "réponse face à l'angoisse, la mort et l'inexpliquable" ne tient pas debout"
Il ne tient pas debout tout seul, mais quand tu lui ajoutes la frustration devant l´ignorance, la curiosité naturelle et incontrolable que nous developpons depuis notre naissance, le pouvoir que donne le savoir et l´égocentrisme maladif qui ronge l´humain.....et la faiblesse du psychisme tellement influençable, la tu trouves tout un paquet qui tiens assez bien la route pourrvus que tu te donnes un minimum d´ouverture d´esprit (Ce qui n´est pas le fort des croyants en général, il faut le reconnaitre...).
http://pensamiento.over-blog.com/

Christophe moreau 10/05/2006 08:49

Et si ces "monstres" n'étaient rien d'autre que des mythes représaentant la mort?? et leur contraire (Dieu, anges, paradis, etc.. représentant la vie étrenelle) n´était que le contre poids?? d´autres mythes en quelque sorte pour compenser la peur??

Eric George 10/05/2006 09:04

Je te recommande chaleureusement un excellent livre : Et l'homme créa les dieux de Pascal Boyer un spécialiste des mécanismes du cerveau s'interroge sur l'origine des religions. S'il part du même principe que toi : toutes les croyances ont la même cause, il établit aussi clairement que l'argument "réponse face à l'angoisse, la mort et l'inexpliquable" ne tient pas debout... Bientot un commentaire sur ce livre ici

Le pÚlerin vagabond 13/04/2006 13:10

 
Salut,
 
Le pèlerin vagabond a enfin réussit une capture d'écran. 
A voir :  http://lepelerinvagabond.skynetblogs.be
a+ Lpv 

Dominique 11/04/2006 20:39

Merci pour votre billet d'aujourd'hui!  Il me parle particulièrement (surtout le dernier paragraphe) en rapport avec mes états d'âme de chrétien qui préfèrerait fuir que d'affronter. Je m'en rends compte, c'est déjà un début.

Eric George 12/04/2006 08:21

La tentation est notre lot quotidien. Pas de quoi se culpabiliser. Et puis, il faut un peu modérer mon article : si Dieu nous appelle à vivre dans ce monde, il y est présent avec nous (dans la même barque ou galère, pour répondre à votre note) et il nous soutient : "venez à moi vous touts qui êtes fatigués et chargés, je vous donnerais le repos" (Matthieu XI, 28)
Dieu vous accompagne !