Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre ouverte à mes amis agnostiques, athées et bouffeurs de curé

15 Janvier 2015 , Rédigé par Eric George Publié dans #laïcité, #Humeurs, #Charlie-Hebdo, #dialogue

Lettre ouverte à mes amis agnostiques, athées et bouffeurs de curé

Ensemble, nous avons été traumatisés par les massacres du 7 et du 8 janvier, ensemble nous avons marché, protesté, affirmé notre désir de vivre ensemble. Et Je me disais qu'enfin on allait voir la nécessité du dialogue et de l'échange.

Et déjà, je vous vois relayer des articles appelant à une laïcité plus stricte, les déclarations d'Aurélie Filippetti demandant qu'on arrête de discuter avec les rabbins, les curés et les imams. Arrêter de discuter ? Maintenant ?

Dimanche dernier, je disais à mes paroissiens à quel point il me semblait que le blasphème devait être un droit, même si c'est impoli ou irrespectueux. Aujourd'hui j'espère que vous me permettrez de m'adresser à vous, sans me prendre pour un maître à penser, simplement comme un homme, un citoyen, un Charlie qui se trouve aussi être un croyant.

Comprenons - nous bien, je ne vous conteste certainement pas le droit de ne pas croire ni même de bouffer du curé, du pasteur, de l'imam et du rabbin. Bon appétit même et reprenez un peu de pasteur... Mais pourquoi devrions-nous être tenus à l'écart du débat républicain ? Pourquoi ne serions-nous pas appelés nous aussi, religieux, représentants religieux ou simple croyants, à y participer ? Non pas pour le dominer, non pas pour soumettre la république à la volonté de Dieu mais simplement parce que, comme vous, nous sommes citoyens, composants de la république et que nos points de vue ont le droit d'être entendus, écoutés et discutés avant d'être pris en compte ou rejetés.

De même, loin de moi l'idée de vous empêcher de contester le Concordat (sur ce point, on serait même assez d'accord, je plaiderai juste pour un délai d'adaptation pour les cultes concernés) ni de discuter les aides et subventions accordées à certains cultes. Mais franchement, vous croyez vraiment que c'est dans les cours de religion alsaciens ou dans les écoles privées que les frères Kouachi et Coulibaly ont appris leur haine ??? Vous croyez vraiment que c'est là qu'il faut chercher la cause de l'horreur ??? Vous n'avez pas un peu l'impression d'instrumentaliser un drame au service d'un autre débat ?
Mais en fait pas tant que ça, parce que c'est marrant, moi, je me dis au contraire que c'est parce qu'ils n'ont jamais vu leur imam discuter avec leur instituteur qu'il a été aussi facile de leur montrer la république comme une ennemie, dont la laïcité (au même titre que l'éducation ou la police) est une des formes d'oppression, de négation de leur identité.

Cette étanchéité totale au religieux que vous revendiquez, j'y vois justement le berceau de bien des crispations identitaires, justement celles qui rendent possibles les massacres de la semaine dernière. Et puis, pour tout vous dire, j'y vois la vraie dénaturation de la loi de 1905 qui ne s' est pas opposée me semble-t-il à la déclaration universelle des droits de l'homme "Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l'enseignement, les pratiques et l'accomplissement des rites. "

Alors qu'est-ce qu'on fait maintenant ? On continue à alimenter le communautarisme en posant des joints étanches ou bien on essaye de parler les uns avec les autres ?

Partager cet article

Commenter cet article

Fredmondin 28/01/2015 14:06

Wow, comme tout cela est bien dit, posé et clair ! Merci pour ce point de vue (que je partage, pour le dire tout de suite).
Je ne crois pas qu'il soit possible, comme le préconise frayssinhes, de favoriser le débat démocratique tout en demandant aux interlocuteurs de garder dans le privé l'affichage de leur conviction. Logistiquement peut-être, mais moralement non. Cet usage fermé et "étanche" de la laïcité inciterait à l'hypocrisie. Pourquoi ? Venir "en tant que citoyen" (sans mentionner les sources de ses convictions), c'est seulement déguiser la source, ou se présenter d'une manière déguisée : je participe au débat parce que je suis citoyen lambda. Le hic, c'est que mon intervention au débat sera toujours motivée par mes convictions (athée, religieuse, laïc, etc.). Pourquoi le cacher ? J'ai ma petite idée, mais comme je parle toujours trop, je m'arrêterai ici ! :) Bonne journée à tous, quelle que soit la source de vos convictions, et merci pour cette bonne tenue des commentaires, c'est si rare ! :) fred*

arnaud 17/01/2015 12:03

Pour ma part je suis persuadé que les cultes dans leur ensemble devraient avoir une représentation nationale consultative et defini par la constitution

Peir 17/01/2015 08:53

Rien ne remplace l'ouverture et le dialogue. J'adhère totalement au contenu de cet article. Aurélie Filipetti ne voulait-elle pas simplement dire que le monde n'est pas divisé simplement entre religieux paisibles et religieux extrêmistes, qu'il existe aussi des agnostiques -dont on parle peu en ce moment- et moi je rajoute...des athées -dont on ne parle pas du tout. On peut reconnaître les religions et reconnaître tous les différents "niveaux" de pratique religieuse (croyant non pratiquant, pratiquant, etc) sans oublier les non religieux. Mais il faut instaurer le dialogue entre tous dans la dynamique du 11 janvier 2015.

frayssinhes 16/01/2015 11:58

Pour ma part je suis pour la liberté de culte et d'expression, mais par je ne semble pas être de votre avis. Les lois doivent continuer à donner à chacun le droit de faire de sa vie et ses pensées ce qu'il veut. Par contre quand vous dites que des religieux doivent participer aux debats politiques,je dis non. En tant que citoyens on demande l'avis à chacun. Mais la religion n'a rien à voir là. Pourquoi prendre en compte la croyance de chacun dans le débat, cela deviendrait extrêmement compliqué. Toutes les religions sont basées sur les mêmes histoires. Juste une différence les séparent et ce qui causes la guerre. Donc j'imagine très bien le débat eternel entre religieux. Aucun de vous ne lâchera sa foi en sa croyance et aucune concession n'est faite sur ces points de divergences. Donc le débat politique doit resté athé, mais en ouvrant tout le temps le droit à chacun et sans brimer personne. Je ne trouve dans aucune religion la vraie liberté de faire ce que l'on veut. En exemple: les homo pris pour de grands pêcheurs chez quasiment tout le monde. Où est la liberté dans les religions. La religion devrait être une philosophie et pas une façon de vivre.
Je vais m'arrêter là pour ne pas partir dans tous les sens et être hors sujet.
Merci pour cette lettre et l'opportunité de pouvoir en discuter.

Eric George 16/01/2015 13:18

Merci pour votre avis et pour le dialogue. Je regrette que vous ayez une telle vision de ce que pourrait être un apport des cultes dans le débat citoyens, même si je reconnais que les Eglises ont leur part de responsabilité dans cette vision. La question n'est certainement pas de "lâcher" ou d'imposer sa croyance, disons que je reste persuadé que ma foi me donne parfois une vision des choses un peu différente mais acceptable pour quelqu'un qui ne la partagerait pas.
Dans notre démocratie, il semble évident que les citoyens puissent s'exprimer par le biais d'associations réunissant des communauté de points de vue, politiques, professionels ou tout autres. Par exemple, je trouve bien que les défenseurs des animaux puissent se regrouper dans cet intérêt commun pour mieux faire entendre leur voix et que les chasseurs puissent faire de même. Je ne vois pas pourquoi cela devrait être différent pour les croyants des différentes religions.
Un des problèmes vient peut-être de ce que vous voyez le débat comme un lieu où il faudrait finir par se mettre d'accord, pour moi, le débat est avant tout un lieu où chacun doit être entendu, ce qui ne veut pas dire que son opinion doive finalement dominer.

frayssinhes 16/01/2015 11:58

Pour ma part je suis pour la liberté de culte et d'expression, mais par je ne semble pas être de votre avis. Les lois doivent continuer à donner à chacun le droit de faire de sa vie et ses pensées ce qu'il veut. Par contre quand vous dites que des religieux doivent participer aux debats politiques,je dis non. En tant que citoyens on demande l'avis à chacun. Mais la religion n'a rien à voir là. Pourquoi prendre en compte la croyance de chacun dans le débat, cela deviendrait extrêmement compliqué. Toutes les religions sont basées sur les mêmes histoires. Juste une différence les séparent et ce qui causes la guerre. Donc j'imagine très bien le débat eternel entre religieux. Aucun de vous ne lâchera sa foi en sa croyance et aucune concession n'est faite sur ces points de divergences. Donc le débat politique doit resté athé, mais en ouvrant tout le temps le droit à chacun et sans brimer personne. Je ne trouve dans aucune religion la vraie liberté de faire ce que l'on veut. En exemple: les homo pris pour de grands pêcheurs chez quasiment tout le monde. Où est la liberté dans les religions. La religion devrait être une philosophie et pas une façon de vivre.
Je vais m'arrêter là pour ne pas partir dans tous les sens et être hors sujet.
Merci pour cette lettre et l'opportunité de pouvoir en discuter.

Marie 21/01/2015 13:03

"Pourquoi prendre en compte la croyance de chacun dans le débat'
"Donc le débat politique doit resté(r) athé(e) "
"Aucun de vous ne lâchera sa foi en sa croyance"

N'avez vous pas l'impression que, pour vous, une seule "religion" doit pouvoir s'exprimer dans le débat : l’ « athéisme » et qu’aucun « athée » non seulement ne lâchera sa foi en sa croyance mais ne souhaite même entendre ce que les autres « croyants » pourraient lui dire… ?

Cordialement