Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Pentateuque ou les cinq livres d'Isaac.

3 Janvier 2007 , Rédigé par Eric George Publié dans #Théo en culture

Rien de tel à la synagogue, toute image, sculpture et autres choses de ce genre s'y trouvaient proscrites. Chacun devait se représenter Jéhovah selon son coeur, sans se laisser distraire par quelque scène biblique au mur, entamer avec Dieu un dialogue aussi intime que silencieux et se plaindre de son sort (as-tu jamais vu un juif qui ne se plaigne de son sort ?) Rien n'interdisait non plus à Yahvé - c'est à dire "Celui qui est" - de se lamenter à son tour que la vie fût devenue trop chère, qu'un pain coûtât à présent le même prix qu'un boisseau de blé autrefois, que l'avoine pour les chevaux ne fût pas non plus donnée pour rien au ciel ou qu'Il dût encore rembourser des emprunts immobiliers contractés du temps de la Genèse, etc. -bref de se comporter comme tout juif digne de ce nom lorsqu'un autre juif vient se plaindre à lui. Le premier accable le second du détail de ses propres soucis et prévient ainsi le terrible moment où l'autre lui demandera de l'argent. Il n'est pas né de la dernière pluie, Yahvé - "celui qui est"-, Il connaît son affaire depuis tous ces milliers d'années, sinon davantage.
Angel Wagenstein

Drôle de titre pour un livre qui n'a pas grand chose à voir avec le Pentateuque mis à part peut-être  le chiffre 5 et le judaïsme. D'ailleurs si celui-ci est omniprésent, n'esperez pas apprendre beaucoup de chose sur la religion juive. Ce n'est pas un roman d'initiation, juste le récit d'une vie emportée comme tant d'autres au fil de l'histoire. L'histoire d'Isaac Blumenfield, balloté entre l'Autriche-Hongrie, la Pologne, le IIIeme Reich allemand et l'Union Soviétique   n'a malheureusement rien d'original. Mais si le thème est classique, son traitement l'est moins, le Pentateuque est une anthologie d'humour juif, un recueil d'histoires drôles. Le roman d'Angel Wagenstein est donc empreint de cet humour si typique, véritable politesse du désespoir devant la tragique absurdité de l'histoire et de la vie.
En lisant ce roman, je me suis d'ailleurs fait la réflexion qu'il n'y a pas, à ma connaissance, d'humour chrétien. Sans doute parce que le christianisme est culturellement plus cosmopolite. Mais peut-être aussi à cause de ce que Ellul appelle la subversion du christianisme. En effet, d'ironie en jeu de mot en passant par l'absurde, le Nouveau Testament est plein d'humour. Un humour qui permet de prendre de la distance de ce monde sans perdre sa lucidité ni sans cesser de l'aimer. Un humour qui a disparu avec la transformation du christanisme en morale et sa complicité avec les autorités politiques. L'humour est toujours une forme de critique. Qu'avons-nous fait de l'humour évangélique ?
A. Wagenstein. Le Pentateuque ou les 5 livres d'Isaac. 10/18

Partager cet article

Commenter cet article